Focus sur l’électrique

Échéance différée Face aux pressions environnementales, Honda revoit son calendrier de production; l’ensemble du parc automobile sera électrifié d’ici à 2022, au lieu de 2025 comme initialement annoncé.

En 2021, tous les constructeurs automobiles seront logés à la même enseigne; en l’occurrence, tous n’auront d’autres choix que de se plier à la nouvelle réglementation sur les émissions, sous peine de se voir mettre à l’amende s’ils ne ramènent le taux moyen d’émission de CO2 de leur parc sous les 95 g/km. Pour atteindre cette valeur à l’horizon 2021, les changements de technologie sont à opérer dès maintenant.

Si certains constructeurs ont décidé d’appliquer la politique de l’autruche face à cette nouvelle échéance, d’autres, en revanche, ont fait savoir leur ferme intention de ne pas payer d’amende. C’est notamment le cas d’Honda qui vient de revoir son calendrier de production, comme nous l’annonçait Tom Gardner, le Vice-Président de Honda Motor Europe, lors d’un événement consacré à la «Vision électrique» de l’entreprise: «En raison de la vitesse de l’évolution de la réglementation, du marché et du comportement des consommateurs en Europe, l’adoption de l’électrification est plus rapide dans cette région que partout ailleurs dans le monde. Et, alors que ce rythme n’a de cesse de s’accélérer, nous devons agir plus tôt pour répondre à ces enjeux. Je suis fier d’annoncer que tous les véhicules de la gamme européenne d’Honda seront électrifiées non pas d’ici 2025, mais trois ans plus tôt, c’est-à-dire d’ici fin 2022». Concrètement, cela se traduira par le lancement de six Honda électrifiées au cours des 36 prochains mois en Europe.

Pour faire de la voiture électrique une réalité, Honda s’est allié avec plusierus partenaires parmi lesquels une société suisse, EVTec.

«e:Technology»
Ainsi, les actuels véhicules hybrides de la gamme, les CR-V et NSX, seront prochainement rejoints par les véritables fers de lance de cette offensive électrique: la nouvelle «e», une petite citadine complètement électrique qu’on ne présente plus, ainsi que la toute nouvelle Jazz, une voiture dévoilée récemment au Salon de Tokyo et qui ne sera proposée qu’avec une propulsion hybride sur le Vieux-Continent (lire ci-contre). Ensuite, ils seront suivis en 2021 et 2022 par quatre modèles supplémentaires incluant un SUV que Honda qualifie d’élégant – ce qu’il faut sans doute traduire par coupé – «ainsi qu’un autre véhicule électrique à batterie», rajoutait Tom Gardner. Tous ces modèles seront rassemblés sous le label «e:Technology», y compris les motocyclettes et d’autres produits non automobiles.

Soucieux d’accompagner ses clients dans leur choix électrique, Honda a revu son offre de service en élargissant le champ de ses activités commerciales, comme nous l’explique Jorgen Plum, chef de projet pour la gestion de l’énergie chez Honda Motor Europe: «Nous cherchons à résoudre quatre problèmes clés auxquels sont confrontés les clients de véhicules électriques: l’accès aux installations de recharge, la disponibilité de ces recharges lorsque le client en a besoin, la capacité du client à acheter son énergie au prix le plus avantageux et enfin une utilisation optimale des énergies renouvelables.» Pour relever ces nouveaux défis, Honda s’est entouré de trois partenaires: ubriticity, chef de file du développement des infrastructures de compteur mobile et de recharge urbaine, Moixa, une entreprise spécialisée dans le développement de logiciels d’agrégateur d’énergie et EVTec, une société suisse spécialisée dans le développement de systèmes de recharge bidirectionnels avancés.»

Tom Gardner est le vice-président de Honda Motor Europe.

Power Charger à la maison
Ces nouvelles alliances ont permis à Honda de proposer trois solutions de recharge différentes aux futurs clients de Honda e: «Premièrement, continue Jorgen Plum, pour les clients qui veulent recharger leur véhicule électrique à la maison et hors milieu urbain, Honda propose le «Power Charger». Parmi les fonctionnalités de la machine, la minuterie intelligente permet aux clients de bénéficier de coûts d’énergie moins élevés lorsque la demande est faible.» Honda s’est également préoccupé de la population urbaine: «Pour offrir une solution aux conducteurs de véhicules électriques dans les environnements urbains, où l’infrastructure est insuffisante, nos partenaires ubricity ont développé un réseau de points de recharge dans les villes du Royaume-Uni et d’Allemagne avec, par exemple, 1500 bornes rien qu’à Londres.» 

«Enfin, termine Jorgen Plum, nous avons élaboré le Honda Power manager, un système bidirectionnel qui permet de stocker l’électricité dans les batteries des véhicules électriques pendant les périodes où l’offre est importante avant de la restituer au réseau en période de forte demande. Cette technologie présente de nombreux avantages, notamment d’optimiser l’utilisation de sources renouvelables et de créer des revenus supplémentaires pour les propriétaires de véhicules électriques.» Encore fallait-il trouver une partenaire qui accepte de reprendre toute cette énergie. Pour cela, Honda s’est associé à Vatenfall: «Les deux entreprises ont confirmé leur volonté de développer et de commercialiser ensemble une structure tarifaire flexible de l’électricité», nous explique-t-on en substance du côté de chez Honda. Qui continue: «Celle-ci permettra aux véhicules électriques d’être rechargés pendant les périodes les plus rentables par rapport à la demande du réseau. Les tarifs (ndlr: qui sont les mêmes pour tous les propriétaires de véhicules électriques et ce peu importe la marque) encouragent aussi l’utilisation d’électricité produite par des sources renouvelables.»

Vatenfall supervisera également l’installation du Honda Power Charger à domicile, via un réseau d’entrepreneurs agréés. Ce système de charge peut être monté sur un mur ou sur un support, avec une puissance maximale de 7,4 kW (alimentation monophasée) ou 22 kW (alimentation triphasée). Avec une alimentation de 22 kW, les propriétaires de Honda pourront recharger la batterie à 100% en 4,1 heures, sur la base d’une alimentation de 32 ampères, soit beaucoup plus rapidement qu’au moyen d’une prise de courant classique. l


Une polyvalente hybride aux volumes de monospace

Assemblée jusqu’alors à plus de 7,5 millions d’unités, la Jazz se décline dans une quatrième génération en 2019. Lancant le label  «e:Technology», toutes les Jazz vendues en Europe seront équipée de série de la technologie hybride d’Honda, le déjà-célèbre i-MMD, comme nous l’explique Tom Gardner, le Vice-Président de Honda Motor Europe: «La motorisation hybride, conçue pour le CR-V Hybrid, a été miniaturisée pour la Jazz.» Mais, c’est surtout le châssis qui aurait été amélioré, selon les dires du vice-président: «La dynamique et le confort de conduite ont été perfectionnés et redynamisés en augmentant de 80% le taux d’acier à haute résistance, pour une rigidité accrue. Cette conception repose sur une rigidité en torsion nettement améliorée et de nouvelles technologies structurelles qui déplacent l’effet des impacts vers les déflecteurs avant.» Surtout, l’utilisation d’une telle technique a notamment permis à Honda «de réduire de moitié la largeur du montant A par rapport à la génération précédente». Effectivement, nous avons déjà pu nous en rendre compte: la visibilité horizontale dont jouissent désormais les occupants est véritablement bluffante.

A l’intérieur, Honda a pensé le tableau de bord simple, connecté et intuitif. Quant à l’habitabilité, elle est de tout premier ordre: «Les passagers bénéficieront d’un niveau d’espace et de confort inégalés dans le secteur, comparables à ceux de modèles de segment supérieurs», nous a-t-on expliqué. Il est vrai que la Jazz a tout du monospace compacte. A l’avant, les nouveaux sièges stabilisateurs plus larges sont dotés d’un matelas de soutien supplémentaire qui permet d’atténuer la fatigue lors des longs trajets. La banquette arrière profite, elle aussi, d’optimisations avec des sièges arrière pourvus d’un rembourrage plus épais au niveau de l’assise. Disponible avec la même motorisation hybride et le même intérieur que le modèle Jazz standard, la version Crosstar offre une position de conduite surélevée, des revêtements intérieurs uniques, une grille de calandre spécifique et des barres de toit intégrées. La voiture sera disponible en Suisse dès la mi-mai.

Le taux d’acier à haute résistance a été augmenté à 80%. Cela a permis aux ingénieurs Honda de réduire de moitié la largeur du montant A par rapport à la génération précédente.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.