Entre le feu et la au pays des glace SUV

ISLANDE Les super SUV comme le VW Touareg V8 TDI sont les bêtes noires des protecteurs du climat. Dans un monde de plus en plus polarisé, ces nobles véhicules «à tout faire» ont aussi leur place.

Tout le monde parle – à juste titre – du cli-mat et de sa protection, du CO2 et de sa réduction, des énergies renouvelables et de leur promotion. Selon les sondages, les trois-quarts de la population sont favorables à ce que les politiciens prennent le problème climatique au sérieux et fassent ce qu’il faut pour y remédier. Pourtant, le monde entier, en particulier les Suisses et les Chinois, achète des SUV comme s’il n’y avait pas de lendemain. Une ambivalence flagrante, du moins en apparence. On pourrait toutefois supposer que chaque SUV nouvellement immatriculé consomme moins de carburant que le véhicule précédent de l’acheteur. La conscience se tranquillise: en jargon technique, on parle «d’effet de rebond». Ces véhicules polyvalents sont, depuis longtemps, partout en tête des classements d’immatriculations, pas seulement dans l’Empire du Milieu, ni au Pays du chocolat. Au mois d’août, pour la première fois, davantage de SUV que de voitures compactes ont été immatriculés en Allemagne.
Le Suisse moyen ne jette pas son dévolu sur les crossovers, c’est-à-dire les petits SUV ou les breaks augmentés du passé, mais bien sur les SUV de segment C les plus nobles, les plus lourds et les plus chers. Et de préférence avec une remorque pour tirer le bateau ou pour le matériel de construction. Pas vraiment le type de véhicule économique qu’on imagine évoluer en pleine nature à l’ère de l’électrification. Plutôt un coup de marteau entre les yeux de tous les combattants pour le climat et autres adversaires de la pollution atmosphérique. Pour ces derniers, les SUV sont des panzers urbains, des monstres pollueurs et des dévoreurs de bicyclettes qui devraient être éliminés. Les plus grands d’entre eux sont maintenant si massifs qu’ils entrent difficilement dans un parking ou une allée bâtie le siècle dernier.

Pôles opposés
Certes, c’est un fait que, pour chaque tendance, se développe une contre-tendance. Chaque pôle connaît un opposé – nous le savons pour les batteries, les pôles Nord et Sud, l’UDC et les Verts, etc. Ainsi, si d’une part, les énergies alternatives que sont l’électricité, le gaz naturel et l’hydrogène sont en plein essor, il y aura, d’autre part, toujours un marché pour leurs extrêmes opposés. Et puis, il y a des régions dans le monde où l’on peut difficilement se déplacer sans SUV. Les Islandais, par exemple, les adorent. Sur cette île de contradictions, la protection du cli-mat et les SUV ne sont pas ennemis. Le paysage de la plus grande île volcanique au sud du cercle polaire arctique est fait de contrastes incroyablement fascinants. De petits lacs silencieux alternent avec les chutes d’eau les plus puissantes du monde (en matière de volume x hauteur de chute). Les sources et les ruisseaux chauds creusent des grottes de glace et des tunnels de neige, les paysages désertiques alternent avec des prairies pittoresques et luxuriantes, les fjords es-carpés avec les côtes alluviales, le super-moderne avec l’ultra-traditionnel. En Islande, le feu et la glace, c’est-à-dire le volcan et le glacier, se ren-contrent. Afi n de réduire au maximum notre em-preinte carbone, nous faisons de plus en plus de choses moins attractives. Pourtant, ce sont ces contradictions, qu’elles soient de nature automo-bile ou botanique, qui rendent la vie passionnante, variée et intéressante. Il était donc logique que Volkswagen offre à son plus bel étalon une entrée en scène grandiose dans un tel environnement. Dans une région dont les mers accueillent de nom-breuses baleines, les baleines de la route se sentent aussi chez elles.
Avec son moteur 4 l, deux turbocompresseurs, le Touareg V8 TDI offre 421 ch diesel et un couple de 900 Nm similaire à celui d’une super voiture de sport – et ce déjà en bas régime, à partir de 1000 tr/min. Passagers compris, la machine pèse environ 2,5 t. Le véhicule consomme de 8 à 10 l aux 100 km – mais cela dépend évidemment, dans une large mesure, du pied du conducteur. Le V8 TDI mesure près de 2 m de large, 5 m de long et 1,7 m de haut. Un buffle de voiture avec ce qu’il faut de puissance sous le capot. Circuler à travers les paysages islandais baignés de magnifiques couleurs automnales au volant du tout terrain diesel le plus puissant ja-mais construit à Wolfsburg est un rêve! Désolé, mais dans une Fiat 500 ou Panda, ce serait moins amusant. Si vous avez le choix entre un rendez-vous avec Miss Univers Catriona Gray et votre belle-mère Anne-Marie, vous savez probablement quelle rencontre sera la plus troublante émotionnellement.

Sur le volcan, sans problème
Avec ce SUV de luxe, une sorte de croisement entre une dameuse de pistes, de supercar et de bus, il n’y a pas de limites. Ainsi, nous gravissons le volcan Hekla sans problème. Nous grimpons jusqu’à 1491 m d’altitude sur de la lave noire, à travers des rafales de vent violentes, des rivières et des cheptels de nids-de-poule, qui offrent un massage vivifiant à tous nos organes internes. L’Hekla a 6600 ans. Il s’agit du volcan central d’une fissure volcanique de 40 km de long dans le sud du pays, à environ 1,5 heure de route de Reykjavik. Il était autrefois considéré comme la porte de l’enfer, là où les âmes sont torturées. Est-ce une coïncidence si l’éruption de 1991 s’est produite au tout début de la guerre du Golfe (16/01/1991)? La dernière éruption remonte à février 2000, la prochaine est donc prévue pour maintenant, car nous sommes en train de le gravir en Touareg. Cela donne à notre escapade une note extra explosive, à côté de la séquence d’allumage des cylindres (1-5-4-8-6-3-7-2). Ne seront d’aucune utilité en cas d’éruption: les quatre roues directrices qui gardent le colosse agile et maniable; la compensation de roulis à stabilisateurs à commande électromécanique évitant trop de houle dans les courbes; les deux turbocompresseurs, la commutation électrique de levée de sou-pape et les collecteurs d’échappement à double flux fournissant la poussée; l’aide à la vision nocturne, l’écran de 15’’ et les phares matriciels à LED garantissant la vision; la suspension pneumatique à quatre coins, et bien d’autres équipements dont le Touareg dispose à bord sous forme d’assistance et d’aides dynamiques à la conduite. En temps normal, cependant, ces éléments rendent la voiture extrêmement confortable et adaptée à toutes les situations, en plus d’assurer une humeur optimale au conducteur. Comme maintenant, lorsqu’on évolue à cheval sur les plaques nord-américaine et eurasiatique. La suspension pneumatique peut être relevée de 25 mm par rapport au niveau du sol et de 70 mm en mode tout terrain. Ce n’est qu’avec ce dernier mode qu’il est possible de conquérir ces plateaux et de laisser le poney à l’écurie. Lorsque l’on revient à un terrain bétonné, la voiture s’abaisse de 15 à 25 mm par rapport au niveau normal, réduisant sa résistance à l’air et gagnant en stabilité et en dynamique de conduite. Le Touareg V8 TDI, un vrai poney islandais… avec un couple de 900 Nm et huit vitesses.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here