La révolution au centre

CHANGEMENT D’ÈRE La Corvette de huitième génération est la première à se doter d’un moteur central. En l’occurrence, un 6,2-litres de 502 ch.

Née au début des années 50, la Chevrolet Corvette disposait jusqu’alors son moteur en position longitudinale avant. Cette architecture est désormais révolue, la nouvelle C8 positionnant son moteur au centre de son châssis. «La Corvette a toujours été le fer de lance de General Motors en matière d’innovation et de capacités. Le concept de véhicule avec moteur avant ayant atteint ses limites de performance, la nouvelle configuration est devenue nécessaire», explique Mark Reuss, le président de General Motors.
Toutefois, il est à préciser que l’idée de déplacer le moteur vers l’arrière n’est pas totalement nouvelle: il y a exactement 60 ans, le Chevrolet Engineering Research Vehicle (CERV) présentait déjà la I, un concept de voiture sportive à moteur central. Depuis lors, d’autres études similaires ont vu le jour, sans qu’aucune d’elles n’atteigne le stade de la production.

Les limites du moteur avant
Le cœur de la nouvelle Stingray est son moteur V8 de dernière génération. Désigné LT2 Small Block, expirant via un nouvel échappement sport, il cube 6,2 l de cylindrée. Caractérisé par une puissance de 502 ch et un couple de 637 Nm, il est pourvu d’une lubrification par carter sec (trois pompes à huile). De quoi déplacer le centre de gravité de l’auto vers le bas, améliorant ainsi le tempérament sportif de l’américaine. C’est en tout cas ce que promet M. Reuss: «Les performances dépassent celles de tous les modèles précédents dans l’histoire de la Corvette». Pour la première fois, le V8 est associé à une boîte de vitesses à deux embrayages. Produite par Chevrolet, elle possède 8 rapports. Les choix de réglage ont porté sur un rapport de première vitesse très court, afin d’autoriser des démarrages-éclair. Quant aux autres rapports, ils sont également très courts. Voilà qui assure au moteur de toujours travailler dans une plage de puissance optimale. A no-ter que la tringlerie de boîte de vitesses ne se fait plus mécaniquement mais bien de manière électronique.

Direction optimisée
Dans l’habitacle, on remarque d’abord le large tunnel central, un détail de construction important. La rigidité en torsion a augmenté et le centre de gravité est plus bas. La structure principale de la carrosserie est conçue en Bedford Six, soit à partir de 6 pièces d’aluminium moulées à haute pression. Le support du pare-chocs est en fibre de carbone, les panneaux de coffre et le tableau de bord en fibre de verre et en résine synthétique. Un volant à deux branches autorise une vue sans obstruction vers l’écran multifonctions de 12’’. Il commande une di-rection dont le rapport de braquage a été réduit de 16,3:1 à 15,7:1. L’absence du moteur à l’avant pro-fite à la tringlerie de direction puisque celle-ci jouit désormais de davantage d’espace. L’essieu avant peut être relevé d’environ 40 mm, et ce afin affronter les gendarmes couchés en toute sécurité. Automatique, ce système peut être programmé pour mémoriser jusqu’à 1000 points d’itinéraire et fonctionner jusqu’à une vitesse de 38 km/h. La C8 Stingray s’équipe aussi d’une procédure de départ arrêté (launch control) et – pour au-tant que vous cochiez l’option «Pack Performance Z51» – d’une suspension sport à réglage manuel, de disques de freins majorés, d’un refroidissement optimisé (aussi pour les freins), d’un pont spécifique et d’un échappement plus performant.

Les larges entrées d’air sur le côté suggèrent la position du moteur. Dans la nouvelle Corvette, celui-ci se trouve directement derrière le conducteur. C’est une première.

Transmission rapide du signal
Un différentiel électronique à glissement limité module le couple entre les roues arrière pour assurer la motricité et la stabilité du véhicule. La prise d’air avant et le spoiler arrière, divisé en deux parties, offrent, ensemble, jusqu’à 180 kg d’appui en plus, garantie d’une meilleure stabilité. Le système d’amortisseurs Magnetic Ride Control (en option) fournit des données plus précises aux calculateurs grâce à des accéléromètres montés sur essieu. Ce-la permet à l’électronique de réagir plus rapidement et en douceur aux commandes du conducteur; le confort de conduite devrait s’en trouver significativement amélioré. Le choix des modes de conduite est passé de quatre à six. Les modes Météo, Tour, Sport et Piste ont été conservés et deux nouveaux modes ont été ajoutés. Avec «Mon mode», il est donné aux propriétaires de Corvette la possibilté de configurer leur propre style de conduite. Quant au mode Z, il permet également de modifier les réglages du moteur et de la transmission.

Un prix d’achat inférieur à 60 000 $
Le lancement de la production des versions américaines de la nouvelle Chevrolet Corvette Stingray est prévu pour la fin de cette année, dans l’usine d’assemblage Bowling Green de GM, dans le Kentucky. La version de base sera proposée à un prix inférieur à 60 000 $. De plus amples informations sur les prix, les équipements et les versions européennes seront annoncées avant la mise sur le marché du véhicule. Beaucoup de spéculations courent à ce sujet, tout comme les discussions sur l’arrivée d’une vraie décapotable ou sur la question de savoir si Corvette deviendra bientôt une marque indépendante, avec une filiale dédiée aux SUV.

Le très large tunnel central saute aux yeux, dans l’habitacle.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here