Mercedes AMG GT 63 – La 911 dans le viseur

Test Team RA | 13.06.2024

Affrontement Assemblée à deux pas de l’usine de la Porsche 911, la Mercedes-AMG GT fait de sa voisine sa principale concurrente.

102054

Entre le numéro 120 de la «Mercedesstrasse», siège de Mercedes-Benz, et le numéro 1 de la «Porscheplatz», quartier général de Porsche, il n’y a que 8,9 km très précisément. Cette proximité géographique a déjà donné naissance à de magnifiques collaborations par le passé. Qui, parmi les lecteurs de la Revue Automobile, se souvient encore de l’incroyable Mercedes-Benz W124 E 500, assemblée sous mandat chez Porsche, ou encore du Mercedes-Benz 280 G, ayant servi d’assistance aux Porsche 959 sur le Dakar dans les années 1980 et étant motorisé par un V8 Porsche de 235 kW (320 ch) issu de la 928? Aujourd’hui, les collaborations entre les deux enseignes, appartenant à des groupes automobiles différents, ne sont plus. Néanmoins, il subsiste entre les deux voisines cette promiscuité qui les incite vraisemblablement à regarder entre les cheminées de leurs usines et à s’observer – qui a dit espionner? Avec à la clé, des véhicules pour le moins semblables. C’est en tout cas ce que tend à démontrer la nouvelle Mercedes-AMG GT, qui semble avoir utilisé la Porsche 911 Turbo comme modèle.

Depuis 2015, date de son lancement, l’AMG GT a toujours souhaité détrôner la sacro-sainte 911. Néanmoins, pour y parvenir, la précédente génération de Mercedes avait fait le pari d’un design relativement éloigné de la Porsche. Ce n’est pas le cas du nouveau modèle, qui reprend franchement et sans vergogne les lignes imaginées par Ferdinand Alexander Porsche à la fin des années 1950. C’est surtout vrai lorsqu’on la regarde de ¾ arrière. En revanche, sous sa carrosserie ressemblante, la Mercedes ne s’inspire en rien du concept vieux de plus de 60 ans; plutôt que de positionner un flat-6 en porte-à faux arrière, la Mercedes installe son moulin en position centrale avant. En entrée de gamme, l’AMG GT 43 dispose d’un 4-cylindres 2,0 litres turbo électrifié développant une puissance de 310 kW (421 ch). Suit l’AMG GT 55 et son V8 de 4.0 litres biturbo développant 350 kW (476 ch). Tout en haut de la gamme, la GT 63 S E Performance profite d’une chaîne cinématique hybride composée d’un V8 et d’une machine électrique dont la puissance combinée développe la bagatelle de 600 kW (816 ch). Entre ces deux dernières moutures, la variante GT 63 a recours à un V8 biturbo non hybridé de 430 kW (585 ch) et 800 Nm. Des performances là aussi identiques au 3,8-litres biturbo de la Porsche.

Fer de lance technologique

Comme la Porsche, la Mercedes est un fer de lance technologique. Par exemple, son bloc, assemblé à la main à Affalterbach, profite d’un nouveau carter d’huile «activement ventilé» dont les orifices d’entrée et de sortie ont été optimisés pour un échange gazeux plus efficace. La puissance plus élevée de l’AMG GT 63, par rapport à la GT 55, provient de la plus importante pression de suralimentation et de la modification du logiciel du moteur. Le châssis n’est pas en reste: repris de la SL, il fait appel à des matériaux composites en acier, magnésium et en aluminium, lequel est parfois forgé. Stuttgart a également eu recours à des composites faits d’un mélange de fibres de verre et de carbone! Malgré cela, la Mercedes n’est pas vraiment légère. À l’instar de la plupart des modèles du catalogue, la GT souffre d’embonpoint puisqu’elle affiche près de deux tonnes sur la balance. Qui sont aussi dus aux nombreux et performants systèmes d’aide à la conduite. Il n’en reste pas moins que cela fait beaucoup pour une sportive. À titre de comparaison, la 911 Turbo pèse 300 kg de moins!

Inscrivez-vous maintenant et continuez à lire

Déjà inscrit ? Connexion