Corps de carbone

PORTRAIT MÉCANIQUE La Golf II pilotée par Simon Wüthrich a repris la route après son accident de l’année dernière.

Le 30 juin 2019, Simon Wüthrich n’est pas prêt de l’oublier. Lors de la course de côte de Reitnau, le Bernois de 39 ans a dérapé sur une plaque d’huile laissée par un concurrent, suite à quoi sa Golf II, la «Turbiene», devenue incontrôlable, est partie en toupie. «J’ai percuté de front une botte de paille. Malgré son poids de 800 kg, la botte a bougé de plusieurs mètres», se rappelle Wüthrich. Qui continue: «Je m’en suis sorti sain et sauf, mais la voiture a été considérablement endommagée, et ce de la carrosserie au moteur, en passant par le système de refroidissement ou encore les collecteurs.»   

D’innombrables heures de travail et près d’un an plus tard, la Golf II brille à nouveau: «La carrosserie est complètement nouvelle. Désormais, elle n’est plus en acier, mais bien en fibre de carbone. Nous avons réalisé nous-mêmes les moules adéquats pour la fabrication», explique Simon Wüthrich. «Alléger la voiture pour la rendre plus rapide, telle est notre devise», explique celui qui fait partie depuis l’an 2000 d’un groupe de cinq passionnés, le team «Turbiene Motorsport». 

La Golf II embarque de nombreuses pièces fabriquées en interne par Turbiene Motorpsort, comme le moteur ou le carter d’huile.

Au début, tout le monde a rigolé
Pilotée par Simon Wüthrich, la Golf II n’appartient pas pour autant au Bernois, puisqu’elle est bien la propriété du team. A vrai dire, la Golf II   a tout d’abord appartenu à Beat Wüthrich (aucun lien de parenté avec Simon, juste un nom en commun). Et si c’est aujourd’hui Simon qui la pilote, c’est tout simplement parce que c’est lui qui a «le plus mis la main à la poche», explique-t-il en riant. La bande de copains a débuté ses activités en bricolant des mobylettes et des scooters avant de s’attaquer aux voitures. «En l’an 2000, déjà, cette voiture avait un moteur turbo avec un boîtier électronique programmable. La même année, quand nous nous sommes alignés pour la première fois au départ d’une course de côte, à Reitnau, tout le monde a bien rigolé. On nous a pris pour des loubards.» La Golf II Turbo 4×4, telle qu’elle est là devant vous, existe depuis 2003. «Les années suivantes nous ont coûté cher: plusieurs arbres de transmission sont passés de vie à trépas. Mais nous n’avons jamais cessé d’apprendre et de nous perfectionner. Cela a profité à la voiture qui a troqué sa chaîne cinématique de simple traction au profit d’une transmission intégrale. En outre, la puissance est passée de 380 à 600 ch», se rappelle Wüthrich.

L’Einstein des moteurs 
Pour autant, la Golf II n’en garde pas moins certaines des ses pièces d’origine, comme l’assure Wüthrich: «Le châssis est d’origine, tout comme le bloc-cylindres et les culasses, mais le reste est de fabrication maison. Le carter de boîte de vitesses et le différentiel proviennent d’une Golf, mais les engrenages sont notre œuvre.» C’est Beat Wüthrich qui a imaginé toutes ces optimisations. «C’est un vrai génie, de ce point de vue! C’est notre Mario Illien à nous», vante son homonyme. 

L’aérodynamique de la Golf II est du ressort de Simon Wüthrich – qui ne s’étend pas trop là-dessus: «Naturellement, la Golf possède également un soubassement et un diffuseur améliorant tous deux l’appui. Mais je ne suis pas partisan des ailerons. Ils rapportent quelque chose sur circuit, mais pas en côte. En plus, le pare-brise est très vertical, ce qui procure une surface de deux m² de plus pour l’appui», développe Simon Wüthrich.

«Même lorsque nous perdons, nous restons très fiers du travail que nous avons accompli sur cette voiture. Ramener la voiture à bon port est notre priorité.» Ce qu’ils ont toujours réussi en dix ans, exception faite de ce funeste 30 juin 2019. «Mais cette journée a quand même eu du bon: malgré la violence de l’impact, aucun cordon de soudure de nos suspensions n’a cassé. Génial, non?» conclut Simon Wüthrich. 

Simon Wüthrich et ses coéquipiers du team «Turbiene Motorsport» ont assemblé un bolide de 630 ch et 880 kg.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.