Le quartier général des Willys

PASSION Rares sont les véhicules militaires qui ont autant marqué les mémoires que la Jeep Willys. La manifestation «Convoy to remember» (AG) nous en rappelle les raisons.

Birmenstorf (AG), la classique Jeep Willys a été la star du 8e Convoy to Remember. Jürg Bachmann, du Jeep Club de Suisse centrale, en a compté plus de 200! C’était une occasion en or pour discuter avec quelques heureux propriétaires de la provenance de leur véhicule fétiche. «Si vous voulez apprendre quelque chose au sujet des Jeeps, interrogez dix personnes et vous recevrez onze réponses», prédit-t-il. Le Zurichois Markus Steiner prend la pose dans l’uniforme avec lequel il a accompli en 1973 l’école des sous-officiers, en compagnie de son col-lègue Charly Schmid, lui aussi en uniforme, devant sa Jeep M38-A1 biplace (millésime 1958) à garde-boue arrondis. Il s’agit d’un véhicule qui a été transformé pour l’armée suisse: la roue de secours est montée sur le côté droit, et non à l’arrière, parce qu’elle comportait à l’origine un canon antichars. L’Argovien Markus Nauer s’est déjà rendu en Normandie pour commémorer avec d’autres le D-Day (6 juin 1944). Sa Willys du type CJ-3A appartient à la deuxième série, conçue entre 1946 et 1949, engagée ensuite dans la guerre du Vietnam. L’armée suisse en au-rait acheté 5000.

La Jeep Willys a été faite dans de nombreuses configurations, suivant les missions militaires auxquelles elles étaient affectées.

Des histoires uniques
A l’origine, l’armée américaine avait commandé ce véhicule en vue du débarquement de Normandie, en l’occurrence une voiture d’une taille compatible avec un transport en avion, capable de rouler par-tout et d’emmener quatre hommes. Willys obtint la commande, mais il dut s’allier à Ford pour en assurer la production. Alors qu’on évoque les dé-buts de cette Jeep, une Willys en peinture de camouflage passe pile à cet instant devant nos yeux: «C’est une Willys CJ-2A, millésime 1946. Elle a été utilisée par le SAS britannique, le Special Air Service. Je l’ai achetée telle quelle et je l’ai présentée exactement comme ça au contrôle technique en Suisse», explique Jürg Hoppeler, de Malans (GR). Pour un profane, ces détails ne sont pas faciles à repérer. Face à deux Jeeps quasi identiques, par exemple, il est compliqué de répondre à cette question: «Laquelle est la plus récente?» Autant l’avouer, notre premier essai est tombé à côté de la plaque. Pour gagner, il fallait dire «celle aux formes anguleuses, un peu plus obsolètes, qui date de1962». Une explication là-derrière, chaque armée qui a utilisé des Jeeps les a adaptées à ses be-soins. Voyez par exemple la CJ-3B (1957). C’est une voiture de la police militaire avec canon de 12,7 mm, mitrailleuse de calibre 7,62, gyrophare rouge et projecteur orientable, trois jerricans d’essence devant le radiateur et une remorque d’origine. Elle appartient à un Soleurois, Stefan Schumacher. Conçu à l’origine pour la guerre de Corée, son véhicule a été utilisé au Vietnam puis repris par l’armée suisse et finalement par les pompiers de Seon (AG). «Je l’ai acheté à un particulier, repeinte et re-mise en état mécaniquement».
Comment expliquer cette passion? «Les Jeeps sont bien conçues et faciles à conduire. Les exemplaires rachetés à l’armée ont été remarquablement bien entretenus», explique Jürg Bachmann. Ils possédaient une traction intégrale débrayable et respectivement trois rapports pour la route et le tout terrain. Techniquement, ils étaient en avance sur leur temps. L’armée a modifié chaque modèle à Thoune (BE) pour les troupes du génie, la défense antichars ou les équipes de radio. «Ce qui nous intéresse, c’est la technique et l’histoire individuelle de chaque véhicule. Rien à voir avec des jeux de guerre», tient à souligner Jürg Bachmann. Au début des années 1990, les Jeeps ont progressivement été mises de côté par l’armée suisse, faisant alors le bonheur des collectionneurs privés.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.