Le choix à la puissance trois

Les différentes propulsions ne répondent pas toutes aux mêmes exigences. Si le monde est resté longtemps partagé entre l’essence et le diesel, il devient tridimensionnel avec la propulsion électrique.

Qu’il soit à combustion interne ou électrique, chaque moteur a ses avantages particuliers. L’ancienne règle était stricte: un moteur à essence est agréable à conduire, un diesel convient pour les longs trajets et l’électrique est adapté à la ville. Mais est-ce encore valable aujourd’hui?

Une voiture pour trois types de propulsion: la 208 a beau être l’un des plus petits modèles de la gamme Peugeot, c’est une géante en matière de diversité de moteurs. Elle roule, en effet, aussi bien en tout électrique qu’à l’essence ou au diesel. A ce propos, quelle est la meilleure motorisation? Toutes sont évidemment recommandables, mais pas pour les mêmes raisons.

Ce n’est pas pour rien que la nouvelle Peugeot 208 a été élue «Voiture de l’année» l’an dernier. Effectivement, elle ne fait que suivre une tradition initiée par une lignée d’illustres aïeules. La citadine est ainsi devenue la sixième Peugeot à séduire le jury qualifié et à remporter ce prix prestigieux. La gamme actuelle compte d’ailleurs deux autres voitures de l’année avec la 308 titrée en 2014 et la 3008 en 2017! Au palmarès du lion figurent aussi la 307 élue en 2002, la 405 en 1988 et, avant elles, la 504, qui offrait sa première couronne à Peugeot en 1969. Précisons qu’en 2020, la 208 signait une victoire nette en reléguant la concurrence à bonne distance.

Un expert et membre du jury déclarait alors, à la suite de la publication des résultats: «La Peugeot 208 a battu ses principales rivales du segment des petites voitures grâce à un large choix de groupes propulseurs. Et à une conduite amusante!» Il est désormais temps d’examiner de plus près ces différents types de motorisation. Car après tout, chaque client a des attentes et des exigences très personnelles concernant les capacités de sa voiture.

Petite lionne qui a tout d’une grande

De quoi est donc capable cette charmante Peugeot 208, qui prend des airs de grande voiture? L’avant interpelle avec des feux diurnes caractéristiques en «dent de sabre», un trait de style repris de la grande lionne – la 508. Cette face avant séduit tant par le lionceau rugissant au milieu de la calandre que par les phares s’intégrant parfaitement à la grande grille du radiateur et aux passages de roue prononcés. De profil, on remarque un montant C triangulaire portant le lettrage «208», hommage avoué à l’iconique 205, un jalon de l’histoire sochalienne. L’arrière, avec sa bande noire brillante et ses feux arrière évoquant des griffes, reprend les codes stylistiques de la 508 et apporte une touche de personnalité rafraîchissante dans un segment où la sobriété est habituellement la norme. 

Cette audace stylistique s’étend aussi à l’intérieur où trône un «i-Cockpit» moderne accompagné d’un petit volant à deux branches. Le combiné d’instruments juché tout en haut du tableau de bord est devenu une véritable marque de fabrique de la maison Peugeot. De même que le système d’infodivertissement souligné par son  clavier, qui combine à la fois boutons physiques et touches capacitives. L’instrumentation entièrement numérique de grande taille se singularise par un effet 3D qui n’a rien d’un gadget: celui-ci fait ressortir les informations majeures au premier plan, de manière à les rendre immédiatement lisibles. D’après Peugeot, ce dispositif réduirait potentiellement le temps de réaction du conducteur d’une demi-seconde. Et puis, ça en jette!

Une plateforme moderne

La voiture repose sur la récente plateforme modulaire commune CMP. Introduit en 2018, ce châssis a été conçu avec un but bien précis: celui d’être en mesure de recevoir différents types de chaîne cinématique, à savoir aussi bien des moteurs à combustion que des groupes propulseurs électriques.

Cette conception aboutie se ressent à l’usage, que l’on roule avec une version essence, un diesel ou la mouture électrique. Dans cette dernière, on ne décèle aucune des carences conceptuelles qui grèvent parfois les modèles électrifiés après coup. Le châssis supporte parfaitement le poids supplémentaire des batteries, la dynamique de conduite est ainsi intacte et la capacité du coffre n’est pas entamée par l’intégration des accus. Avec la plateforme CMP, tout a été prévu dès le début!

Dans la Peugeot e-208, les ingénieurs ont veillé à répartir autant que possible les modules de la batterie sur l’ensemble des soubassements de la voiture: sous la banquette arrière, dans le tunnel central et même sous les sièges avant. A l’instar du coffre, l’espace intérieur a donc été totalement préservé.

Comme pour les versions à moteur à combustion, le moteur électrique de la e-208 – une machine synchrone à excitation permanente – se trouve sous le capot avant. La répartition des masses équilibrée entre les essieux avant et arrière rend la tenue de route d’autant plus saine. 

Une électrique «tout usage»

Les électriques traînent toujours l’image de voitures pour la ville. Or, ce n’est pas forcément le cas, comme le prouve l’e-208. Grâce à son moteur coupleux, elle est à l’aise sur les routes exigeantes.

La Peugeot e-208 ne fait pas partie de ces voitures électriques excentriques voire outrageusement futuristes, même si son design s’affranchit des conventions en bien des points. Elle s’adresse avant tout à ceux qui souhaitent migrer vers la mobilité électrique sans faire ni vagues ni sacrifices. Hormis quelques détails décelables par l’initié, la e-208 diffère peu visuellement de ses consœurs à moteur à combustion. L’emblème du lion sur la calandre et le couvercle du coffre arbore une crinière bleue, référence discrète à la propulsion électrique. 

L’e-208 possède un avantage décisif dans la mesure où elle devient la version la plus puissante de la famille 208 avec ses 100 kW (136 ch) et son couple de 260 Nm. Ceux qui conduisent régulièrement dans le trafic urbain apprécieront particulièrement le dynamisme et le confort de la propulsion électrique. La lionne s’élance promptement sur les premiers mètres, atteignant 30 km/h en 1,5 seconde à peine et 50 km/h en moins de 3 secondes. Une belle preuve de vivacité!

Certes, les personnes qui aujourd’hui ne se déplacent qu’en ville achètent rarement une voiture, qu’elle soit électrique ou pas. La Peugeot e-208 peut-elle séduire des usagers qui partent plus loin et dès lors s’émanciper de cette image de véhicule urbain qui colle aux pneus des citadines électriques? A la lecture de sa fiche technique, on s’aperçoit que l’e-208 peut effectivement s’aventurer sur les routes avec beaucoup de vitalité sans jamais avoir à rougir de ses prestations. Aucune autre 208 ne sprinte aussi vite le 0 à 100 km/h que l’électrique! En revanche, l’e-208 affiche la vitesse de pointe la plus faible de la gamme, celle-ci étant régulée à 150 km/h. Mais est-ce encore un défaut aujourd’hui, où les occasions de dépasser les 130 km/h sont très rares? 

Toujours à propos de chiffres, ceux ayant trait à l’autonomie prennent ici toute leur importance. Affichant une grosse capacité de 50 kWh, la batterie lithium-ions permet de parcourir 340 km (cycle WLTP). Et grâce à une puissance de charge maximale de 100 kW en courant continu, recharger 80% de la batterie dure à peine 30 minutes dans une station rapide. La procédure est facilitée par l’EV Pass, une carte de ravitaillement acceptée par plus de 60 000 stations de recharge dans toute l’Europe. Désormais, la grande majorité des stations proposent aujourd’hui une activation simplifiée par smartphone via code QR et paiement par carte de crédit. Si vous chargez la voiture sur un boîtier mural à courant alternatif – à la maison, dans un centre commercial ou un parking – il faudra compter environ quatre heures et demie pour régénérer 80% de l’autonomie.

Des moteurs à combustion propres

Si vous vivez dans un immeuble locatif, vous n’avez probablement pas (encore) la possibilité de brancher votre voiture pendant la nuit. Mais il ne faut pas renoncer à une 208 pour autant. Avec les moteurs PureTech, la Peugeot offre un choix de motorisations essence propres et économiques. Toutes sont des variations du trois-cylindres éprouvé d’une cylindrée de 1199 cm3 disposant à choix d’une puissance de 55 kW (75 ch), 75 kW (100 ch) ou 96 kW (130 ch). Les deux dernières reçoivent un turbocompresseur. Outre les boîtes manuelles à 5 ou 6 vitesses, une automatique à 8 rapports figure aussi au catalogue. Le lionceau est donc très bien pourvu, quel que soit son terrain de chasse. Agile en ville, il peut se montrer endurant et confortable sur les grands axes. 

Néanmoins, les gros rouleurs peuvent jeter leur dévolu sur la motorisation diesel BlueHDi. Ce quatre-cylindres de 1,5 litre délivre 75 kW (100 ch) et brille par sa faible consommation (4,4 l/100 km en cycle mixte). Cette mécanique fortement dépolluée permet ainsi de réduire les dépenses en carburant.

Est-il possible de réunir les attributs d’une grande routière et ceux d’une maniable citadine? Peugeot n’est pas loin de réussir cette gageure.  Par rapport aux modèles précédents, le châssis de la 208 a été ouvertement développé dans le but de gagner en confort. Les sièges avant sont aussi une source de détente. A l’évidence, la 208 apporte une touche de luxe et de raffinement bienvenue dans la catégorie, qui se traduit aussi par divers systèmes d’assistance avancés, proposés en option sur toutes les variantes du modèle. Parmi ces technologies, citons le régulateur de vitesse adaptatif avec reconnaissance des panneaux de signalisation – très fiable – et le correcteur actif au maintien de voie. Au moment d’aborder l’autoroute au volant de la 208, baigné dans la quiétude, on en oublierait presque le modeste format de l’auto.

Décloisonner les types de mobilité

Pendant des décennies, la règle était claire: pour la conduite sportive et les petites distances, les motorisations essence s’imposaient alors que le diesel dictait sa loi pour les longs voyages. Aujourd’hui, le développement de l’offre électrique change la donne. Finis les stéréotypes, d’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte. Ainsi, les pendulaires qui utilisent fréquemment leur voiture peuvent sérieusement envisager l’alternative «voltée». Plus encore s’ils ont la possibilité de recharger la voiture à domicile ou au travail.

Dans le cas de Peugeot, l’électrification apporte également une touche de dynamisme supplémentaire. Grâce à son couple élevé et à sa réponse immédiate, même un petit moteur comme celui de la e-208 procure un agrément de conduite inégalé. A ce niveau de gamme, aucun moteur à combustion ne fait aussi bien, ni ne donne aussi bonne conscience!

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.