Le crossover en costard

SUV Dès le mois d’octobre, la gamme de crossovers de Mazda s’enrichira d’un troisième larron, avec la venue du CX-30. Le japonais au look affûté se pare de moteurs à hybridation légère.

La famille des SUV made in Hiroshima ne nit pas de grandir. Le CX-30, le dernier rejeton, vient s’intercaler entre les CX-3 et CX-5. La plateforme est reprise de la nouvelle Mazda 3, tout comme les moteurs et d’autres éléments techniques. Le style, enfin, est dans la même veine que la compacte japonaise. Les designers ont habillé le CX-30 d’une carrosserie très seyante: les lignes fluides aux courbures douces lui confèrent une allure à la fois sportive et élégante, l’objectif était de conférer à ce SUV le dynamisme d’un coupé. Le jeu d’ombres et de lumières est saisissant et varie selon l’angle de vue.

Le CX-30 s’intercale entre le CX-3 (plus petit) et son grand frère le CX-5.

Agencement intérieur innovant
Malgré un volume avant imposant et une longueur qui n’atteint pas 4,40 m, la sensation d’espace est im-médiate à l’ouverture des portes. Les passagers dis-posent à l’arrière d’une bonne garde au toit et trouvent assez de place pour leurs jambes. L’habitacle est revêtu de matériaux de qualité, assemblés avec rigueur. Les sièges en tissu offrent un bon sou-tien latéral à l’avant; une sellerie cuir est disponible sur demande. Le volant ajustable en hauteur et profondeur ainsi que les réglages électriques du siège conducteur permettent de trouver rapide-ment une position de conduite optimale. Trois instruments ronds et parfaitement lisibles trans-mettent les infos essentielles. Le conducteur dispose en outre d’un affichage tête haute qui projette, entre autres, la vitesse dans le pare-brise. Les systèmes audio et infotainment modernes ont pour interface un moniteur de 8,8 pouces, perché au centre du tableau de bord. La platine de commande qui leur est dédiée, avec com-mutateur rotatif, se situe à proximité du levier de vitesses. A l’image de l’habitacle, le coffre est généreux: dossiers en place, il revendique une capacité remarquable de 430 litres. Le hayon à commande électrique facilite le chargement, mais le seuil culmine tout de même à 73 cm du sol.

Economies de carburant
Les ventes débuteront en octobre avec le moteur à essence de deux litres (90 kW/122 ch) introduit sur la Mazda 3. Celui-ci dispose d’une désactivation des cylindres et d’une hybridation douce consistant en un dispositif de récupération d’énergie au freinage. Le bouton de démarrage réveille le moteur de manière à peine audible, la mécanique restant très discrète en vertu d’une isolation acoustique poussée. Le moteur, couplé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, est principalement orienté vers les économies de carburant et n’a rien d’un modèle d’explosivité. La carrure de crossover et les rapports de boîte longs tempèrent les ardeurs suggérées par le style dynamique. La puissance maximale de 122 ch n’est disponible qu’à 6000 tr/min, mais il est vrai que l’on s’adapte vite à ce type de propulseur optimisé pour l’ascèse; il s’inscrit après tout dans l’air du temps.

Le cockpit est très similaire à celui de la Mazda 3. La plateforme est identique.

Deuxième motorisation
La direction assistée, au tarage direct, reproduit fidèlement les ordres du conducteur. La boîte de vitesse manuelle brille par des débattements courts et des guidages précis. Le châssis, qui repose sur des jambes de forces et bras triangulés à l’avant et un essieu de torsion à bras tirés à l’arrière, fait montre de rigueur. Les freins à disque aux quatre roues se sont, eux aussi, montrés efficaces tout au long de cette prise en main. Facturée Fr. 2000.– en option, la boîte automatique à 6 rapports et palet-tes au volant forme un duo harmonieux avec le moteur. Les amoureux de transmission intégrale seront ravis d’apprendre que le 4×4 figure aussi au catalogue. Question équipement, la dotation est généreuse, même sur l’exécution d’entrée de gamme, avec des systèmes de sécurité en cascade. Le CX-30 ne devrait pas attendre longtemps avant de bénéficier du nouveau moteur Skyactiv-X (lire la RA 34/2019). Ce 2-litres essence étonnant, qui combine les avantages du diesel (autoallumage) à ceux des moteurs à allumage commandé, développe 132 kW (180 ch) et bénéficie, lui aussi, d’une hybridation douce. Les prix, fixés entre Fr. 35 250 à Fr. 39 650, ne seront donc pas tellement plus élevés, rendant le nouveau concept d’autant plus intéressant.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.