Un nouveau visage pour la F-Type

CHANGEMENT La Jaguar F-Type affiche une classe folle après son second lifting. Sa musicalité et ses performances restent ses meilleurs atouts.

La F-Type fait une mue en profondeur. Ce second lifting lui vaut une nouvelle calandre, plus large et plus basse, et des yeux dotés de minces LED. Une caractéristique qui lui donne un look à la fois élégant et agressif, lorsqu’elle évolue sur route. Ce qui ne change pas: le long capot moteur, ponctué d’un power dome et de prises d’air, se rabattant de façon spectaculaire vers l’avant. Pour son nouveau «regard», deux camps se dessinent déjà: ceux qui préféraient l’ancien faciès, avec les phares mordant sur le flanc, et ceux qui préfèrent ce design. Impossible de les mettre d’accord, car c’est une question de goût. Le nouvel éclairage de jour est en forme de J paraît bien vu, dans tous les cas, pour mettre en valeur les arêtes extérieures des optiques. 

La poupe demeure inchangée, à un détail graphique près: la forme en zigzag des nouveaux feux arrière à LED. Ceux-ci évoque le tracé d’une chicane, un clin d’œil au monde des circuits et au pedigree sportif de la marque de Coventry. En particulier aux années 50 où, avec ses C-Type et D-Type, Jaguar a remporté à plusieurs reprises les prestigieuses 24 Heures du Mans. Le dessin de la croupe, lui, avec ses quatre sorties d’échappement cernées par un volumineux tablier, est tout simplement impressionnant. 

Pour cette nouvelle proposition, la palette des motorisations comporte un nouveau quatre-cylindres 2,0 litres suralimenté de 300 ch, qui vient épauler les deux V8 de 5,0 l à compresseur d’une puissance de 450 ch ou 575 ch. Sur les deux propulseurs V8, le compresseur est allié à deux échangeurs d’air avec, chacun, son circuit d’eau de refroidissement. Un bon point car, en respirant mieux, le moteur crache plus de puissance, tout en étant plus efficient. Le résultat parle de lui-même, le «nouveau» huit-cylindres de 450 ch catapulte la Jaguar F-Type de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes. Le coupe  maxi de 580 Nm, disponibles sur une plage de régime de 2500 à 5000 tr/min, n’est pas étranger à une telle vivacité. Ce n’est qu’à 285 km/h que le moteur jette l’épongue. Sur la R, ce sont 575 ch et 700 newtons-mètre à disposition du pied droit. 

Quant aux «anciens» six-cylindres de 340, 380 et 400 ch, tous ont disparus de la palette des propulseurs disponibles. Tous les moteurs sont désormais accolés à une boîte ZF automatique à huit vitesses, avec possibilité d’intervenir manuellement avec le pommeau Sport-Shift ou avec les palettes derrière le volant. Rétrogradez, et le V8 rugira avec des notes plutôt grisantes, bien que de façon moins démonstrative que par le passé. La sonorité est caverneuse, mais les grondements ne se font plus entendre, comme auparavant, sur toute la plage de régime. Le volume sonore est désormais mieux orchestré, au détriment d’une certaine affirmation. En revanche, rassurez-vous: les râles à la sortie d’échappement continuent de donner la chair de poule, tant ils sont poignants.

Comportement sécurisant
A allure normale, la F-Type montre le visage d’un  bon matou, plutôt que d’un fauve, avec un comportement très sécurisant. Sur terrains difficiles, la neige par exemple, le couple est réparti entre les essieux avant et arrière. Le châssis adaptatif tient compte à la fois des conditions de circulation et de l’humeur du conducteur pour choisir la réponse la plus pertinente. Les ordres de braquage sont analysés jusqu’à 500 fois par seconde et les mouvements de la carrosserie, jusqu’à 100 fois. Toutes les F-Type V8 sont équipées en série du contrôle vectoriel du couple: ce différentiel actif, à contrôle électronique, aide le fauve à fermer la trajectoire, en sortie de virage. 

Il suffit d’activer le mode Dynamic pour que les voyants dans le cockpit passent au rouge, mais il y a mieux: les changements de rapports sont plus incisifs et interviennent à plus haut régime. Les réactions sont plus sensibles, les amortisseurs plus durs et la résistance de la direction est accrue. Il existe une grande différence de caractère entre les modes Dynamic et Hiver, même si la F-Type pourrait faire encore mieux en matière d’agilité et de réactivité. Malgré le compresseur, le moteur s’accorde «une seconde de réflexion» à l’écrasement de la pédale, avant de se jeter dans la bataille. Plus léger de 140 kg, le quatre-cylindres serait-il en réalité plus incisif encore? Il revendique, en effet, un couple de 400 newtons à 1500 tours/minute. Avec de telles valeurs, le tachymètre a vite fait de s’emballer, quel que soit le moteur. Aux vitesses supérieures, un aileron vient escamotable s’élève pour générer jusqu’à 120 kg d’appui supplémentaire. Dommage que son dessin ne soit pas une grande réussite esthétique, mais heureusement, il se retracte et se fond dans la carrosserie quand il n’est pas en service. En ce qui concerne le volume sonore, en revanche, la F-Type vous régale avec un crescendo de notes furieuses. Il n’est toutefois pas aussi enjoué et décomplexé que son prédecesseur. 

Le cockpit de la F-Type est ergonomiquement parfait, mais le principal atout de cette Jaguar est incontestablement le V8 à compresseur. Le coffre s’adapte bien à un usage quotidien. 

Du neuf avec du vieux dans le cockpit  
Dans l’habitacle, la qualité de finition est au rendez-vous. La poignée de maintien pour le passager est bien intégrée à la console médiane. Il l’appréciera à sa juste valeur malgré un dessin des sièges cherchant davantage la fonction que l’esthétique. Côté équipements, l’écran de 12,3 pouces en guise de tableau de bord brille par sa résolution et sa simplicité d’utilisation. Le conducteur pourra afficher, à sa convenance, l’instrumentation classique ou la carte du GPS. La majorité optera certainement pour le compte-tours central avec tachymètre. Ces deux cadrans numériques, compte-tours et vitesse, jurent tout de même dans cet écrin raffiné. A la place de ces pixels, nous aurions apprécié de nobles cadrans analogiques, correspondants à  la tradition de Jaguar. D’autres commande inspirées de l’ergonomie d’un avion de chasse ont heureusement été conservées. Voilà qui a de quoi réchauffer le cœur des nostalgiques! 

Le système multimédia de 10 pouces est, lui aussi, une importante concession à la modernité, mais ici, l’ensemble paraît plus harmonieux. Avec Android Auto ou Apple Carplay, synchroniser son smartphone est un jeu d’enfant. L’appli Jaguar, mise au point avec Spotify, est intégrée au système inforécréatif Touch-Pro. Avec des matériaux comme le cuir Windsor, la F-Type soigne le confort aussi. Les sièges et les contre-portes sont ornés de surpiqûres en losange et sur les appuis-tête, on retrouve un félin bondissant. L’appli Jaguar Remote permet d’enregistrer les trajets, de contrôler le niveau d’essence ou de retrouver sa voiture à l’issue d’une promenade. On peut aussi climatiser, chauffer et déverrouiller la voiture à distance. 

Nous avons là une voiture bien pensée et qui se soucie en permanence de son propriétaire, avec une politesse toute britannique. Mais elle sait aussi se montrer excentrique, quand il le faut. Et ça aussi, c’est très british! 

VERDICT
Le circuit n‘est pas vraiment la tasse de thé de la Jaguar F-Type, malgré son V8 à compresseur. Son poids de 1870 kg est trop handicapant et la direction trop paresseuse pour cela. C’est, certes, un problème de luxe, mais on ne peut pas en faire abstraction. La noble anglaise sait, en revanche, séduire au quotidien. C’est une sportive qui s’accommode de tous les style de vie et, même lorsque l’on flirte avec les limitations de vitesse, elle ne donne jamais de sueurs froides. La tenue de route offre de confortables de marges de sécurité dans presque tous les cas. Et personne n’osera critiquer le rapport prix-prestations. La F-Type garantit à son propriétaire un caractère unique, avec toujours les incomparables sons hargneux de son V8.

Vous trouverez la fiche technique de ce modèle et les mesures effectuées par la RA dans la version imprimée du journal.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.