Cap sur l’exhaustivité

L’Europe a de nouveau droit à un Salon de l’auto, avec l’IAA de Munich. Toutefois, la manifestation veut couvrir la mobilité dans sa globalité.

Lundi matin, 6 septembre 2021, 8h50, on se bouscule devant le stand Renault: la marque française lèvera dans quelques instants le voile sur la nouvelle Mégane E-Tech. Certes, l’événement est de taille, il s’agit de la première plateforme 100% électrique du losange (lire en page 8); tout le gotha du Groupe français a fait le déplacement sur les terres allemandes, le PDG Luca De Meo en tête. Toutefois, s’il y a une telle effervescence devant le stand Renault ce matin-là, c’est aussi parce qu’il s’agit de la toute première conférence de presse de l’Internationale Automobil-Ausstellung de Munich (IAA). Cela faisait en effet depuis mars 2020 et la catastrophique annulation de dernière minute du Salon de Genève, que les journalistes avaient été privés de ce genre de conférence de presse. Bien sûr, aucun de ceux présents n’aura regretté les «pousse-toi de là que je m’y mette» et les chasseurs du cadrage parfait, mais l’essentiel était ailleurs: on pouvait enfin découvrir une première mondiale en tournant autour, en prenant place à l’intérieur, en touchant tout et attraper au vol – avec un peu de chance – l’un ou l’autre PDG, designer, ou ingénieur pour une interview. 

Toutefois, quelque chose a changé depuis la dernière édition de l’IAA ou du GIMS. S’il suffisait auparavant de se retourner et faire trois pas pour visiter sur le stand du constructeur voisin, il faut maintenant le chercher, parfois plusieurs minutes. En effet, le voisin direct du stand Renault n’est pas Dacia ou Nissan, mais… WayRay, une entreprise spécialisée dans la réalité augmentée, par projection sur le pare-brise. Un peu plus loin, le visiteur de Salon chevronné retrouvera certes un nom familier, comme Ford, mais il lui faudra traverser une vaste zone dédiée à des start-up engagées dans la mobilité. 

La véritable nouveauté de l’IAA 2021 ne réside pas dans ce mélange entre exposants destinés aux professionnels et ceux s’adressant aux consommateurs. Elle se situe dans les Open Space, ces stands à l’air libre qui s’ajoutent aux stands traditionnels, dans les halles. Ces stands en plein air, éparpillés un peu partout dans Munich, permettent aux organisateurs d’aller chercher les visiteurs là où ils se trouvent, en ville, plutôt que de les faire venir dans les halles. Des routes ont par la même occasion été bloquées (les «blue lane»), afin de permettre aux visiteurs de faire des essais, que ce soit d’autos, de vélos électriques ou de navettes autonomes. Déroutant!

Entre calandres et fourches

En fait, une telle inventivité est presque une évidence, car la manifestation ne s’appelle pas «IAA Mobility» pour rien. Plutôt que d’organiser un Salon de l’automobile traditionnel, les responsables ont préféré élargir l’événement à tous les acteurs de la mobilité, dans un but d’exhaustivité. Voilà pourquoi les scintillantes calandres chromées côtoient à Munich des fourches de vélos électriques ou d’improbables concepts de bus autonome. Cela explique pourquoi la manifestation mélange allègrement stands de fournisseurs, destinés à un public professionnel, et stands de constructeurs, pour les clients finaux. Les promoteurs de la manifestation ont pris au pied de la lettre le credo très en vogue de nos jours, qui prédit une mobilité plurielle, complémentaire, multimodale et connectée. Du moins, c’est l’un des messages qui passe en boucle dans les nombreuses conférences organisées à l’attention des experts et/ou du public sur la mobilité de demain. 

Face à ce bouillonnement, le camp automobile ne pouvait pas rester les bras croisés; si elle veut continuer à jouer les premiers rôles dans nos déplacements, la voiture doit se réinventer. A commencer par la propulsion, toutes les nouveautés présentées à Munich étaient électriques (lire en page 4-5). D’autres marques ont poussé le bouchon encore plus loin, à l’instar de BMW, qui «a fait de l’économie circulaire et de la mobilité urbaine durable le leitmotiv de l’IAA Mobility 2021». La marque bavaroise, qui joue ici à la maison, a présenté la i Vision Circular, un concept faisant la promotion de matériaux recyclables. 

Cependant, la grande majorité des propositions d’avenir étaient encore à l’état de concept – et le resteront certainement. On ne pense pas aux VW ID.Life ou autres Mercedes EQG, qui paraissent prêts à sortir des chaînes de montage. Nous nous référons plutôt à certains concepts un brin idéalistes. Bien sûr, ces visions sont essentielles au développement de l’automobile, mais l’épreuve de la réalité reste le juge de paix. Les constructeurs, plutôt que de foncer tête baissée dans une voie, préfèrent jouer de prudence et multiplier les concepts. Après tout, ces prototypes n’engagent pas à grand-chose et permettent d’avoir un effet aujourd’hui et maintenant. Ça aussi, c’est la réalité.λ

Plus d’informations

L’IAA de Munich s’étend entre les 7 et 12 septembre 2021. La manifestation est ouverte entre 10 et 20 heures à l’extérieur (Open Space) et à partir de 14 heures dans les halles. Le prix des tickets est de 20€ en semaine, 25 € le week-end.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.