Avec la bénédiction de la chancelière

VW PASSE À L'ÉLECTRIQUE Etape majeure dans l’histoire du groupe VW, la voiture électrique ID.3 vient d’entrer en production. La légendaire usine de Zwickau a été entièrement reconvertie à cet effet.

Volkswagen tourne une nouvelle page de son histoire. L’ID.3, une des premières voitures entièrement électriques du groupe, sort de la nouvelle ligne d’assemblage de Zwickau dès cette semaine. 100 000 unités seront produites l’année prochaine, et environ 330 000 à partir de 2021. Ce qui représente plus de 800 exemplaires par jour (trois équipes). On verra apparaître ensuite le SUV ID.4, l’ID Buzz, l’ID.Vizzion et l’ID.3 R, ainsi que des véhicules électriques d’autres marques du groupe, comme Audi ou Seat. C’est pour cela que l’usine de Saxe occidentale est en cours de reconversion pour 1,2 milliard d’euros. A terme, il s’agira de la plus grande usine de véhicules purement électriques d’Europe. Un temple où Herbert Diess, le président du directoire de VW, prêche la religion de l’électron: «Il ne s’agit plus de savoir si la voiture électrique s’imposera, mais plutôt à quelle vitesse et dans quelle région elle percera d’abord», dit-il haut et fort.

Le passage à la haute tension a donné lieu au programme de reconversion le plus complet de l’histoire de VW. Mais la production monte en puissance avec la prudence qui s’impose. De 15 à 20 voitures par jour, on devrait atteindre l’objectif quotidien de 50 unités d’ici à la fin de l’année. La ligne fonctionne au ralenti pour une raison: Holger Hollmann, le responsable de la halle 5, explique que cela permet aux employés d’assimiler les nouveaux processus, ce qui prendra un an à son avis. En attendant, il est normal qu’il y ait encore quelques pannes. Ces couacs seraient même nécessaires pour que tout se passe bien par la suite. Le degré d’automatisation de l’usine de Zwickau est passé de 17 à 28% et l’âge moyen du personnel est de 45 ans, se réjouit Holger Hollmann. «Il faudra pousser l’automatisation si nous voulons continuer de fabriquer des voitures en Allemagne, afin de compenser l’écart salarial par rapport à d’autres pays», ajoute-t-il. 

Un système modulaire
2020 sera une année de transition au cours de laquelle on continuera de produire des Golf en Saxe. Plus précisément à Zwickau, où siégèrent jadis les usines Horch (1904) et Audi (1909). Et aussi où trois millions de Trabant ont été fabriquées, à l’époque de la RDA. La production de véhicules thermiques sera définitivement arrêtée en 2021 et l’usine pourra alors se concentrer sur la famille ID. 

La chancelière allemande Angela Merkel, symbole du soutien des pouvoirs publics envers VW. 

Les véhicules électriques VW sont tous basés sur la plate-forme modulaire MEB (Modular E-Baukasten), dont le cœur est constitué d’une batterie haute tension évolutive, plate et intégrée au plancher de la voiture. Cette plate-forme n’est donc pas multifonctionnelle comme beaucoup d’autres, mais a été conçue exclusivement pour des véhicules 100% électriques. VW a consacré plus d’un milliard d’euros au développement de l’ID.3, un investissement qui pourrait s’avérer extrêmement juteux. Car Ford s’est d’ores et déjà assuré l’utilisation de la plateforme MEB, et d’autres marques, longtemps hésitantes au sujet de l’essor de l’électromobilité, pourraient suivre et permettre à VW de réaliser des économies d’échelle considérables. VW entend vendre environ 22 millions de véhicules électriques à l’horizon 2028, ce qui ferait du groupe les leaders mondiaux du marché. Thomas Ulbricht, membre du directoire de VW pour la mobilité électrique, précise que l’ID.3 sera lancée en Suisse et dans tous les pays de l’UE au cours de l’été 2020. «La reconversion de l’usine de Zwickau amorce un changement systémique dans l’industrie automobile», estime Uwe Strackmann, membre du directoire en charge de la distribution (interview en page 4), avant d’ajouter: «Quand VW prend un virage, les choses bougent.» 

L’ID.3 sera produite à terme sur huit sites (en Chine, aux Etats-Unis et dans d’autres pays européens). Elle succédera à la Coccinelle et à la Golf en tant que «voiture du peuple» (Volkswagen), dans le sens littéral du terme. En vertu de son statut de numéro un mondial, VW mettra tout en œuvre pour y parvenir!

VW génère 1% des émissions de CO2
Outre Angela Merkel et les hauts responsables de VW, diverses personnalités ont assisté à l’inauguration de la ligne de production de l’ID.3. Notamment Carl Hahn, ex-président du directoire de VW, qui implanta le groupe en Saxe en 1989. La présence de la chancelière constituait un signe important du bien-fondé de la stratégie de VW. Son implication dans ce type d’événement aurait été encore impensable il y a seulement trois ans. Mais maintenant, il semble que le groupe puisse compter sur le soutien des pouvoirs publics au plus haut niveau pour poursuivre son offensive sur le front de l’électromobilité. «L’ID.3 rend la mobilité individuelle propre accessible à des millions de personnes», a précisé Herbert Diess, le patron de VW. 

VW entend être climatiquement neutre à l’horizon 2050. Même les équipementiers devront s’adapter aux conditions d’une production décarbonée. Les émissions inévitables en dépit de tous les efforts seront compensées par l’achat de certificats CO2. Toutes les VW qui circulent actuellement dans le monde seraient responsables de 1% des émissions totales de CO2. «Un chiffre intéressant et dont je n’avais pas connaissance», a confié Angela Merkel, qui se réjouit de l’essor de l’électromobilité. «Le gouvernement est prêt à soutenir ceux qui ont choisi cette voie», a annoncé la chancelière. Le gouvernement allemand entend favoriser la percée de l’automobile électrique en augmentant les primes à l’achat et en créant des millions de nouvelles bornes de recharge avant 2030. D’ici-là, 10 millions de voitures électriques devraient circuler sur les routes allemandes, alors qu’elles ne sont que 220 000 aujourd’hui. 

Le gouvernement Merkel veut prolonger les primes à l’achat et les augmenter considérablement. Pour une voiture électrique dont le prix catalogue est inférieur à 40 000 francs, comme l’ID.3, la prime passerait ainsi de 4000 à 6000 euros. Les hybrides rechargeables de cette catégorie de prix bénéficieraient, quant à elles, d’un coup de pouce de 4500 euros, contre 3000 actuellement. La prime d’incitation serait réduite de 25% pour les véhicules coûtant entre 41 000 et 59 000 francs, et totalement abolie à partir de 60 000 francs. Ces mesures devraient entrer en vigueur début 2020 et se prolonger jusqu’à fin 2025. Une première enveloppe de 2 milliards d’euros a déjà été prévue pour couvrir la période jusqu’à 2023.


Romands pas pressés 

Pour le marché suisse, l’ID.3 sera configurable dès janvier 2020. Le prix du ticket d’entrée a été fixé à 32 000 francs et les premiers véhicules seront livrés à l’été 2020. Les Pre Bookers – c’est-à-dire les acheteurs de la présérie spéciale – seront servis plus tôt, mais il leur en coûtera plus de 40 000 francs. La voiture sera, en effet, équipée de la batterie de 58 kW (autonomie de 420 km) et d’options, comme le toit ouvrant ou l’affichage tête haute. Cela concerne 35 000 véhicules, qui seront distribués dans divers pays sur la base d’une clé de répartition interne. Quelques centaines de voitures ont trouvé preneur, surtout en Suisse alémanique. En Suisse romande, l’intérêt pour la VW électrique a été jusqu’ici nettement inférieur à la moyenne: moins de 10% du contingent suisse traverseront le Röstigraben.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.