La raison d’abord

PAIRE IDÉALE L’Audi Q5 TFSI e n’a pas le mordant que laisse augurer ses 367 ch, mais ce SUV hybride s’inscrit bien dans l’air du temps.

Penser ce qui est vrai, ressentir ce qui est beau et vouloir ce qui est bon: l’impulsion de différentes forces de l’âme rend les esprits heureux. Il est ici question de stimulation par électrochoc, car il est dans l’air du temps d’insuffler un peu d’électrons dans les voitures. Par exemple, d’ici 2025, le portefeuille d’Audi comprendra plus de 30 modèles aux électrons, dont vingt qui seront 100% électriques. Un choix logique dans la mesure où l’on conduit le plus souvent sur de courtes distances, en ville. C’est précisément dans la jungle des feux de circulation, de plus en plus dense et exiguë, que la propulsion électrique dévoile ses atouts: elle y est plus écologique, et tout simplement plus agréable. Seuls ceux qui pensent encore impressionner leur dulcinée ou revigorer leur taux de testostérone sur une sérénade à l’échappement auront quelque chose à redire. 

L’hybridation est au goût du jour et l’Audi Q5 n’y fait pas exception. Dans cette version 55 TFSI e quattro, le SUV embarque un 2,0 litres essence ainsi qu’un moteur électrique à excitation permanente, intégré directement dans le carter de la boîte robotisée à double embrayage S-tronic à sept rapports. Avec une puissance globale de 367 chevaux, à savoir 252 pour le 4-cylindres turbocompressé et 142 pour le moteur, la TFSI e développe 20 ch de plus que le haut de gamme SQ5 doté d’un 6-cylindres diesel. Néanmoins, le Q5 hybride ne peut pas offrir la même explosivité que le gros diesel, fort de 700 Nm de couple. Reste que les 500 Nm de l’hybride, disponibles très tôt (1250 tr/min), rendent la conduite très plaisante dès le démarrage. Et puis, les performances pures ne sont pas en reste, avec un temps de 5,3 s de 0 à 100 km/h et une vitesse maxi de 239 km/h. Le Q5 55 TFSI e ne peut toutefois pas dépasser 135 km/h en mode purement électrique. Quant à la consommation, Audi estime qu’il est possible de couvrir 100 km avec  deux litres de sans-plomb ou 17,5 kWh de courant, bien que l’autonomie électrique n’excède pas 54 kilomètres. Dans les faits, c’est peut-être possible en roulant en descente, à une allure modérée et avec les systèmes d’assistance éteints; en réalité, il vaut mieux tabler sur 5 l/100 km, 20 kWh/100 km et 40 km d’autonomie électrique. Ce qui reste convenable.

L’Audi Q5 TFSI e est déjà bien équipée de série: l’arsenal de base compte les phares à LED, les sièges sport, la climatisation automatique à trois zones, le système «sans clé», les roues de 18 pouces à turbine. Le coffre ne souffre pas trop de la transformation en une version hybride rechargeable. La place pour les passagers arrière est convenable. 

Une fois épuisée, la batterie peut être facilement rechargée pendant la nuit sur une prise de courant de 220 V, en six heures environ. Les nouveaux modèles à brancher d’Ingolstadt s’appuient sur une charge biphasée de 16 ampères; avec une capacité de charge de 7,4 kilowatts, la batterie peut ainsi être rechargée en moins de deux heures sur un boîtier mural. L’équipement standard comprend le système de recharge compact et un câble Mode 3 avec une prise de type 2 en vue d’une utilisation sur les points de recharge publics. Le système de recharge compact inclut des câbles pour les prises domestiques et industrielles ainsi qu’une unité de commande. La batterie lithium-ions d’une capacité de 14,1 kWh est située sous le plancher du coffre à bagages. Comme son efficacité dépend d’une bonne gestion thermique, elle est reliée au circuit de réfrigérant de la climatisation et au circuit de refroidissement du moteur thermique, selon qu’elle doit être refroidie ou tempérée. 

Sur la route, ce SUV premium procure une conduite souveraine empreinte de douceur. La suspension pneumatique adaptative absorbe presque totalement les irrégularités du revêtement et le centre de gravité pas trop élevé contribue au bon équilibre de l’ensemble. Les conditions sont donc réunies pour transférer efficacement la puissance au sol, et profiter pleinement de la cavalerie disponible. La conduite sportive n’est pas à proscrire, le Q5 hybride affichant une bonne tenue dans les virages sans trop chercher l’extérieur. La transmission quattro, toujours sur le pied de guerre, intervient de façon prédictive sur le comportement dynamique grâce à son système de pilotage intelligent qui interprète en permanence les données des capteurs et le comportement du conducteur. Lorsque l’adhérence et la motricité sont bonnes, l’Audi Q5 fonctionne comme une traction; du couple est envoyé à l’arrière dès que du patinage est décelé.

Derrière le volant, on apprécie le caractère franc de la direction, au même titre que l’ambiance distinguée de la marque. Dynamique et rigoureuse, cette Audi est aussi confortable, distillant ses 367 chevaux à la manière d’une force tranquille. Dans sa livrée assez discrète, le Q5 55 TFSI e quattro  joue la carte de l’harmonie et correspond très bien à l’idée que l’on se fait d’une hybride rechargeable à faible consommation de carburant. Tout l’inverse de la DeLorean de DocBrown dans le Far West.  

Utiles prédictions
Le conducteur de l’Audi Q5 TFSI e peut décider lui-même de la manière dont interagissent les deux motorisations, via trois modes. La gestion hybride sélectionne automatiquement la meilleure stratégie d’exploitation en matière de consommation de carburant. La voiture démarre en mode EV (électriquement), puis le bloc thermique s’enclenche selon la situation. Pendant la conduite, l’assistant d’efficacité prédictive (optionnel) garantit une utilisation optimale de la ressource électrique. Analysant en temps réel les données de navigation, il adapte l’itinéraire à venir et annonce par un signal visuel ou une pulsation dans la pédale d’accélérateur, le moment de lever le pied, comme avant une descente ou un rond-point. Pour la première fois, la planification des itinéraires prend également en compte les données du trafic urbain. 

Elégance absolue
Outre le mode hybride, le conducteur peut choisir entre le mode VE et le programme de maintien de la batterie. En mode VE, la voiture évolue sur la seule force électrique, sauf si l’on écrase l’accélérateur à fond. La modalité «maintien de la batterie»  préserve, pour sa part, une certaine capacité électrique, en vue d’un passage en ville, par exemple. 

Le volet de chargement situé à l’arrière gauche est l’élément distinctif majeur de ce Q5 hybride. A l’intérieur, l’environnement reste classique, toujours marqué par le sceau de la qualité Audi, tant en matière d’assemblage que de matériaux. La gestion thermique standard avec pompe à chaleur contribue au niveau élevé de confort. Ce système récupère et stocke la chaleur résiduelle du moteur à combustion et de la chaîne de propulsion électrique afin d’accroître l’autonomie de la batterie, même par temps froid. Simultanément, le chauffage de l’habitacle entre plus vite en action. 

L’application myAudi se révèle très pratique pour les modèles électrifiés, puisqu’elle permet de visualiser l’état de la batterie et l’autonomie, lancer des cycles de charge, programmer des minuteries ou encore consulter les statistiques de charge et de consommation. De plus, le calculateur d’itinéraire de l’application et la navigation MMI optionnelle indiquent les stations de recharge disponibles à proximité. L’application myAudi permet aussi de climatiser l’habitacle avant le départ, le tout à distance. Déjà bien équipée de base, l’Hybrid Q5 TFSI e est vendue à partir de 76 000 francs.


VERDICT Michael Schenk, essayeur

Ses 367 chevaux ne doivent pas vous induire en erreur: ce SUV hybride est dynamique sans être sportif, ce rôle étant dévolu au SQ5 TDI pourtant moins puissant (347 ch). L’hybridation et la technologie dédiée sont clairement orientés vers les économies d’énergie, plutôt que vers l’ascension fulgurante de cols. Le Q5 rechargeable est ainsi avare en CO2 sur de courtes distances,  Audi annonçant officiellement 49 grammes par kilomètre. Convertie, cette valeur signifie environ deux litres de carburant aux 100 kilomètres. Sur longues distances à vitesse soutenue, avec une résistance aérodynamique accrue, cette donnée devient illusoire. Pour le reste, Audi tient ses promesses, la mise au point, la qualité de fabrication et l’agrément de conduite faisant une fois encore honneur aux anneaux. Le Q5 TFSI e quattro peut donc parfaitement jouer son rôle de voiture principale au quotidien.

Vous trouverez la fiche technique de ce modèle et les mesures réalisées par la RA dans la version imprimée du journal.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.