Tout compris

Entre plateforme à la pointe et service au client «royal», le Genesis GV60 propose une vision bien à lui du premium.

Dans le domaine automobile, le label «premium» fait saliver de nombreux constructeurs, qui s’en réclament. Toutefois, suffit-il d’emballer beaucoup de technologie dans de beaux matériaux et proposer le tout à un prix très élevé pour pouvoir le revendiquer? Ce n’est pas l’avis de Genesis, dont les clients bénéficient d’un pack «sans souci» de cinq ans. Pour pouvoir s’implanter à long terme en Europe, marché premium par excellence, «nous nous chargeons des désagréments liés à la possession d’une voiture», explique Piergiorgio Cecco, Operations Manager chez Genesis Suisse. Dominique Boesch, Managing Director de Genesis Europe, enchaîne: «La voiture électrique est un chamboulement qui ne se limite pas seulement aux groupes propulseurs et à la taille des batteries, elle représente également une révolution dans la manière de construire et distribuer les véhicules.»

Le client peut ainsi se concentrer sur l’essentiel, la conduite. À quelques exceptions près, le GV60, premier modèle électrique de Genesis, remplit cette mission à merveille. Il fait même un peu mieux que les Hyundai Ioniq 5 et Kia EV6, dont il partage la plateforme. En combinant le confort du Hyundai avec la sportivité du Kia, il s’adapte à la plupart des situations. En ville, par exemple, le GV60 roule sur du velours. Seul le train arrière réagit parfois sèchement aux inégalités de faible amplitude. Les amortisseurs adaptatifs sont gérés par une caméra qui «lit» la route et adapte le tarage en conséquence. À cela s’ajoute, dans la version haut de gamme, un différentiel arrière à glissement limité. Grâce à ce système, on négocie les virages avec fougue, en dépit d’un poids de 2 tonnes. La puissance, elle, est toujours suffisante: en entrée de gamme, un moteur de 168 kW (229 ch) entraîne les roues arrière. Et sur les versions à quatre roues motrices, la puissance culmine à 234 kW (318 ch) ou 360 kW (490 ch). Le couple, lui aussi, est toujours pléthorique: 350 Nm pour le modèle de base et 605 ou 700 Nm pour les deux autres. La version Sport Plus sprinte de 0 à 100 km/h en 4 s. Le plus impressionnant réside dans la poussée après 200 km/h, la coréenne gardant un bel allant au-delà de ce seuil.

Grâce à la technologie 800 volts, le GV60 peut se revigorer en électron à raison de 240 kW. Les valeurs WLTP semblent réalistes, car même après le test dynamique, la consommation électrique est restée inférieure à 25 kWh/100 km. Si l’on considère la capacité de batterie de 77,4 kWh, identique pour tous les modèles, on obtient une autonomie réelle comprise entre 350 et 400 km.

La bonne surprise

Les sièges sont très confortables. Sur demande, toutes les surfaces de l’habitable sont revêtues de cuir végétalien ou d’Alcantara. La qualité de finition est quasi-parfaite, ce qui est aussi le cas de l’ergonomie, malgré la pléthore d’écrans; ul faut parfois chercher certains réglages dans les profondeurs du système d’infodivertissement, mais cela s’explique aussi par la quantité d’options à disposition. Heureusement, quelques touches de raccouci permettent d’accélérer la manœuvre. Côté assistances à la conduite, le GV60 compte sur une armada complète d’anges gardiens électroniques. La navigation, elle, a recours à la réalité augmentée et les rétroviseurs extérieurs peuvent être remplacés par deux caméras. Cerise sur le gâteau, le sélecteur de marche avant-arrière se transforme, à l’arrêt, en une boule de cristal éclairée.

C’est une question de goût, mais le look extérieur du GV 60 ne manque pas de caractère. On remarque les quatre fentes des phares LED matriciels à l’avant, le jonc chromé à la ligne cassée en vue de profil et le spoiler arrière intégré au hayon. N’oublions pas de mentionner non plus les roues un peu tape-à-l’œil.

Comme la ligne de pavillon est très inclinée, la garde au toit, à l’arrière, peut être restreinte pour les grands gabarits. Cependant, il reste de la marge et l’empattement de 2,9 mètres, plus généreux que celui des modèles concurrents non coréens, laisse de la place en abondance pour les jambes.

Avec le Nissan Ariya, le Genesis GV60 est sans doute la plus grande surprise de l’année. Ce modèle ne se contente pas de séduire au premier coup d’œil, il va plus loin. Cette qualité vient toutefois à un prix, puisqu’un exemplaire tout équipé coûte près de 100 000 francs. Le ticket d’entrée de 53 000 francs semble être une meilleure offre, même si certains packs d’options deviennent alors incontournables.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.