«Retour à la normale pas avant l’été»

MARCHÉ En tant que directeur de FCA Switzerland, Sébastien Perrais a subi l’impact du coronavirus sur les ventes de plein fouet. Il espère un assouplissement des lois.

Avec une prévision de -20% de nouvelles immatriculations, 2020 s’annonce comme un annus horribilis pour l’auto. Les marques du groupe FCA Switzerland – telles que Fiat, Alfa Romeo ou Jeep – ont subi l’impact de la crise de plein fouet, puisqu’elles ont réalisé de moins bons scores que le marché sur les mois de mars, avril et mai. Le groupe paie là son retard dans les propulsions alternatives, seul secteur qui réussit à maintenir la tête hors de l’eau (+25% de janvier à mai). Heureusement pour FCA, les modèles hybrides commencent à arriver dans les différentes gammes du groupe. Nous avons parlé de tous ces thèmes avec le directeur du groupe FCA pour la Suisse, Sébastien Perrais.

Revue Automobile: A quel point la crise du coronavirus a-t-elle affecté FCA Switzerland?
Sébastien Perrais: L’impact a été très violent sur les véhicules neufs. Mais nous n’avons pas vécu un arrêt total de nos affaires comme dans le reste de l’Europe, la décision du gouvernement de maintenir les activités après-ventes ouvertes a été la bonne, car ces activités représentent la moitié des revenus des concessionnaires. Nous avons pu ainsi maintenir, en dépit des restrictions, 50% de notre chiffre d’affaires grâce à l’après-vente. Un scénario difficile parce que nous perdrons de l’argent sur cette période mais pas un scénario catastrophe. FCA Switzerland a autrement recouru au chômage partiel pour une partie de ses employés. Nous ne ferons pas de licenciements. 

Quels sont les signaux de la reprise, depuis la réouverture des showrooms, le 11 mai?
Les signaux sont positifs. L’après-vente est revenu à son niveau normal. Le véhicule d’occasion est aussi reparti du bon pied. L’enseignement majeur de cette crise est que l’automobile est revenue en grâce, les personnes se sont rendues compte des avantages de la mobilité individuelle. On voit ainsi que les occasions «kilométrées», qui ont entre trois et cinq ans, ont repris fortement. Quant au véhicule neuf, les chiffres s’améliorent chaque jour. Mais nous sommes très loin des rythmes normaux. Je m’attends à un retour à la normale durant l’été.

Quels autres signaux avez-vous pu observer depuis la reprise?
Il y a d’un côté la recherche de véhicules à petit prix, dans le but de se procurer de la mobilité à moindre coût. De l’autre, il y a des voitures orientées vers le plaisir, comme les Abarth ou les Jeep Wrangler, qui marchent très fort en ce moment.

Quelle est, selon vous, la marque du portfolio FCA qui a le plus grand potentiel de croissance?
Lorsqu’on observe les chiffres des immatriculations, on voit que les plus fortes progressions se font dans les segments des voitures vertes. Fiat vient de faire son entrée sur ce marché, avec deux modèles hybrides. C’est la marque qui repart le mieux. Nous avons aussi la nouvelle 500 électrique qui arrive, les signaux sont très positifs, puisque nous avons plus de 200 précommandes. Jeep arrive cet été avec une offensive sur les plug-in hybrides.

En tant que patron d’un importateur, de quel type de modèle avez-vous besoin en priorité?
Par rapport aux amendes sur le CO2, nous avons un besoin rapide d’avoir des produits «verts». La priorité est d’accélérer les développements et les lancements, j’espère avoir le maximum de modèles électrifiés. Toutefois, je fais avec ce que j’ai. 

Le groupe FCA est l’un des plus en retard sur l’électrification, n’est-ce pas difficile pour vous, en Suisse, de gérer l’amende?
Je ne dirais pas difficile, mais complexe. Cela fait partie de mon métier de trouver le meilleur «mix» de modèles pour atteindre les objectifs. Toute la filière est affectée par les retards pour les lancements des nouveaux modèles électrifiés. Il faut également, désormais, composer avec cet élément. Nous avons demandé au gouvernement, par le biais d’auto-suisse, d’assouplir la réglementation.

Vaut-il mieux assouplir la réglementation sur le CO2 ou plutôt subventionner les voitures «vertes», comme en Allemagne ou en France?
Le problème est qu’un délai industriel reste un délai industriel. Ces modèles arriveront plus tard, vous ne pouvez pas rattraper le temps perdu avec la fermeture temporaire des usines. De plus, les subventions peuvent avoir un effet pervers, car elles poussent les gens à anticiper leur achat. Cela ne résout pas les problèmes de fond, cela les allège à très court terme. Je trouverais déjà une bonne nouvelle que la partie sur la réglementation sur le CO2 puisse être adaptée, de façon pragmatique liée au retard des nouveaux lancements. Comme toujours, le législateur a beaucoup plus d’impact sur le comportement du consommateur que le spécialiste du marketing et nous nous adapterons au mieux.

Quel effet aura la fusion entre PSA et FCA pour les clients suisses?
La fusion est en cours de validation et si tout se déroule normalement, elle devrait arriver à terme à la fin 2020 ou au début 2021. Pour les clients, les synergies possibles entre les groupes pourraient signifier de nouveaux plans produits avec une nouvelle voiture dans le segment B par exemple. Cette fusion nous donnerait une puissance de feu qui sera la bienvenue sur le plan industriel. Nous avons la chance d’avoir de belles marques, toutes survivront, aucune ne mourra avec l’intégration de PSA.

La Fiat 500e est affichée à un prix élevé. Qui est le groupe-cible de cette auto?
Je souhaite revenir sur sa cherté, qu’il faut relativiser. Les véhicules électriques  ont des valeurs résiduelles beaucoup plus élevées que les voitures à moteur thermique. Ces produits sont destinés à être pris en leasing, ce qui signifie que l’écart dans les loyers ne sera pas aussi fort que ça. Il faut ensuite considérer que la Fiat 500 électrique est une voiture entièrement nouvelle, haut de gamme au niveau des matériaux et des technologies employés. La clientèle de la toute nouvelle Fiat 500 électrique est urbaine et a un certain pouvoir d’achat. Elle compte utiliser la nouvelle Fiat 500e comme seconde voiture pour les déplacements en ville sans contrainte d’accès. 

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.