Le silence des anneaux – 14 heures en enfer

SOUFFLE COURT En ville, les avantages d’une voiture électrique ne sont plus à prouver. Mais qu’en est-il sur les longues distances?

C’est un e-tron partiellement chargé que nous récupérons aux abords de l’usine de Forest, en Belgique. Aussi, prenons-nous la sage décision de faire le plein avant d’attaquer notre périple; après avoir effectué sans encombre une recharge complète aux abords de Bruxelles (Wavre), nous disposons d’une autonomie suffisante pour rallier la France. Le GPS embarqué nous indique une station de re-charge rapide (50 kW) aux abords de Metz, sur le parking d’un Intermarché. Après être arrivé sur place avec une autonomie résiduelle de 80 km, nous tombons sur une station «temporairement hors d’usage», indique l’interface de ladite station. Première tuile. Peu importe, l’application Charge-map nous en indique une autre située sur le parking d’un supermarché Lidl non loin de là. Hourra! Sauf que nous sommes dimanche, et que les deux superbes bornes sont éteintes. Deuxième tuile. Dans l’habitacle de l’e-tron, la pression monte tandis que l’autonomie, elle, fait le contraire: il ne nous reste plus que 65 km. A 0, c’est une voiture à plus de 130 000 francs que nous abandonnerons sur le bas côté d’une autoroute étrangère.

Continuer à avancer
Nous reprenons l’application Chargemap. Au nord de Metz, un magazin Ikea dispose sur son parking d’une borne de recharge, nous indique l’application. Seul bémol, cela revient à retourner sur nos pas. Avons-nous le choix? Pas vraiment. Arrivés sur place, nous ne pouvons que nous résigner: deux grandes barrières interdisent l’accès au parking de l’enseigne suédoise. Troisième tuile. L’étau se resserre tout jours plus, il ne nous reste que 40 km d’autonomie; les gouttes de sueur commencent à ruisseler. Chargemap fait état d’un Aushopping dispose de bornes électriques, non loin de là. Arrivés sur place, nous constatons que notre carte magnétique n’est pas compatible avec les bornes du parking. Quatrième tuile. Difficile, à ce moment-là, de contenir son stress. La colère monte, les noms d’oiseau fusent. Pas tant contre l’auto, qui se révèle souveraine malgré les tracas, mais plutôt face à ce réseau de bornes embryonnaire et délaissé. Heureusement, à quelques centaines de mètres de là, sur le parking d’un Chaussea, nous trouverons le salut grâce à une borne de 10 kW. Reste qu’à cette puissance, il nous faudrait plus de 7 heures pour recharger entièrement la batterie de l’Audi! Aussi, nous décidons de ne charger «que» 1 h 30. Et votre serviteur de reprendre la route – dans la bonne direction, cette fois-ci – à la recherche d’une borne plus rapide.
La petite centaine de kilomètres dont nous dis-posons désormais grâce à la recharge lente nous autorise à rouler jusqu’à l’aire d’autoroute de Saint-Avold, sur laquelle nous trouvons une borne électrique rapide et un grande enseigne de cafés. L’occasion de faire d’une pierre deux coups en restaurant voiture et chauffeur? Pas tout à fait: si votre serviteur terminera rapidement son café, ce ne sera pas le cas de l’e-tron, dont la recharge sera stoppée net au bout de 10 minutes. Evidemment, aucun bruit spécifique ou signal lumineux n’est venu indiquer l’arrêt impromptu de l’accumulation d’électrons; il faudra plus de 20 minutes à votre serviteur pour se rendre compte que la charge s’est brutalement interrompue. La cause? On l’ignore encore. Le pompiste fut incapable de nous l’expliquer même si, de son propre aveu, le «problème arrive souvent». Bien évidemment, ces quelques minutes durant lesquelles notre véhicule s’est refait une santé n’ont pas suffi à lui octroyer une autonomie digne de ce nom. Suivant les indications de la précieuse application, nous prenons la sortie du village de Saint-Avold, à la recherche d’une autre borne de re-charge. Une fois trouvée, celle-ci se révélera inefficace, puisque notre carte n’arrivera pas à la déverrouiller. Seconde tentative un petit peu plus loin, sur une autre station. Appartenant au même opérateur, elle ne donnera pas davantage accès à ses prises. Les larmes de colère ne sont pas loin: nous avons quitté Bruxelles à 11 heures du matin, il est 19 heures et nous n’avons même pas parcouru la moitié du trajet, soit 320 kilomètres à peine. Pire, trouver une station de recharge performante semble impossible. Comptez vous-même: sur les neuf stations auxquelles nous nous sommes arrêtés jusqu’alors, sept étaient en panne, éteintes, inaccessibles, défaillantes ou inutilisables!

Trouver des bornes fonctionnelles s’est révélé difficile, voire imposible.

Du simple au double
Sentant notre détresse, Saint Christophe, le patron des voyageurs, finit par répondre à nos prières. En l’occurrence, il nous dégote une station de recharge – fonctionnelle! – sur une aire d’autoroute non loin de là. Deux heures plus tard, le plein de kWh fait à 100%, nous voilà donc enfin paré pour affronter la deuxième moitié de l’itinéraire, longue de 320 km. Ce qui correspond à un kilomètre de plus (319) que l’autonomie affichée par le combiné d’instrumentations de l’e-tron. Deux solutions: rouler à 120 km/h et scinder la fin du trajet en deux, ou rouler à 90 km/h afin de ménager les batteries et augmenter l’autonomie. Etant donné l’évidente difficulté à trouver une «pompe», c’est bien évidemment pour la deuxième solution que nous optons. Le bon choix: notre auto sera encore capable de rouler 50 km à l’heure de nous garer sur le parking de la rédaction. Arrivés à 1 heure du matin, nous aurons mis 14 heures pour atteindre la ville fédérale. Contre moins de 7 en thermique. L’avenir, dites-vous? OD

2 Kommentare

  1. ChargeMap indique clairement les restrictions d’accès aux bornes, ainsi que la compatibilité ou non avec les différentes cartes de recharge du marché. Une simple recherche de Saint-Avold permet de vérifier que les seules bornes en service ne sont pas compatibles avec le Pass ChargeMap, et ceci sans se déplacer.

    Cet article est donc incompréhensible à moins qu’il ne soit une critique à charge contre les véhicules électriques.

  2. Vous avez fait que des erreurs de débutant, la prochaine fois partez avec / demander a quelqu’un qui connaît. Au minimum : pludieurs badge a prendre dont beaucoup sont gratuite : newmotion, kiwhi, izivia. Dans chargemap utilisez les filtres pour n’afficher que celles en ccs, sup a 43kw et dont vous avez la carte. J’ai déjà fait des voyages de plus de 800km en 1 journee sans problème (10h)..

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.