Tous les mêmes au volant!

CATALOGUE Dans l’idée de gagner des lectrices ou de provoquer, le rédacteur en chef du catalogue de 1968 a publié un essai sur les femmes, plus fortes en conduite que les hommes.

L’année 1968 a non seulement marqué les esprits des hippies mais aussi celui des étudiants et de la nouvelle gauche. Pour les voitures, c’était l’époque de la Ford Mustang Bullitt, de la Chevy Camaro C3. Le rédacteur en chef de la Revue automobile de l’époque, Robert Braunschweig, a tenté de concilier toutes ces choses dans le catalogue de 1968 et a publié un essai de l’auteur britannique Joyce Wilkins, intitulé «Les hommes ne devraient pas conduire de voitures»: «Depuis que les voitures existent, la rue est dominée par les hommes. Mais les temps changent, et aujourd’hui, beaucoup de femmes seront d’accord avec moi pour dire que la place des hommes est à la maison. Les conductrices ont assez longtemps partagé le rôle d’un personnage dont on se moque, comme avec les belles-mères. Les hommes feraient bien de vérifier leur propre style de conduite avant de continuer à nous critiquer. Toute femme confirmera que les hommes font de merveilleux compagnons. Les hommes sont de talentueux coiffeurs et comprennent la mode, c’est pourquoi ils devraient rester pour coiffer et habiller les enfants. Beaucoup d’entre eux savent manipuler poêles et épices pour cuisiner. Quand les hommes lavent la voiture, ils sont occupés et heureux pendant des heures. Les travaux ménagers sont effectués de manière extrêmement minutieuse, mais pas toujours très rapidement. Les hommes ne doivent donc pas se sentir inutiles, même si nous les laissons à la maison comme des conducteurs trop dangereux. Que ce soit sur l’autoroute ou ailleurs, les hommes conduisent partout de la même façon. Et pourtant, les hommes nous sont supérieurs à un égard: les femmes ont besoin des deux mains pour conduire, mais beaucoup d’hommes semblent convaincus qu’une seule main sur le volant suffit. C’est probablement pour cela qu’ils laissent pendre un bras par la fenêtre ou enlacent leur compagne Les chauffeurs qui fument devraient être brûlés en même temps que leur prison. Leur flegme peut pousser les autres conducteurs au désespoir, mais leur cigarette est plus importante que le trafic. Lorsque l’intérieur de la voiture se remplit d’un brouillard impénétrable, le conducteur s’enfonce dans un demi-sommeil satisfait. Comment ces hommes peuvent voir à travers l’écran de fumée et les fenêtres embuées me dépasse.» 

Le Catalogue 1968 était joliment illustré par Giorgio Gugliemetti.

Joyce Wilkins conclut après sept pages: «Mais pour un contrôle efficace de la circulation, il nous faut autre chose: des femmes commandant la patrouille routière. Alors, les hommes vont marcher!» Un message un peu mystérieux, dont on ignore comment il a été perçu par le lectorat masculin, surtout lorsqu’elle décrit dans son essai ceux qui aiment frimer au volant, un comportement peu apprécié des femmes. L’édition 2020 du Catalogue est entièrement centrée sur les voitures. A relever que la couverture de 1968 mettait en valeur une Chevy Camaro SS. Certaines choses ne changent pas! 

Vous n’avez pas encore votre exemplaire du «Catalogue de la Revue Automobile 2020»? Commandez-le sur: www.catalogue2020.ch

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.