Nettoyer, astiquer, voiture toujours pimpante!

NETTOYAGE Avec l’arrivée prochaine de l’été, l’heure est au briquage de carrosserie. Piqûre de rappel de ce processus sacré.

En matière de nettoyage automobile, il y a toujours eu deux écoles: ceux qui commencent par aspirer l’intérieur et ceux qui shampouinent d’abord la carrosserie: «Cela relève essentiellement des préférences de chacun», relèvent Frédéric Lemarié et Pierre-Hugues Cairey-Remonnay, associés-gérants d’Ecostarc, une station de lavage automobile à la main du  quartier du Flon, à Lausanne. Effectivement, le nettoyage de l’habitacle et celui de l’extérieur ne sont pas du tout liés, sinon par les passages de portes, qui se nettoient quoiqu’il advienne en dernier lieu. Alors, pile ou face? Ce sera l’intérieur.

Pour enlever toutes les poussières de l’habitacle, l’aspirateur à lui seul ne suffit pas. L’une des meilleures techniques consiste à utiliser un pinceau, et ce afin de déloger la poussière qui se glisse dans tous les recoins de l’habitacle, et plus particulièrement sur les lamelles des grilles de ventilation. «Il est essentiel que les poils des pinceaux ne soient pas trop rêches afin de ne pas rayer les matériaux», précise Frédéric Lemarié, le directeur du car wash. En outre, «il est important de travailler avec une lampe torche», rajoute -t-il. Et pour cause, sans lumière, les poussières et autres petites impuretés passent généralement inaperçues.

Particulièrement fragile, le fameux plastique laqué piano, qui pullule sur les voitures récentes; celui-ci se raye très facilement: «Ce matériau est très compliqué à nettoyer. Pour éviter de l’abîmer, il faut bien humidifier (ndlr: avec un produit pour les vitres par exemple) la surface à nettoyer ainsi que le chiffon microfibre.» En outre, il faut veiller à ne pas exercer une pression trop importante. Un conseil également valable pour les écrans du dispositif d’infodivertissement ou pour le panneau en plastique transparent du combiné d’instrumentation.

Pour déloger toutes les petites poussières, l’utilisation d’un pinceau à poils doux est vivement recommandée.
S’il existe plusieurs solutions pour nettoyer les tissus, celle à la vapeur et à l’eau se révèle la plus efficace.
L’entretien des plastiques passe par un produit spécifique et une petite éponge.

Lors de l’achat des détergents, il faudra être particulièrement attentif au choix des produits. «Bien évidemment, un nettoyant cuir conventionnel ne fonctionnera pas pour les cuirs synthétiques», explique Frédéric Lemarié. Qui continue: «Avant de nourrir le cuir, il faut le nettoyer avec un produit adéquat. Ensuite, on préconise l’utilisation d’un lait nourrissant spécifique aux sièges d’automobiles.»

Pour nettoyer les tissus, il existe plusieurs solutions. La plus facile, qui est aussi la plus rapide, consiste à acheter dans le commerce des sprays spécifiques pour textiles. Directement applicables sur le tissu, ils ne requièrent pas d’eau lors de leur utilisation. En revanche, leur performance est relativement limitée: «Pour les nettoyages en profondeur, il faudra irrémédiablement passer par un nettoyage à l’eau ou à la vapeur», explique le patron. Certes, c’est plus coûteux, puisque cela impose l’achat d’une centrale vapeur ou d’un nettoyeur à moquette «injection-extraction», mais c’est aussi bien plus efficace, comme l’explique Frédéric Lemarié: «On pulvérise un produit composé d’eau et d’agents nettoyants sur les tissus et les moquettes. Ensuite, on vient frotter énergiquement les sièges avec une brosse à tissu afin de bien nettoyer la fibre. Finalement, on termine en extrayant le produit (ndlr: désormais sale) des sièges via aspiration.»

Nettoyage des plastiques
Comme pour tous les produits consacrés à l’univers du nettoyage automobile, il existe une flopée de produits dédiés à l’entretien des polymères intérieurs. «Certains nettoyants appliquent une couche de finition satinée ou brillante.» Inutile, selon les experts: «Ces produits dénaturent la couleur d’origine du matériau. Par conséquent, on préconise davantage l’utilisation d’un savon à PH neutre, que l’on applique à l’aide d’une petite éponge.» Cela fait, place au nettoyage extérieur.

Une couche de cire de protection et d’entretien de la couche de vernis est plus que la bienvenue.
Comme pour les tapis, le nettoyage des carreaux est plus efficace avec une lampe torche.
Un nettoyage en profondeur permet de «rajeunir» une auto de plusieurs années.

Une fois tout l’attirail réuni (un seau rempli d’eau chaude et de shampoing auto, une éponge ainsi que l’éternelle peau de chamois), la meilleure façon de nettoyer un véhicule reste d’appliquer des mouvements circulaires (voire de haut en bas) avant de travailler élément pas élément (portière, capot, bouclier) afin de ne rien omettre. Petite astuce: pour ne pas salir l’eau trop rapidement, il  est conseillé de commencer par les parties les plus propres pour terminer par les plus sales comme les jantes ou encore les passages de roue. Attention, tout de même, avec les produits spécialement dédiés aux jantes: «De plus en plus souvent, les jantes sont peintes ou alors composées d’alliages spécifiques. C’est très joli, mais c’est surtout très fragile», analyse Frédéric Lemarié. Dans les faits, il faudra donc veiller à ne pas utiliser un produit trop agressif et, surtout, ne pas le laisser agir trop longtemps. Petite astuce: une brosse à dents usagée permet de bien nettoyer les recoins de la jante. Dans la foulée, un rénovateur caoutchouc permet de redonner une seconde jeunesse à la gomme. Effet «gloss» garanti!

Reste le séchage de la carrosserie et le nettoyage des passages de portes. Primordial: ne pas essuyer sa voiture au soleil sous peine de voir apparaître des traces importantes sur la carrosserie. Une remarque qui vaut également pour le lustrage (avec une cire spécifique) appelé à protéger le vernis de la carrosserie. Dernière étape: le nettoyage des vitres à l’intérieur et à l’extérieur. «En plus du papier ménage et d’un nettoyant vitre standard, on préconise, là aussi, l’utilisation d’une lampe torche, et ce afin de bien déceler les moindres traces d’humidité ou de voile opaque, ce qui peut être très dangereux sur un pare-brise». «Il vaut mieux une ‹4L› propre qu’une ‹Rolls› sale», disait souvent le père de votre serviteur. Ce n’est pas le patron d’Ecostarc qui dira le contraire. 

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.