Stratégie payante?

La marque BYD arrive en Europe en s’attaquant au très lucratif segment des SUV compacts. Son premier atout – l’Atto 3 – se montre innovant.

Le constructeur chinois BYD mise beaucoup sur cet Atto 3 pour se développer en Europe. Ce modèle s’inscrit dans une offensive européenne à large échelle et s’attaque de front au segment très concurrentiel des SUV compacts. Autant dire qu’il devra avancer de solides arguments pour réussir une percée. BYD n’a donc pas choisi la solution de facilité pour s’octroyer sa part du gâteau. Mais il est vrai qu’une offensive sur un produit de niche n’aurait guère de sens lorsque l’on nourrit de grandes ambitions. BYD a sans doute pris exemple sur un autre secteur de référence, dans lequel les marques chinoises ont su parfaitement tirer leur épingle du jeu: les téléphones portables. Huawei, Xiaomi & Co ont réussi à proposer des produits de haute qualité tout en cassant les prix. Restant fidèles à cette ligne, ils ont défié Apple avec des produits à la pointe, pour une fraction du prix d’un iPhone. Puis, une fois leur renommée acquise, ils ont peu à peu adapté leurs tarifs. C’était assurément la stratégie gagnante, car bien d’autres marques au positionnement plus timoré ont disparu depuis.

Pour revenir à BYD, son Atto 3 est un SUV électrique du segment C qui concurrence les VW ID.4 et autres Kia E-Niro. Il mesure 4,45 mètres et développe une puissance moteur de 150 kW (204 ch), conforme aux attentes. Mais pour faire la différence, il en faut plus. Ainsi, l’Audi Q4 E-Tron profite par exemple d’une solide image de marque. Tout l’inverse de BYD, qui ne peut donc qu’activer le levier tarifaire, sans faire la moindre concessions sur la qualité et les prestations. Ce premier galop d’essai au volant de l’Atto 3 ne révèle d’ailleurs aucun réel point faible. Mieux, ce modèle offre quelques originalités inattendues, comme cette sorte de guitare dans l’habillage des portes. Il s’agit en fait d’un compartiment de rangement composé de trois cordons en caoutchouc qui peuvent maintenir des bouteilles ou autres objets. Ils émettent aussi des sons différents quand ils vibrent. C’est sans doute amusant quelques minutes, mais si les enfants en abusent sur la route des vacances, papa pourrait bien sortir les ciseaux! La créativité de BYD va plus loin si l’on en juge les poignées de porte, les buses d’air ou le sélecteur de marche fort peu conventionnels. Les designers s’en sont donné à cœur joie! L’écran central  sort carrément du lot, puisqu’il peut pivoter électriquement à 90 degrés, passant du format paysage au format portrait. Difficile d’obtenir une réponse concluante sur l’utilité de ce système, dont le bouton d’activation se trouve directement sur le volant, mais il s’agit là d’un gadget sympathique.

Délai de livraison court

La nouvelle batterie Blade, plus compacte qu’une batterie traditionnelle composée de cellules Pouch en modules, permet de libérer de l’espace dans l’habitacle. Désormais habituelle, l’architecture skateboard rend le plancher parfaitement plat, garantissant un bon espace aux jambes à l’arrière. D’un volume de 440 litres, le coffre se situe dans la moyenne du segment. Dommage, toutefois, que BYD n’ait pas prévu de «frunk» sous le capot avant, alors qu’il y a vraisemblablement tout l’espace disponible. Il faut donc ranger les câbles de chargement dans le double plancher du coffre, solution pas franchement pratique à l’usage. S’il reste de la place sous le capot, malgré des roues avant motrices, c’est avant tout lié à l’architecture de la voiture: le moteur est placé très bas au-dessus de l’essieu, tout comme l’électronique de puissance, particulièrement compacte sur cette nouvelle plateforme.

Le comportement routier ne soulève guère de commentaires. Grâce à sa puissance de 150 kW (204 ch), l’Atto 3 accélère promptement et monte à 100 km/h en 7,3 secondes. Les suspensions sont souples, et la direction n’est pas franchement directe. Le SUV chinois roule en fait comme n’importe quel autre SUV compact électrique; il offre beaucoup de confort et se prête assez peu à une conduite dynamique. La date de lancement sur le marché européen n’est pas encore entérinée. Seule certitude: les clients suisses devront patienter un peu plus longtemps. Néanmoins, BYD annonce des délais de livraison très courts – de l’ordre de quelques semaines contre douze mois pour la concurrence. Voilà qui pourrait bien être un atout décisif pour l’essor de la marque. Un exploit rendu possible grâce à une intégration verticale poussée de toute la chaîne de valeur. 

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.