La nouvelle référence?

Jusqu’alors référence du segment des compactes, la Golf se décline aujourd’hui dans une nouvelle génération. Conserve-t-elle son avance?

Commercialisée depuis 1974, la Volkswagen Golf n’est pas seulement l’une des voitures les plus vendues en Suisse, elle est également un best-seller mondial, comme le prouvent les 35 millions d’exemplaires produits au cours de ses 45 années d’existence. Transposé sur un an, cela représente en moyenne 780 000 véhicules. Mieux, l’année dernière, Volkswagen écoulait 832 000 unités de Golf, soit un total de 13% du volume global des ventes assurées par Wolfsburg. Il est à préciser que la Golf VII (5,87 millions écoulés) s’est mieux vendue que les 4 générations qui l’ont précédée (Golf III: 4,96 millions, Golf IV: 4,92 millions, Golf V: 3,27 millions, Golf VI: 2,85 millions). En fait, seules les Golf I et II ont fait mieux avec respectivement 6,72 millions et 6,41 millions d’exemplaires vendus de par le monde.

Une compacte réléguée au second plan 

Malgré ces valeurs qui auraient de quoi rendre jaloux n’importe quel constructeur, la Golf n’est plus la priorité numéro un de Volkswagen, qui fait désormais de ses modèles totalement électriques son cheval de bataille. En témoigne la dernière édition du Salon de Francfort, où la compacte électrique ID.3 avait remplacée la Golf 8 au pied levé, et ce alors que cette dernière devait initialement être la star incontestée de la grand-messe allemande. Un message fort que Volkswagen transmet là.

Cela dit, le groupe allemand est bien conscient que la voiture électrique n’est pas encore suffisamment implantée pour assurer à elle seule l’ensemble de ses ventes; à l’heure actuelle, les voitures électriques ne représentent pas plus de 3% de tous les modèles commercialisés sur le Vieux-Continent. «La montée en puissance de l’ID.3 ne sera pas si rapide, confirmait Stefan Bratzel, directeur du Center of Automotive Management à l’AFP. Il faut que la Golf assure une grande partie du volume, et ce encore pendant quelques années, sinon Volkswagen pourrait avoir des problèmes.» Reste une question: est-ce que cette huitième itération possède-t-elle toujours les atouts pour guider le marché? Eléments de réponse via une découverte statique de l’auto. 

Des motorisations pour tous les goûts

Bien conscient que son salut commercial passera par une grande diversité de motorisations, la Golf 8 s’équipe de moult blocs parmi lesquels des moteurs essence 100% thermiques ou hybrides; aux côtés des TSI 

3-cylindres (90 et 110 ch) et 4-cylindres (130 et 150 ch) déjà présents sur la précédente génération, Volkswagen a également développé des nouveaux propulseurs pourvus d’une faible hybridation, entendre un système 48V. Désigné eTSI, ces blocs développent 110, 130 et 150 ch. Toutes les ventes de diesel seront assurées par le 2.0 TDI (115 et 150 ch). Bonne nouvelle pour notre marché, puisque la transmission 4Motion sera reconduite sur bon nombre de variantes, et ce compris la version R pourvue d’un nouveau 2.0 TSI à la puissance optimisée: aux alentours des 340 ch, selon des premières informations. Quant à l’autre variante sportive, l’emblématique GTI, elle sera bien entendu elle aussi reconduite. En outre, Volkswagen élargit également son offre hybride rechargeable en associant le 1.5 TSI à un moteur électrique et  à une batterie lithium-ion de 13 kWh (capacité augmentée de 50%) sous le capot de la nouvelle GTE (245 ch). Quant à la chaîne cinématique de l’ancienne GTE (204 ch), elle sera installée dans une Golf 8 à la robe conventionnelle. A noter que la compacte sera également proposée dans une version CNG.

Un design conservateur

Assemblée sur la plateforme MQB inaugurée par sa devancière, la nouvelle génération de compacte ne reprend pas seulement de son aïeule son habitabilité, elle lui chipe également ses mensurations (4,284 m de long, 1,789 m de large et 1,456 de haut contre 4,255, 1,799 et 1,452 auparavant). S’agissant d’une Golf, la huitième génération conserve son principal atout, à savoir renouveler sans choquer. Ainsi, les évolutions esthétiques sont subtiles, quoique bien présentes; les optiques sont entièrement redessinées avec des «sourcils» s’étendant jusqu’aux coins des boucliers. Dans le prolongement de ces derniers, les nervures latérales sont positionnées plus haut qu’auparavant, puisque disposées au niveau des clinches de portière. Quant aux boucliers, ils sont spécifiques à la finition retenue. A l’arrière, les feux reprennent le design des phares du T-Roc. Il faut encore préciser, ici, que la variante trois portes ne sera pas reconduite.

Des technologies à gogo

Face à la démultiplication des dispositifs d’assistance à la conduite, Volkswagen a regroupé toutes les fonctions «autonomes» sous un seul et même bouton, le Travel Assist. Ce dernier rassemble une multitude d’assistances à la conduite parmi lesquelles le régulateur de vitesse adaptatif (ACC), l’assistante d’embouteillage qui redémarre et freine tout seul l’auto jusqu’à 60 km/h ou encore l’assistance au maintien dans la bande.

Un habitacle épuré

Conservatrice à l’extérieur, la Golf 8 se veut innovante à l’intérieur. Ainsi l’auto fait-elle la part belle aux technologies, en embarquant un tableau de bord numérique dernier cri; en l’occurrence, le Digital Cockpit est secondé par un écran d’infodivertissement flottant de 10,25 pouces ainsi que le nouveau volant de la marque. Déjà aperçu sur la Passat, ce dernier est multifonctions et capacitif. A noter que la Golf profite désormais, elle aussi, de l’affichage tête haute, lequel est projeté directement sur le pare-brise et non sur une plaquette en plastique, comme c’est souvent le cas ailleurs. En outre, l’habitacle profite d’un design épuré, en plus d’un éclairage LED complètement repensé. Exception faite du volant qui conserve des boutons physiques, tout l’habitacle jouit désormais de capteurs tactiles, et ce compris les commandes du pavillon (éclairage et toit ouvrant). Désormais «by wire», le sélecteur de boîte est nettement moins encombrant qu’auparavant.

Des feux repris des modèles premium 

Si les précédentes générations de Golf se contentaient de deux optiques différentes, la Golf 8 propose trois types de feux LED. Le haut de gamme s’équipe des feux IQ.Light-LED Matrix, des feux inaugurés chez Audi mais que l’on retrouvait déjà sur le Touareg et la Passat. Pourvus de 22 diodes électroluminescentes (par phare), ces projecteurs permettent de conserver les grands phares dans bon nombre de situations de conduite.

Instagram @revueautomobile
Facebook @revueautomobile.ch
Twitter @Automobil_Revue

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.