La Golf utilitaire

TOUTE NOUVELLE Entre son châssis soigné aux petis oignons et ses technologies empruntées à sa sœur compacte, le Caddy semble aussi gâté qu’une voiture de tourisme.

Né en 1978 en Amérique du Nord, celui qui, à ses débuts, s’appelait Rabbit pick-up, n’était pas prédestiné à s’implanter sur le marché européen. Mais le succès rencontré outre-Atlantique décida Volkswagen, en 1982, à le commercialiser en Europe sous l’appellation Caddy. Version pick-up de la Golf I – aux USA, la Golf s’appelle Rabbit – le Volkswagen Caddy de première génération (1978-1992, 207 000 exemplaires produits) se mua en une petite camionnette fermée à l’occasion de sa deuxième déclinaison. Dans la foulée, Volkswagen délaissa le châssis de Golf au profit d’une plateforme de Polo. Effectivement, à partir de 1995, le Caddy ne fut rien d’autre qu’une version utilitaire de la célèbrissime Polo «6N» (de troisième génération). Visiblement, la nouvelle recette plut puisque, au total, 520 000 unités de Caddy seront produites dans l’usine espagnole de Martorell. Ayant de plus grandes ambitions pour son modèle de troisième génération, «VW Commercial Vehicles» délaissa le châssis de citadine pour revenir à une plateforme de compacte, en l’occurrence la PQ35 de la Golf 5. Là encore, le succès fut total: entre 2003 et 2014, l’usine polonaise de Poznan produisit plus de 1,6 million de Caddy. En 2015, Volkswagen dévoilait le modèle de quatrième génération (722 000 unités écoulés de 2015 à 2019). Assemblé sur la même plateforme que le modèle précédent, celui-ci n’était, en fait, rien d’autre qu’un gros facelift du Caddy 3. Voilà qui permet d’expliquer la raison pour laquelle, cinq ans seulement après le lancement du Caddy 4, Volkswagen a mis en scène, le 20 février dernier, une nouvelle cuvée de sa camionnette.

La plateforme MQB, enfin!
Huit ans après la Golf, le Caddy a – enfin! – droit à la plateforme MQB, un châssis qui devrait lui autoriser de bien meilleures prestations routières, comme l’explique Volkswagen dans un communiqué: «Les ressorts à lames utilisés jusqu’à présent ont été remplacés par une construction à ressorts hélicoïdaux afin d’améliorer l’agrément.» Au delà des considérations de confort, la construction compacte de ces éléments autorise également une plus grande largeur de chargement: «La distance entre les deux passages de roue a augmenté de 60 mm pour passer à 1230 mm», continue VW. En outre, grâce à la plateforme MQB, l’empattement s’est allongé de 73 mm pour atteindre 2755 mm. Voilà qui profite à l’habitabilité générale de l’auto: le volume de chargement maximal du Caddy à empattement court s’élève désormais à 3,3 m³. En outre, l’ouverture de porte a gagné 51 mm (1234 mm), ce qui permet de charger une palette Europal (800 x 1200 mm) de travers. A noter que le petit frère du Transporter permettra, cette fois encore, de choisir entre hayon et portes à vantaux et entre une ou deux portes latérales coulissantes.

Pour bénéficier d’un volume de chargement (4,0 m³) supérieur à celui du Caddy à empattement court, le client Volkswagen devra se tourner vers le Caddy Maxi (commercialisé à une date ultérieure) à l’empattement allongé de 215 mm (2970 mm). Pourvu de nouvelles portes coulissantes dont la largeur est passée de 701 mm à 840 mm, il permet d’embarquer une deuxième palette Europal à son bord. A noter également que le Caddy peut accueillir jusqu’à 7 passagers, en version courte comme en version longue.

4 moteurs pour commencer
Côté motorisations, la gamme se compose de trois blocs TDI de 75, 102 et 122 ch. A noter que seul le plus véloce pourra disposer de la boîte à double embrayage DSG7 ainsi que de la transmission intégrale 4Motion. Quant au catalogue essence, il ne comptera qu’un seul représentant, le 1.5 TSI de 116 ch. Ultérieurement, une version au gaz naturel (TGI 130) ainsi qu’une offre eHybrid seront proposées. Quant à une éventuelle mouture électrique du Caddy, «elle n’existera pas, nous a-t-on expliqué en substance chez VW. Ce sera la version de série du prototype ID. Buzz (ndlr: assemblée sur le châssis électrique MEB), dont le volume de chargement est semblable à celui du Caddy, qui s’occupera de répondre à la demande électrique.»

Si le Caddy fait le pari d’un style général extérieur pour le moins consensuel, son habitacle, lui, se veut innovant. Ainsi propose-t-il les technologies récemment dévoilées sur la nouvelle Golf, comme les dispositifs d’assistance à la conduite, le volant multifonction capacitif, le combiné d’instrumentation numérique de 10,25 pouces ou encore l’écran tactile du système d’info-divertissement (de 6,5, 8,25 ou 10 pouces, selon la finition retenue).

Indépendamment de la longueur de son empattement, le Caddy peut embarquer jusqu’à 7 personnes. A l’intérieur, le combiné d’instrumentation devient totalement numérique, à l’image de la dalle centrale tactile chipée à la Golf 8.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.