BYD Seal U – L’énergie nouvelle

Ramon Egger | 01.02.2024

À venir L’enseigne chinoise BYD s’apprête à faire son entrée sur le marché suisse. Et elle s’annonce fracassante, notamment grâce à son SUV électrique, baptisé «Seal U».

93958

Avec une longueur de 4,78 m pour un empattement de 2,76 m, le BYD Seal U présente des proportions typiques d’un SUV compact.

Le monde est en train de s’effondrer. Mais grâce à la force du soleil, nous pouvons le sauver: tel est le message que souhaite faire passer BYD. Voilà qui est plutôt ambitieux, pour une entreprise qui ne fait «que» construire des voitures, penserez-vous certainement. Reste que BYD n’assemble pas seulement des autos: l’enseigne chinoise construit aussi des trains, des bus, des camions, des batteries ainsi que des panneaux solaires pour alimenter le tout. Et BYD de parvenir à construire tout cela avec succès.

Lorsque le hub technologique qu’est la ville de Shenzen a appris que «son» constructeur automobile (BYD) avait remplacé Tesla à la place de plus grand producteur de voitures électriques, fin 2023, ce fut la sensation. Bien sûr, la plupart de ces véhicules ont été vendus en Chine, l’un des plus grands marchés mondiaux pour ce type d’automobiles. Mais il n’empêche, pour les habitants, le succès de BYD est une fierté. Il faut dire que BYD peut se targuer d’avoir récemment réalisé un grand nombre de jolies performances parmi lesquelles il faut nécessairement en citer deux: mise en service prochaine d’une première usine BYD extra-muros (elle sortira de terre en Hongrie) et lancement du premier des huit navires BYD dédiés au transport de voitures neuves. En matière de présence sur les marchés internationaux, BYD est déjà confortablement installé dans plusieurs pays européens. La Suisse de son côté devrait suivre ce printemps. C’est en tout cas qu’affirme Penny Peng, directrice Marketing & PR de BYD Europe.

Le confort avant le sport

Mais si les grands projets et les investissements importants sont une chose, les bonnes voitures en sont une autre. Et sans cela, il sera difficile pour l’enseigne chinoise de s’imposer sur le marché européen. Heureusement, des véhicules intéressants, le constructeur n’en manque guère. Avec la berline Seal, la marque avait déjà prouvé que ses véhicules jouissaient d’un certain potentiel. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que ce modèle s’est retrouvé sur la liste très convoitée des sept finalistes du «Car of the Year 2024», des véhicules qui se disputeront la couronne durant les deux prochains mois. Le résultat de cette bataille entre elle et ses concurrents européens, japonais et coréens sera révélé dans le cadre du GIMS, le Salon international de l’Automobile de Genève. Un évènement auquel le fleuron chinois a décidé de prendre part et où il annoncera officiellement le nom de l’importateur chargé de la distribution en Suisse. Contrairement à son concurrent Nio par exemple, BYD ne développe pas son propre réseau en Europe, mais travaille avec des importateurs expérimentés. En Suède et en Allemagne, il s’agit du groupe suédois Hedin, qui représente entre autres BMW en Suisse.

Inscrivez-vous maintenant et continuez à lire

Déjà inscrit ? Connexion