Douce évolution

Škoda offre au Karoq quelques retouches de mi-carrière. Les modifications apportées améliorent ce SUV qui était déjà bien né.

Phares, jantes ou encore quelques détails dans l’habitacle, dont un cockpit numérique pour toutes les variantes: les modifications apportées au Karoq sont nombreuses, mais discrètes. Le rafraîchissement était inévitable, le SUV ayant débuté sa carrière en 2017. Côté moteur, rien de nouveau à signaler: seuls trois essence et un diesel sont proposés pour le marché suisse. Aucune trace d’hybridation, même légère. Il ne fait aucun doute que les Helvètes privilégieront les 4-cylindres de 150 et 190 ch car seuls ces blocs peuvent être équipés de la transmission intégrale. A ceux-ci s’ajoutent deux moteurs essence: le 4-cylindres de 1,5 l et le 3-cylindres de 1,0 l, tous deux en traction, le dernier n’étant disponible qu’avec une boîte manuelle. 

D’autres solutions que l’hybridation

L’absence de toute hybridation peut paraître surprenante, étant donné que de telles motorisations existent dans la banque d’organes VW et qu’il suffirait de «piocher» dedans. Toutefois, fidèle à son fameux slogan, la marque tchèque tient à trouver des solutions simples et ingénieuses. Pour améliorer son efficience, le Karoq a, par exemple, bénéficié d’un travail approfondi sur son aérodynamique. Le millésime 2022 présente une résistance à l’air réduite de 10%, notamment grâce à un becquet de toit plus long, qui repousse plus loin derrière le véhicule les tourbillons au niveau de la poupe. Quant au dessin de la proue, il favorise, lui aussi, l’émergence de rideaux d’air à la hauteur des arches de roues avant qui dévient le flux d’air loin des roues en rotation. Les nouvelles jantes contribuent également à un meilleur écoulement de l’air. Au total, ces mesures permettraient de diminuer les émissions de CO2 de 15%. La face avant redessinée reçoit, en outre, des phares matriciels à LED en option. Le Karoq se met ainsi au niveau de la concurrence en matière d’éclairage.

Ambiance agréable à bord

En raison de la pénurie de semi-conducteurs, le tableau de bord numérique deviendra la norme seulement d’ici fin 2022. L’ergonomie reste efficace, les fonctions les plus importantes étant encore réglables avec un bouton ou une molette. L’ensemble donne une impression de qualité. Le reste de l’habitacle convainc tout autant; c’est par exemple le cas des sièges, dont le confort est excellent. Les nouveaux tissus en matériaux recyclés semblent adaptés aux familles, même les plus exigeantes. Quant à l’habitabilité et la modularité, elles sont toujours aussi satisfaisantes. En matière de tarif, Škoda suit la tendance d’abandonner les options individuelles en faveur des packs… disponibles en grand nombre. Une étude minutieuse des équipements souhaités s’impose donc, car tous ne peuvent pas être combinés. Concernant la sécurité, on note une meilleure reconnaissance des panneaux de circulation ou la présence d’airbags latéraux optionnels à l’arrière – le Karoq peut ainsi disposer de neuf airbags au total – font partie des fonctionnalités améliorées. Cependant, comme pour le cockpit virtuel, le constructeur tchèque renvoie à un peu plus tard dans l’année la disponibilité de ces équipements. Le Karoq est donc bien équipé, mais il le fait payer assez cher: le prix débute à 31 450 Fr. pour le 1.0 à deux roues motrices et boîte manuelle.

Belles qualités routières

Quoi qu’il en soit, le nouveau Karoq que nous avons découvert dans le nord du Portugal est un compagnon de route plus qu’agréable, en particulier avec les 4-cylindres qui seront logiquement favoris dans notre pays. Grâce à des amortisseurs plutôt souples mais des ressorts un peu plus fermes, le Karoq a arpenté avec maestria les routes secondaires sinueuses de l’arrière-pays de Viana do Castelo (Portugal). Dans les lacets de ce tracé, nous avons pu apprécier la prise de roulis modérée du SUV tchèque. Son comportement sur les sentiers de gravier et même sur les chemins remplis de gros cailloux a prouvé qu’il possède des qualités pour s’aventurer hors des routes. Des caractéristiques qui ne font cependant pas du Karoq un 4×4  pur et dur. Il reste un SUV compact parfaitement dans l’air du temps et principalement destiné à un usage quotidien. Et il nous a montré lors de ce premier contact qu’il s’est encore bonifié avec ce restylage. 

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.