Stop aux nouvelles taxes

INITIATIVE Walter Wobmann refuse que les usagers de la route passent davantage à la caisse tant qu’il y aura plus de 12 000 heures de bouchons par année en Suisse.

Walter Wobmann est le président de la fédération motocycliste suisse. C’est aussi un parlementaire (UDC/SO) entreprenant. Tout récemment, il a soumis une initiative parlementaire (19.495) visant à interdire l’introduction de charges supplémentaires aux usagers de la route, et cela en raison des embouteillages qu’ils doivent subir. En résumé, tant que le nombre annuel d’heures d’embouteillage sur les routes de Suisse dépassera le chiffre de 12 000, le Conseil fédéral devra renoncer à promulguer de nouvelles taxes sur les carburants ou de nouveaux concepts incitatifs tels que le Mobility Pricing.

A titre d’explication, Walter Wobmann fait valoir le nombre d’heures d’embouteillages enregistré sur les routes nationales suisses en 2017: 25 853. Soit le double par rapport à l’année 2009. Des bouchons dus surtout à la trop forte densité du trafic. Les principales raisons en sont, selon lui, l’immigration, qui a vu venir en chiffres nets environ 1 million de personnes en douze ans, et la hausse de la mobilité. Or, les embouteillages porteraient à l’économie nationale un préjudice de plusieurs
milliards.

Trop, c’est trop
Mais quelle mouche a donc piqué le parlementaire pour qu’il lance cette initiative? Wobmann juge que les usagers de la route paient déjà assez d’impôts et de taxes. «Chaque année, ils versent quelque 9 milliards de francs à l’Etat. Or, si l’on suit l’avis des politiciens de gauche et des Verts, c’est loin d’être terminé», martèle-t-il en guise d’argument. 

Lors des prochains débats sur la révision de la loi sur le CO2, une majorité du Conseil national va très probablement accepter la majoration de la taxe de 10 à 12  centimes par litre de carburant. On doit, en outre, s’attendre à une majoration du prix d’environ 3,7 centimes par litre au titre de la compensation des carburants écologiques. Il serait encore prévu de majorer de quatre centimes le prix du litre dès que la trésorerie du fonds pour le trafic sur route nationale et en agglomération retombera en dessous de 500 millions de francs. Enfin, l’introduction de la vignette électronique serait une première étape dans la voie du Mobility Pricing, en dépit des dénégations des autorités.

Pour le parlementaire, ce qu’il serait urgent de faire, c’est de mettre en œuvre des mesures  pour fluidifier le trafic sur les autoroutes en utilisant la bande d’arrêt d’urgence; or, il ne se passe rien ou presque dans ce domaine. L’élimination des goulets d’étranglement sur le réseau d’autoroutes n’avance pas, non plus. Ce sont exactement les raisons pour lesquelles il a lancé son initiative parlementaire, explique-t-il. A-t-elle des chances d’aller plus loin? L’avenir nous le dira, dès que la commission des transports du Conseil national aura examiné ladite initiative.

Le cercle de l’hydrogène s’élargit

Une association, H2 Mobilité Suisse, va mettre en place une infrastructure dédiée à l’hydrogène, pour utilitaires et voitures particulières. Avec Christian Cavegn, Emmi Schweiz, Schöni Transporte et Gebrüder Weiss, elle compte désormais 19 membres et, après une phase de préparation, la mise en œuvre industrielle débute. «En tant qu’entreprises de transport, nous prenons au sérieux tant notre responsabilité environnementale et la réalisation des objectifs climatiques que le fait que seules des solutions pragmatiques, réalisables et économiquement raisonnables, seront appelées à durer», déclare le transporteur Daniel Schöni.

Davantage de stations-service
La prochaine étape capitale dans la mise en œuvre du circuit durable d’hydrogène concerne les stations-service. Il n’y a actuellement que… deux stations-service à hydrogène en Suisse. Inaugurée par Coop en 2016, celle d’Hunzenschwil (AG), accessible au public,  a été la première du genre. La seconde se trouve à Dübendorf (ZH), auprès du Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherches (Empa). Les clients doivent s’enregistrer au préalable pour pouvoir l’utiliser.

En 2020, cinq autres stations vont être inaugurées: chez Agrola/Landi à Zofingen (AG), chez Avia à Saint-Gall et Rümlang (ZH), ainsi que chez Coop à Dietlikon (ZH) et à Crissier près de Lausanne (VD). 

L’extension du réseau de Saint-Gall à Lausanne marque pour la Suisse l’entrée dans une ère nouvelle. Avec la production locale d’hydrogène vert, l’extension du réseau national à sept stations-service à hydrogène et la mise en circulation des utilitaires électriques à hydrogène Hyundai Xcient, l’électromobilité à hydrogène en Suisse fait enfin un bond en avant. 

Jörg Ackermann, le président de l’association de promotion H2 Mobilité Suisse, déclare: «Le cercle s’élargit du fait que des membres de notre association et d’autres entreprises les plus diverses mettent cette vision en œuvre dans le cadre d’une démarche unique au monde. Nous sommes dans la bonne voie pour atteindre réellement et durablement les objectifs climatiques de la circulation routière.» MS

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.