Entre sportivité et sagesse

SCOOTER PREMIUM Le Piaggio Vespa s’est imposé comme la Rolls des scooters. Ce concept, imaginé peu avant la fin de la guerre par Corradino D’Ascanio sur ordre d’Enrico Piaggio, a donné naissance à une véritable icône. Nous nous mettons au guidon des dernières-nées de la lignée, les Vespa GTS 300 et Elettrica.

A vec la création de la Vespa, un rêve est devenu réalité pour les amateurs de deux roues. Tous ceux qui ont roulé en ville à son guidon par une chaude nuit d’été savent de quoi je parle, moi qui conduis une Vespa Primavera 125 essence au quotidien. C’est donc avec une curiosité non dissimulée que j’ai pris en main la version Electtrica de l’engin ainsi que la variante sportive du deux roues, la GTS 300 Super Sport.


Un scooter écolo pour la ville
La voilà donc l’Elettrica L1: une belle bête, d’allure racée avec ses touches jaune néon, couleur qui lui sied à merveille. Elle m’a tout de suite impressionnée. L’initiation par le concessionnaire n’a été qu’une formalité – accélérer et freiner – la conduite est exactement la même qu’avec une Vespa à essence. De plus, elle est très légère. Une nouveauté: le cadran numérique à la place du tachymètre. Et l’on peut connecter son portable à la Vespa. Qui a, en outre, un rapport Eco. Sa vitesse maximale de 50 km/h m’a un peu déçue. Le concessionnaire Vespa n’a pas pu m’expliquer pourquoi elle ne roulait pas plus vite. OK, en ville, on dépasse rarement les 50 km/h – dommage, à vrai dire, par exemple pour les pendulaires ou si l’on souhaite faire une balade à la campagne. La Vespa démarre sans le moindre bruit, chose très inhabituelle, et quand j’accélère, son bourdonnement électrique me fait penser à celui des voitures radiocommandées. L’engin fait en revanche tourner les têtes, sans que je puisse dire si c’est à cause du bruit inhabituel – plutôt désagréable, il faut bien le dire – émis par l’engin ou à cause de son style particulier. La semaine avec l’Elettrica ne s’est malheureusement pas déroulée sans anicroche: pour la recharger, il faut avoir accès à une prise de courant extérieure. Ce qui n’était pas mon cas, raison pour laquelle j’ai dû la recharger de temps à autre chez mes parents durant la semaine. En ville, 50 km/h sont naturellement tout à fait suffisants, mais, quand j’ai voulu me rendre au lac de Wohlen pour le week-end, plusieurs voitures m’ont doublée dans un concert de klaxon et même un vélo m’a dépassée.

Le Super Sport, un super jouet
Le Vespa GTS 300 Super Sport est aux antipodes de l’Elettrica: un bon gros scooter, plutôt râblé et lourd. J’ai immédiatement succombé à son charme italien – un vrai coup de foudre! Avec sa cylindrée flatteuse de 300 cm³, le moteur ne manque jamais de punch. La prise en main de ce 2 roues fut similaire à celle de l’Elettrica, le démarrage et le freinage s’effectuent comme avec la plupart des Vespa. En outre, il possède, lui aussi, un écran numérique. Malheureusement, ses espaces de rangement sont plutôt limités, et il n’y a pas de place pour le casque. Comparé à la Vespa électrique, le GTS accélère sur les chapeaux de roue. Après la semaine passée l’Elettrica, la puissance du GTS m’a surprise. Son moteur énergique (23,8 ch) incite à la conduite sportive. En bref, j’ai tout de suite adoré le Super Sport. Les 9,0 l du réservoir de carburant ont suffi pour toute la semaine. Même sur de longues distances, le GTS ne m’a jamais laissée en rade. Je le recommanderais sans hésiter aux «speed junkies». Et, même à 6845 fr., cette Vespa vaut tout l’or du monde.

Mon verdict à l’issue de la semaine d’essai de l’Elettrica est mitigé: son esthétique fait tourner les têtes, comme toutes les Vespa d’ailleurs. Mais, comme j’aime bien faire une petite pointe de vitesse de temps à autres, ses 50 km/h m’ont laissée sur ma faim. C’est plutôt un scooter pour la ville. Recharger la batterie s’est avéré moins simple que prévu. En revanche, la puissante et performante variante GTS 300 Super Sport m’a immédiatement fait craquer, offrant les performances que j’attends d’un scooter. Cela dit, il doit malheureusement composer avec un tarif élevé ainsi qu’un nombre insuffisant d’espaces de rangement. 

Vous retrouverez toutes les données techniques dans l’édition imprimée de la Revue Automobile (n°49)

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.