VW ID.7 – L’offensive allemande

Test Team RA | 02.05.2024

Berline électrique L’ID.7 a pour objectif de lutter contre la Tesla Model 3 tout en rendant à Volkswagen ses lettres de noblesse. Y parvient-elle?

VW ID 7 6 auf der Front

La plus grande VW ID. donne une impression de longueur et d’élégance. Cette berline ne manque pas d’espace.

Elle est petite et grande, rapide et lente, belle et...: la plus récente des Volkswagen électriques est pleine de contradictions. Son apparence est à l’image de la génération actuelle de Volkswagen ID.: sobre et élégante mais froide. Et la couleur blanche de l’exemplaire essayé ici ne fait que souligner ce tempérament. L’ID.7 est austère à l’intérieur, mais offre beaucoup d’espace aux occupants. Le tableau de bord consiste en une étroite fente d’aération qui s’étend derrière le volant et court entre les deux montants A. Au milieu, un gigantesque écran domine la scène. Le petit combiné d’instrumentation numérique, dissimulé dans ladite fente, est complété par un affichage tête haute projeté sur le pare-brise. Parfois, en raison de la proximité des trois systèmes, cela semble redondant, puisqu’ils se trouvent tous trois dans le champ de vision direct. En revanche, personne ne peut dire qu’il n’a pas vu l’indicateur de vitesse ou l’un des nombreux autres avertissements que l’ID.7 prodigue. Les indications de navigation en réalité augmentée ou les lignes directrices qui s’affichent lorsque l’on évolue sur autoroute constituent une fonctionnalité grandiose. Voilà qui donne finalement du sens à la proximité de tous ces systèmes et ne nuit pas vraiment à la sécurité, car tous les symboles ne s’affichent que lorsqu’ils sont réellement nécessaires.

L’ID.7 profite des dernières technologies mises au point par Volkswagen. Ainsi, pour choisir le sens de la marche (inutile de parler de boîte de vitesses), le conducteur ne passe plus par la console centrale mais bien par un commodo situé à droite du volant. Celui-ci permet de sélectionner, par rotation, la direction. En outre, les essuie-glaces sont commandés par un minuscule interrupteur intégré dans le levier de clignotant situé sur la gauche.

Les rituels sont superflus

Dans l’ID.7, l’automobiliste averti aura meilleur temps de perdre les habitudes prises au cours de décennies d’expérience au volant. Eh oui, la berline électrique fait table rase de certaines commodités. Ainsi, à l’instar de l’ID.3, l’ID.7 est dénuée de bouton de démarrage. À peine installé derrière le volant (le véhicule reconnaît alors la présence de la clé dans l’habitacle), le conducteur n’a plus qu’à pivoter le commodo dans la direction souhaitée... et à appuyer sur la pédale. Cela peut paraître logique pour une voiture électrique, car la machine électrique ne tourne que lorsque la voiture se met en branle. Mais il n’empêche, cela ressemble un peu à un repas dans un restaurant où le serveur prendrait immédiatement la commande sans même dire bonjour. Cela permet certainement un gain de temps pour le conducteur mais cela supprime malheureusement toutes les émotions que l’on pourrait éventuellement ressentir en s’installant au volant.

Inscrivez-vous maintenant et continuez à lire

Déjà inscrit ? Connexion