800 volts pour l’éternité

COURANT NOUVEAU A la veille de l’IAA, Porsche dévoile la Taycan, sa toute première voiture 100% électrique. Les données techniques, comme on l’attend d’une Porsche, sont époustouflantes.

L’ambition est claire: la Taycan veut devenir synonyme de la voiture à propulsion électrique, rien de moins. «Ma vision est qu’elle devienne l’icône de cette ère nouvelle», déclare Michael Mauer, en charge du style chez Porsche. Le constructeur de Zuffenhausen pense qu’en 2025, une Porsche sur deux sera électrifiée, à raison de 20% d’hybrides et de tout-électrique pour le reste. Les attentes posées dans cette berline électrique sont donc immenses; Porsche prévoit d’investir 6 milliards dans cette technologie d’ici 2022. Depuis 2011, les effectifs de la marque ont doublé, à 34 000 collaborateurs. Récemment, la nouvelle usine de Zuffenhausen (RA 33/2019) a été re-pensée pour intégrer des techniques de fabrication à la pointe, avec l’objectif «zéro impact». Porsche s’est, en effet, mise comme but de produire de façon neutre sur le plan climatique. «Il y a quelques années encore, personne n’aurait cru un constructeur de voitures de sport comme Porsche capable de respecter les normes de CO2», s’enorgueillit Oli-vier Blume, président du directoire de Porsche. La Taycan, qui est fabriquée «au cœur de Porsche», endosse à cet égard une reponsabilité capitale. «Nous voulons aussi qu’elle soit le benchmark pour les voitures électrique», ajoute encore Blume. Au sommet du cahier des charges figure le style: la Taycan devait immédiatement capter le regard et être reconnaissable en tant que Porsche. Sa silhouette est caractérisée par la ligne de toit plongeante, évocation de la 911. On retrouve aussi les flancs aux fameuses hanches larges ou l’écriture Porsche intégrée au bandeau lumineux, sur toute la largeur de la poupe. A l’intérieur, trois écrans s’étendent sur toute la planche de bord.

Les écrans s’étendent partout, sur toute la largeur du cockpit.

Soul electrified
Une question se pose néanmoins: ne valait-il pas mieux se lancer dans l’électromobilité avec un SUV? «Le risque aurait peut-être été moindre. Mais nous avons voulu proposer le véhicule le plus sportif qui soit parmi les électriques», explique Blume. Après la Taycan et la Taycan Cross Turismo, ce sera au tour du futur Macan – le SUV de taille moyenne de Porsche – de prendre son envol électrique. La Taycan a été conçue à partir d’une feuille blanche. Les ingénieurs ont profité de cette liberté pour tirer le meilleur des possibilités offertes par un concept électrique. Notamment, le besoin moindre en refroidissement a permis d’abaisser le Cx à 0,22 sur la version Turbo; il s’agit du plus faible coefficient de résistance aérodynamique ja-mais présenté par une Porsche. Cette version, si-tuée à la base de la gamme (195 000 Fr.), exécute tout de même le 0 à 100 km/h en trois secondes, tandis que l’autonomie maximale serait de 450 km. La Turbo S (dès de 245 000 Fr.) sprinte encore plus vite grâce à sa puissance maximale de 560 kW (761 ch) et son couple de 1050 Nm en mode Lauch-Control: le 0 à 100 km/h ne prendrait que 2,8 s. Cette énergie titanesque est fournie par des moteurs électriques greffés aux trains avant et arrière, un par essieu. La Taycan bénéficie ainsi d’une traction aux quatre roues. En l’absence d’intermédiaires comme l’embrayage ou la transmission, l’énergie est transmise directement à l’essieu respectif, la modulation de la puissance et du couple se fait cinq fois plus rapidement qu’avec un schéma traditionnel. Pour un compromis optimal entre accélérations et vitesse maximale, une inédite boîte à deux vitesses a été prévue pour le train arrière.
Grâce au bobinage en épingle à cheveux, le stator peut délivrer une puissance plus élevée et être refroidi beaucoup plus efficacement. La gestion thermique ne devrait pas poser problème, Porsche avançant même que la Taycan serait capable d’accélérer 26 fois au moins d’affilée de 0 à 200 km/h à plein régime. La limousine a bouclé le circuit Nord du Nürburgring en 7,42 minutes et, lors d’un essai de longue durée à Nardò (I), a couvert 3425 km en 24 heures. Elle ne s’est arrêtée que pour les changements de pilote et la recharge des batteries. Le mérite revient entre autres à la technologie 800 volts qui, combinée à des bornes de recharges de 270 kW, permet de remplir les accumulateurs avec assez d’énergie pour parcourir 100 km en cinq minutes. Si l’on veut faire plus, il faut moins d’une de-mi-heure pour charger complètement la batterie.

Plus de deux tonnes sur la balance
Pour que cela soit faisable, Porsche s’est engagé dans l’édification du réseau paneuropéen de bornes de recharge rapide IONITY. D’ici à l’an prochain, on devrait donc pouvoir tabler sur 400 bones de recharge express. «Nous avons fait de bonnes expériences sur circuit avec la technologie 800 volts», a déclaré Oliver Blume. De 2015 à 2017, la Porsche 919 Hybrid a remporté trois fois de suite la légendaire épreuve des 24 Heures du Mans avec cette technique. Neel Jani, sur la plus haute marche du podium en 2016, confirme: «La Taycan est un bon exemple du transfert de connaissances de la course automobile à la route.» Le natif du Seeland a piloté le bolide de 2,3 tonnes sur un circuit automobile de New York. Là, il a jugé son comportement dynamique similaire à celui de la Panamera Sport Turismo, aux cotes comparables. «Porsche sait définitivement comment construire des voitures agiles en virage», a déclaré Jani. Pas étonnant quand on sait que le centre de gravité de la Taycan est plus bas que sur la mythique 911! 

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here