La reprise se fait attendre

Le marché des voitures neuves peine à retrouver sa forme d’antan: juin 2021 n’a fait que 6,2% de mieux que le même mois de 2020. Le bilan est plus rose sur le premier semestre, qui signe une augmentation de 20,7%.

Auteur: Daniel Riesen

Plus 20,7%. Tel est l’accroissement des ventes de voitures neuves au premier semestre 2021, par rapport à la même période de 2020, une année marquée par le coronavirus. En 2021, bien que la pandémie continue de faire rage et que de nouveaux variants du virus menacent, la situation est nettement plus détendue qu’il y a un an; il est permis d’être optimiste. 

Attention, toutefois : +20,7% sonne bien, mais ce chiffre ne dit pas toute la vérité. Le retour à la normalité est plus long et compliqué qu’escompté. Le mois de juin 2021 a vu les ventes d’autos neuves augmenter de seulement 6,2% par rapport à la même période de 2020. Pour mettre les choses en perspective, le mois de juin 2020 bénéficiait, déjà, d’un «effet de rattrapage», car il voyait les concessions rouvrir, après le confinement du printemps. Néanmoins, quand on compare les 26 000 autos immatriculées au mois de juin 2021 aux 28 000 premières mises en circulation de juin 2019, on comprend qu’il reste du chemin à faire. 

Christoph Wolnik, porte-parole de l’association des importateurs suisses d’automobiles, auto-suisse, préfère voir le verre à moitié plein: «En matière de chiffres globaux, nous ne sommes pas encore au niveau où nous aimerions être. Nous avons du pain sur la planche si nous voulons atteindre notre objectif de 270 000 nouvelles voitures de tourisme pour 2021.» Plus qu’un boom, on assiste davantage à une douce relance. La prudence des consommateurs n’explique pas, à elle seule, cette timide reprise. Certains modèles peinent à être livrés, faute de composants pour les fabriquer. La pénurie des puces électroniques a largement été relayée par les médias, mais il est possible aussi que le manque d’autres composants stoppent les lignes de production. 

Les voitures électriques, elles, continuent leur marche triomphale. Elles se sont adjugées au mois de juin 14,2% des parts de marché, ce qui est supérieur aux ventes de diesel (13,5%). Difficile d’imaginer que les moteurs à auto-allumage représentaient près de 40% du marché, il y a cinq ans. Le dieselgate est venu entre-temps tout chambouler. 

Ce résultat extraordinaire des voitures électriques reflète, certes, une tendance, mais il est imputable aussi à un élément «extraordinaire»: Tesla. Le constructeur de Palo Alto a livré un nombre massif de véhicules en juin. Sa pénétration parmi les marques électriques est passée de 11,3% à environ 30% d’un seul coup! Comme d’habitude, aucun porte-parole de Tesla n’a répondu à nos demandes pour commenter ce résultat. 

Lorsqu’on ajoute les ventes de voitures hybrides rechargeables aux autos 100% électriques, la part de marché des voitures «enfichables» atteint environ 25% en juin et 18,2% sur le premier semestre. Et le festival des propulsions électrifiées ne s’arrête pas là: en additionnant encore les hybrides, on arrive à environ 40% de voitures partiellement ou 100% électriques en juin 2021. Heureusement, les bornes de recharge se multiplient rapidement sur notre territoire (+30% en une année).

VW en tête, Audi accélère

Comme toujours, toutes les marques ne sont pas égales face au marché; de grandes disparités existent. Le leader VW a repris ses distances sur son dauphin Mercedes, alors qu’il végétait encore à une inhabituelle quatrième place en début d’année. Volkswagen, comme marque, est la seule à pouvoir se targuer d’une part de marché à deux chiffres. Troisième du classement des ventes, BMW accuse un retard de 2000 unités par rapport à son rival de Stuttgart sur le premier semestre 2021. Si Audi a beaucoup refait son retard (+58,4% par rapport à la même période de 2020), elle reste 2000 immatriculations derrière son ennemi bavarois. 

Quant aux autres marques premium, Volvo – très en verve ces dernières années – a perdu beaucoup de parts de marché, mais peu de ventes en chiffres absolus ; elle n’a, dès lors, que peu profité de la reprise. Land Rover se défend bien, Alfa Romeo marque le pas et Lexus reste confidentielle.

Parmi les constructeurs généralistes, c’est Suzuki qui tire son épingle du jeu: le japonais a connu une croissance de 58% sur le premier semestre. Les autres marques asiatiques, comme Kia, Mazda, Hyundai et Toyota ont aussi enregistré des progrès bien supérieurs à la moyenne. Même Honda – régulièrement malmenée sur le marché ces dernières années — a repris du poil de la bête. Avec 1279 autos écoulées entre janvier et juin, «le grand H» a vendu plus du double de voitures en comparaison avec l’an dernier. Il s’atteste ainsi à une part de marché de 1%. Pour Honda, 2020 et 2021 sont des années de transition sur la voie vers l’électrification. Romeo Eugster, porte-parole de Honda, attribue ce regain de forme à la nouvelle Honda Jazz Hybrid. «La nouvelle HR-V Hybrid fera ses débuts en Europe à la fin 2021 et sera suivie par la nouvelle Civic. Cette dernière mettra un point final à l’ère des moteurs à combustion.»

Peugeot montre, elle aussi, une forme remarquable, par rapport à l’an dernier. Bien que la marque au lion soit encore loin de ses fastes du passé, elle a enregistré +50,6% au premier semestre. Le directeur du marketing, Tobias Dilsch, nous explique que ce résultat est partiellement lié à la disponibilité fluctuante de certains modèles. Reste que la 208 demeure une valeur sûre, en se posant comme le fer de lance de cette croissance. Dilsch révèle que la variante électrique, la e-208, s’arroge 25 à 30% des ventes de la citadine. 

Du côté de ceux qui font grise mine, nous retrouvons les firmes de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Tous les trois ont vu leurs ventes chuter, même en comparaison avec un exercice 2020 déjà mauvais. Leur part de marché cumulée est ainsi passée de 7,7 à 5,5%, imputable entre autres à la chute brutale de Mitsubishi (-34,4%). Ce résultat catastrophique de Mitsubishi n’est pas très étonnant, puisque la direction des trois diamants a décidé, à la mi-2020, de suspendre provisoirement le lancement de nouveaux modèles en Europe. On pourrait croire à un abandon progressif du Vieux Continent, mais la marque a fait savoir que de nouveaux modèles arriveraient en 2023.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.