Opel dribble avec Jürgen Klopp vers l’avenir

LA PRÉFÉRÉE DU PUBLIC Le Salon de Francfort a li-vré un verdict clair: plus rien ne peut arrêter l’électromobilité. Mais quelle sera la première auto électrique «grand public»? Deux favorites se dessinent avec l’Opel Corsa-e et la Volk-swagen ID.3.

Les défections ont été nombreuses à l’IAA à Francfort: 22 constructeurs ont brillé par leur absence à cette édition. Néanmoins, les deux favorites dans la course à la première auto électrique de masse étaient bien présentes. Volkswagen était très attendu avec son ID.3 et l’intitulé du communiqué de presse laisse peu de doutes sur les ambitions de Wolfsburg: «Une nouvelle ère après la Coccinelle et la Golf.» Toutefois, l’arrivée massive de modèles électriques rebrasse les cartes, la compétition va reprendre de plus belle en 2020. En effet, les Opel Corsa-e, VW ID.3 et Honda-e viendront s’ajouter aux Nissan Leaf, Hyundai Kona, Renault Zoe et Kia e-Niro.

Dans la ligue des Champions
Nomen est omen, disaient les Romains. La Corsa-e fera-t-elle la course en tête? Alors que la présentation de l’ID.3 chez VW tirait en longueur, Opel attirait l’attention sur son stand avec Jürgen Klopp. L’entraîneur du FC Liverpool et le CEO d’Opel, Michael Lohscheller, se sont adonnés à un dialogue passionnant ponctué d’humour. «Je suis vraiment ravi d’être ici avec le Team Opel avant de reprendre l’entraînement cet après-midi à Liverpool», a déclaré Klopp. Ces dernières années, ses liens avec Opel se sont resserrés, a ajouté l’ancien coach de Dortmund. «Ce que cette équipe chez Opel a réalisé ces dernières années est remarquable. Je ne peux dire qu’une chose: chapeau!» De son côté, Lohscheller se disait «très heureux» des résultats signés par Opel. «Lors de l’IAA 2017, nous venions de rejoindre le giron de PSA. Nous avons aujourd’hui déjà atteint le point d’équilibre financier.» Opel a engrangé ces derniers mois 1,5 milliard de bénéfice, entre les 800 millions du second semestre 2018 et les 700 millions des six premiers mois de 2019. Ces chiffres s’expliquent par de nombreux licenciements, mais aussi par un nouvel esprit de compétition qui règne au sein de l’entreprise: une sélection s’opère, les meilleurs se distinguent. Et l’excellent coach se démarque par sa capacité à tirer le meilleur de ses éléments de pointe. A ce jeu-là, Jürgen Klopp a démontré appartenir au cénacle des meilleurs entraîneurs. La demi-finale de Champions League, où Liverpool a renversé le 0:3 du match aller contre Barcelone en un 4:0 au retour, restera dans les mémoires: «Il faut veiller à ce que tes gars croient en eux-mêmes et aient la foi pour réaliser l’impossible. Celui qui craint la défaite a déjà perdu. C’est la soif de victoires qui me pousse.» C’est aussi en vertu de cette mentalité de vainqueur que Klopp est devenu ambassadeur de la marque Opel. Lohscheller, qui vient d’être distingué avec «l’Eurostar 2019» comme CEO de l’An-née par le célèbre magazine spécialisé Automotive News Europe, cite aussi à ce sujet le CEO de PSA, Carlos Tavares: «Un plan ne fait que 5% d’un tout, c’est sa mise en œuvre qui est la véritable clé du succès.» Lohscheller de renchérir: «Nous avons fait preuve d’une vraiment très grande discipline pour mettre en œuvre notre plan de redressement PACE, tous ceux qui y ont participé et y participent en-core veulent absolument ramener Opel sur la voie du succès.»


VW ID 3
La première édition de la Volkswagen ID.3 dispose d’une batterie de 58 kWh. Le moteur électrique – qui fait bloc avec le train arrière – développe 150 kW (204 ch) et un couple maximal de 310 Nm. Le 0 à 100 km/h demande 8 secondes, pendant que la vitesse maxi-male s’atteste à 160 km/h. Le prix de la version de base de l’ID.3 est d’environ 32 000 francs, nous apprend l’importateur. En Suisse, le versement de 1500 francs permet de réserver «son» ID.3 1st. La première édition «Max» – qui affiche un équipement complet – coûtera environ 54 000 francs.


Le style, un critère capital
Cette déclaration, qui vient du fond du cœur, est aux antipodes des froides formules de marketing de la concurrence. Naturellement, personne ne met en doute que les produits sont eux aussi de qualité supérieure. A ceci près qu’aujourd’hui, les émotions prévalent plus que jamais dans le domaine de l’automobile; il n’y a plus de profondes disparités au niveau qualité parmi les marques. Aussi parce que beaucoup d’entre elles appartiennent à de grands groupes, qui partagent des composants identiques. Qui dit émotions, dit design. Ce critère risque en effet de faire pencher la balance dans la course à l’électromobilité. Là, la différence entre la cita-dine au blitz et l’ID.3 saute aux yeux. La Corsa-e mise sur un style simple et épuré, ne présentant au-cune différence avec la Corsa à moteur thermique, même dans le cockpit. Lohscheller a d’ailleurs te-nu à souligner qu’il était le plus moderne chez Opel actuellement. Avec son ID.3, Volkswagen innove à l’intérieur. L’habitacle de l’ID.3 se veut entièrement numérique et connecté, par le biais de l’écran tactile de 10’’ au centre. La version haut-de-gamme propose même un affichage tête haute exploitant l’intégra-lité du pare-brise. «A chacun de décider quelle carte il veut jouer, avance le désigner d’Opel, Friedhelm Engler. Est-ce qu’on souhaite que tout un chacun sache, à la vue de l’auto, que je roule électrique, ou non?» Pour le constructeur de Rüsselsheim, la réponse est claire: pour lui, une voiture électrique ne doit pas avoir un design trop différent de son homologue thermique. VW, en revanche, fait le pari d’un design résolument différent, avec l’ID.3 «Avec l’ID.3, Volkswagen s’engage dans la voie de l’avenir», dit Klaus Bischoff, patron du design chez Volkswagen.

Les jeux sont ouverts
Pour terminer, retour à Jürgen Klopp. L’un des entraîneurs de football les plus populaires au monde n’allait tout de même pas venir en avion à Francfort juste pour parler d’une voiture qu’il n’aurait jamais conduite. Klopp a conduit lui-même la Cor-sa-e lors du tournage de la prochaine campagne publicitaire qui va débuter à l’automne. «Vraiment cool», a-t-il déclaré. Le CEO d’Opel, Michael Lohscheller, a quant à lui couvert de nombreux kilomètres à bord de la citadine du blitz: «Ces dernières semaines, j’ai beaucoup roulé avec des véhicules laboratoires de notre Corsa-e. Je peux vous promettre une chose, c’est que nous allons vrai-ment marquer des points avec cette auto.» Ah oui, comment Klopp a-t-il fait avec ses gars, cette an-née? «Veille à ce que ton équipe ait la foi de réussir l’impossible, et alors l’impossible deviendra possible.» Même s’imposer dans la course à la première voiture électrique de masse.


Opel Corsa-e
La Corsa-e possède un pack de batteries de 50 kWh développant une puissance de 100 kW (136 ch) et un couple maxi de 260 Nm; l’autonomie maximale est de 330 km. Le 0 à 100 km/h est exé-cuté en 8,1 secondes, la vitesse maximale s’élève à 150 km/h. La consommation d’énergie s’élève à 17 kWh/100 km. Environ 500 commandes ont déjà été passées en Suisse. Livraison au premier trimestre 2020. La fourchette de prix débute à environ 34 000 francs. Longueur 4060 mm, largeur 1960 mm, hauteur 1435 mm, empattement 2538 mm.


«La Corsa-e sera pour nous une ambassadrice»

Wendy Penaloza, directrice générale d’Opel Suisse, est convaincue que la Corsa-e va mettre de la couleur sur le marché automobile.

Revue Automobile: Wendy Penaloza, qu’atten-dez-vous de l’Opel Corsa-e?
Wendy Penaloza: La Corsa-e exprime la dynamique de la marque. Avec elle, nous voulons être colorés, dynamiques, sportifs et nous voulons interpeller un public jeune ou resté jeune. La Corsa-e incarne très bien ces qualificatifs.

En Suisse, vous avez déjà reçu 500 commandes pour la voiture, qui va être livrée au premier trimestre 2020. Le signe d’un grand succès?
Dès son lancement en Suisse, nous avons immédiatement reçu plus de 200 commandes. Je pense, moi aussi, que les préalables à une commercialisation réussie sont très bons.

Qui est l’acheteur moyen de Corsa-e?
Selon le réseau de concessionnaires, l’acheteur moyen a environ 30 ans. Le taux de femmes est très supérieur à la moyenne.

Et qu’en est-il du Grandland X Hybrid 4, qui pourrait aussi être un best-seller?
C’est notre deuxième fer de lance pour l’électrification de toutes les gammes chez Opel d’ici à 2024. Le Grandland X Hybrid 4 est idéal pour la Suisse, car il combine une traction intégrale puissante à un très bas niveau d’émissions. Avec une puissance de système de 300 ch générée par un moteur à essence et deux groupes électriques, il accélère de 0 à 100 km/h en 6,1 secondes seulement et couvre 59 km en mode purement électrique en ne consommant en moyenne que 1,6 l, soit des émissions de CO2 de seulement 36 g au kilomètre. Comme la Corsa-e, on peut déjà commander depuis juin le Grandland X Hybrid 4, qui va être livré au premier trimestre 2020 et dont le prix débute à 48 900 francs.

En octobre, Emil Frey va reprendre la distribu-tion d’Opel en Suisse. Pouvez-vous nous donner des détails sur le contexte de ce deal?
Le groupe PSA développe sans relâche sa stratégie commerciale sur des marchés européens sélection-nés, comme la Suisse, pour gagner en agilité, flexi-bilité et efficience. C’est pourquoi le groupe PSA a décidé de confier ses opérations en Suisse au groupe Emil Frey réputé pour son succès en tant que partenaire importateur local et indépendant. Cette entreprise est très bien positionnée sur le marché en Suisse et je me félicite de cette décision.

Croyez-vous que la Corsa-e pourrait devenir la Coccinelle ou la Golf de l’ère de l’électromobilité – autrement dit la voiture du peuple numéro 1?
Je pense que la Corsa-e réunit tous les atouts pour être la nouvelle coqueluche du public. Plus on en verra circuler, et dans des couleurs gaies, mieux ce sera! Nous encourageons donc nos concessionnaires à vendre si possible la Corsa-e non pas en noir, blanc ou gris, mais en orange, rouge ou bleu. La voiture va devenir une ambassadrice d’image.

La Corsa-e est-elle encore une vraie Opel, ou bien plutôt une auto de chez PSA?
Naturellement c’est une vraie Opel, comme chacun de nos modèles. La Corsa-e est fabriquée à Sara-gosse, en Espagne, sur les mêmes chaînes que tous les autres modèles de la Corsa à moteur thermique. L’utilisation commune des plates-formes du groupe PSA induit nettement plus de marge de manœuvre pour mettre en relief les valeurs individuelles de la marque. Tout ce que le client voit, sent et ressent lors de la conduite est marqué du sceau d’Opel.

Comme premier constructeur au monde, Opel a mis au point une voiture de rallye électrique pour la compétition clients. A partir de la mi-2020, avec l’ADAC Opel E-Rally-Cup, Opel organise le premier championnat de rallyes mondial réservé aux véhicules électriques. Un projet à valeur de signal?
La Corsa-e est conçue comme la première voiture électrique pour tout un chacun, pour mettre le pied à l’étrier de l’électromobilité. Pour la version rallye, tous les composants élémentaires, comme la batterie ou le moteur, sont identiques à ceux de la voiture de série. L’objectif d’Opel est évident, contribuer à l’avenir de l’électromobilité, ce qui implique que l’on donne aussi une touche de sportivité à la mobilité électrique. Dans cette mesure, le projet est très important pour tout le groupe.

Cela va certainement intriguer beaucoup de responsables d’autres marques?
Je le crois aussi. Et certains vont sans doute regret-ter de ne pas avoir été les premiers. C’est en tout cas ce que nous espérons.

Mais comment va-t-on recharger les voitures de rallye électriques?
En tout cas pas à l’aide d’un groupe électrogène à moteur diesel, mais d’une station de recharge mobile de 2,1 mégawatts/heure et d’une capacité de 100 kilowatts/heure. Cela nous permettra de re-charger les voitures à 80% en une demi-heure. Une durée identique à celle de la Corsa-e normale.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.