Charge du renouveau

DOUBLE JEU Le Ford Kuga, troisième du nom, attaque le marché avec un nouvel élan, celui de sa propulsion hybride rechargeable.

L’électrification lourde devient toujours plus légère pour le portemonnaie. En effet, les modèles «enfichables», comme les voitures électriques ou hybrides rechargeables, débarquent dans les gammes des constructeurs généralistes. La technologie coûte de moins en moins cher et les marques préfèrent sacrifier quelques marges sur ces modèles «verts» afin d’éviter de douloureuses amendes liées à un dépassement des limites sur les émissions de CO2. Le marché voit ainsi les modèles hybrides rechargeables à moins de 40 000 francs se multiplier, à l’instar de la Seat Leon eHybrid (Fr. 37 900.–). Non loin derrière vient notre Ford Kuga Plug-in-Hybrid, dont le prix débute à 42 300 francs. 

Ce tarif peut paraître élevé pour un SUV de segment C, mais ses dimensions l’assimilent pratiquement à la catégorie supérieure: mesurant 4,61 m de long, le Kuga chatouille les 4,66 m d’un Mercedes GLC. A cet égard, et en comparaison avec le prix des autres SUV hybrides rechargeables, le tarif d’accès Kuga PHEV ne paraît pas si mal placé. Reste que la note grimpe à 52 850 Fr. sur notre modèle d’essai, en y ajoutant des extras tels le toit panoramique (1500 Fr.) ou la peinture métallisée (1000 Fr.). 

Das optionale ST-Line-Paket umfasst 19-Zoll-Räder, rote Bremssättel vorn und einen grösseren Dachkantenspoiler. Die sich elektrisch öffnende Heckklappe ist gegen einen Aufpreis von 500 Franken erhältlich.

Contraste intérieur-extérieur
Si le Kuga se situe à cheval entre les segments, pas de doute sur son appartenance à la famille Ford. Ses traits l’identifient aux créations récentes de la marque, Focus en tête, entre gueule béante et flancs échancrés. Ce côté sculptural est appuyé par les imposantes jantes de 19’’, le grand spoiler arrière et les étriers de freins rouges, tous regroupés dans le pack Styling ST Line à 1000 Fr. L’habitacle paraît moins affirmé en contraste avec le style de l’extérieur, les designers ayant visiblement délaissé le crayon «à main levé» pour la règle. Les commandes, bouches d’aération et écran flottant de 8’’ sont sagement ordonnés, sans trop de fantaisie. L’ergonomie est la principale gagnante de ce parti pris pour la sobriété, la maîtrise des fonctions ne demandant qu’un temps d’adaptation minime, tout étant logiquement placé. Une remarque valable aussi pour l’écran flottant du système d’infodivertissement, situé dans le champ de vision du conducteur. Le regard sera, en revanche, peu flatté par le graphisme du Sync 3 – nom du système d’infodivertissement – vieilli et peu recherché. L’essentiel est préservé, car l’arborescence des menus est intuitive, et la navigation entre les différentes pages, fluide. Le pilotage par commande vocale est, en revanche, assez peu abouti et mal exploitable, puisqu’il ne reconnaît pas le langage naturel, au contraire de l’interface de Mercedes. 

Die Optik des Armaturenbrett ist nüchtern, die Bedienelemente sind dafür logisch angeordnet. Der Gangwahlschalter steuert ein stufenloses Getriebe. Während der Bildschirm des Armaturenbretts sehr gut definiert ist, scheint der Acht-Zoll-Bildschirm des Infotainmentsystems in die Jahre gekommen und von der Konkurrenz überholt worden zu sein.

Aides heureusement paramétrables
Le Kuga se rattrape côté modernité grâce à l’écran du tableau de bord de 12,3’’, à la très bonne définition. De prime abord, la quantité d’informations sous les yeux peut dérouter, certaines indications importantes – comme l’état de la batterie – étant limitées à un petit symbole en bas de la lucarne. Même l’inhabituel compteur indiquant la quantité de puissance exploitée et sa provenance (moteur électrique ou thermique) requiert un petit moment d’adaptation. Heureusement, Ford offre la possibilité de paramétrer et de simplifier l’affichage. C’est d’ailleurs l’une des forces de l’ovale qui ­permet de régler les différents assistants de conduite avec une certaine latitude. Il est, par exemple, possible de désactiver la reprise auto­matique des limitations de vitesse (par lecture des panneaux) pour le régulateur adaptatif. Une bonne chose, les yeux électroniques ayant la fâcheuse ­tendance à se fourvoyer, notamment à l’approche des embranchements ou des sorties autoroutières. Autre bonne nouvelle, il est possible de régler ­l’assistance active au maintien de voie, incluse dans le pack Assistances (Fr. 1500). Celle-ci se révèle très nerveuse, avec de nombreuses et agaçantes corrections dans le volant pour maintenir l’auto au ­milieu de la voie. 

Cette nervosité est aussi l’effet d’une direction très directe qui traduit la moindre impulsion dans le volant par une variation de cap. En conduite dynamique, cette caractéristique sera source de plaisir, le Kuga se pliant instantanément aux ordres intimés par le conducteur. Ce côté aiguisé de la direction serait vain s’il ne correspondait à des trains roulants affûtés. Le Kuga PHEV – simple traction, non disponible en 4×4 – fait heureusement honneur à la réputation de Ford en la matière, le tarage des trains roulants visant le dynamisme. Le Kuga plonge ainsi dans les courbes avec assurance et décision, tient le pavé avec ténacité et limite les mouvements de caisse… jusqu’à un certain point. Le centre de gravité haut perché et le poids conséquent (1860 kg) reviendront à votre bon souvenir dans les courbe à faible rayon. A cela s’ajoute que la fermeté des trains roulants, associés aux roues de 19’’, peut engendrer quelques trépidations sur les fortes déformations. C’est le logique revers de la médaille de trains roulants à la saveur sportive. 

Die hintere Sitzbank lässt sich um zwölf Zentimeter verschieben und variiert so das Kofferraumvolumen von 411 bis 578 Liter. Das Aufladen dauert bei 7.2 kW Ladeleistung dreieinhalb Stunden. Die sportlichen Akzente sind innen sehr dezent.

Economies avant tout
En réalité, un seul élément détonne dans cette quête du dynamisme: le groupe motopropulseur. Les prémisses étaient pourtant bonnes, avec l’association du 2,5-litres Duratec de 165 ch et du moteur électrique de 131 ch. Au total, le conducteur dispose de 225 chevaux sous le pied droit. Dans la pratique, le caractère des propulseurs est lissé par la boîte à variation continue. Les montées en régime sont bruyantes et ne provoquent pas la moindre sensation, le 0 à 100 km/h étant réglé en 9,2 secondes. 

Troquez vos prétentions sportives pour des aspirations écologiques et tout ira mieux. Le Kuga peut effectivement rouler 48 km en mode 100% électrique grâce à la batterie de 14,4 kWh rechargeable en 3,5 heures (à 7,2 kW maximum). La consommation combinée s’est attestée à 5,6 l/100 km sur notre parcours standardisé. Une valeur respectable, mais loin des 4,4 l/100 km réalisés par le champion de la consommation, le Toyota Rav4 Hybrid. 

Le Kuga reprend la main avec la possibilité de rouler en mode entièrement électrique jusqu’à 135 km/h, ou avec la modularité de son habitacle. La banquette arrière, divisée en deux parties, peut, en effet, coulisser sur 15 cm. Le volume de coffre varie ainsi de 411 à 581 l, pendant que l’espace aux jambes change de 17 à 56 cm. Relevons à ce propos que l’assise procurée par les sièges avant laisse quelque peu à désirer, étant trop droite et relevée. Rien de dramatique, le Ford Kuga n’en perd pas son caractère familial pour autant. Avec son tarif abordable, il offre la possibilité aux petites familles de réaliser une première expérience électrique, sans la terreur de se retrouver en rade au bord de la route.

VERDICT
Ne vous laissez pas tromper par les 225 ch ou la définition dynamique des trains roulants, et tout ira pour le mieux. La propulsion du Kuga PHEV vise, avant tout, les économies de carburant, ce qu’il réussit correctement, sans exceller, si l’on croit les 5,6 l/100 km réalisés dans notre test. C’est surtout lorsqu’il roule entièrement à la force de l’électricité – ce qu’il peut faire sur environ 50 km – que le Kuga montre son meilleur visage. Le moteur électrique  propulse brillamment le SUV de l’ovale jusqu’à 135 km/h. La propulsion thermique lui permet ensuite de prolonger le voyage sur des centaines de kilomètres. Le Kuga se pose ainsi comme une proposition accessible pour les familles qui veulent tenter l’aventure électrique… à petits pas.

Vous trouverez la fiche technique et les mesures effectuées par la RA dans la version imprimée du journal.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.