Nouvelle philosophie

electroChoc En léthargie depuis des années, Lotus entend revenir sur le devant de la scène avec l'Evija, une arme de destruction massive de 2000 ch!

Propriété du groupe malais Proton depuis 1996, Lotus était en pleine léthargie depuis plusieurs années; si l’on fait fi des incalculables séries limitées lancées ces derniers temps, il faut remonter à 2012 et au lancement de la troisième génération d’Exige pour tomber sur une réelle nouveauté. Racheté en 2017 par l’un des géants chinois de l’industrie automobile, Geely (qui possède également Volvo), Lotus semblait alors n’avoir qu’un seul objectif en tête: être capable de rivaliser à nouveau avec Porsche, voire même McLaren ou Ferrari. Bref, revenir au premier plan de la scène automobile internationale. Moins de deux ans plus tard, cet objectif semble déjà partiellement atteint. Voire même davantage si l’on se réfère à la seule fiche technique de l’Evija, la nouvelle hypercar présentée par Hethel le 16 juillet dernier à Londres, lors d’une soirée rassemblant journalistes, investisseurs et autres potentiels acheteurs. Un événement auquel la Revue Automobile a pris part, et ce en exclusivité suisse.

«E-vi-ya»
A bien des égards, la nouvelle Lotus Evija (prononcez «E-vi-ya») symbolise le renouveau de la marque anglaise. C’est d’ailleurs pour cette raison que sa désignation (dérivée du nom propre Eve) signifie «le premier dans l’existence». Une appellation tout a fait appropriée selon Lotus: l’Evija est non seulement la première hypercar assemblée par le constructeur, mais elle est aussi le premier modèle électrique de l’entreprise, voire la première à se pourvoir d’une quelconque électrification. En outre, elle est aussi la première auto de l’ère Geely.

Un design d’avion de chasse
Influencée par l’industrie aéronautique — et plus particulièrement par l’avion de reconnaissance Lockheed SR-71 Blackbird —, la Lotus Evija se serait également inspirée de la nature à l’heure de scuplter ses courbes: «Pendant la phase initiale de conception, nous avons passé de nombreuses heures à étudier des images de formes géologiques, des roches qui avaient été sculptées par la nature au fil des siècles. Nous pensons avoir capturé ces belles et intrigantes lignes élémentaires dans l’Evija», nous a expliqué Russell Carr, le directeur du design chez Lotus.

Assemblée en fibre de carbone, la carrosserie se veut fidèle aux préceptes du fondateur de Lotus, Colin Chapman: chaque composant doit servir de multiples fins. Ainsi, le design extérieur se veut non seulement léché, mais aussi efficace à tous les niveaux, et ce compris sur le plan aérodynamique. Exemple le plus évident de cette politique: les deux tunnels Venturi qui percent la face arrière du véhicule. Inspirés des voitures de course du Mans, ils optimisent le flux d’air en le dirigeant au travers de la carrosserie, contrebalançant la faible pression à l’arrière de la voiture pour réduire la traînée. Cette dernière est également limitée grâce à la présence dans les ailes avant de caméras extractibles. Sur le toit, une troisième caméra permet de voir ce qui se passe derrière le bolide.

Vu de l’arrière, chaque tunnel Venturi est bordé d’un bandeau lumineux rouge. Composé d’un ruban de LED, il crée un effet visuel qui n’est pas sans rappeler des réacteurs à postcombustion. Là encore, l’aviation n’est pas loin. Détail supplémentaire, une LED cachée dans chaque tunnel illumine l’intérieur de ses derniers. Pour le reste, les indicateurs de direction sont intégrés dans les coins du ruban, tandis que le feu de recul est assuré par le «T» lumineux du logo Lotus situé au-dessus de la trappe à chargement.

Personnalisable à souhait
Lotus offrira aux clients de l’Evija un niveau de personnalisation avancé, leur permettant par exemple de choisir la finition de l’insigne du capot avant, lequel pourra par exemple être en carbone, en titane ou même en or. En outre, la firme britannique a développé la possibilité d’incruster des éléments métalliques directement dans la carrosserie en fibre de carbone.

Si l’exemplaire de démonstration affichait fièrement une partie de l’Union Jack sur ses flancs, Lotus précise qu’il peut s’agir d’un autre drapeau, d’armoirie familiale ou d’un logo personnel: «Cet insigne de style marqueterie est similaire à celui de l’ébénisterie traditionnelle, où l’on incruste sur le même panneau différentes couleurs de bois», développe Russell Carr. Et de continuer: «Sur l’Evija, c’est vraiment au client de choisir les matériaux et les designs qui lui conviennent.»

Type 130
Au moment de son développement, l’hypercar électrique était dénommée en interne «Type 130», une désignation qui est une allusion directe aux précédentes créations du constructeur d’Hethel comme la Type 14, la première voiture monocoque composite de série au monde (Elite, 1957) ou encore la Type 92, la première F1 à suspension active au monde (1983). Bien entendu, comme ces dernières, l’Evija entend, elle aussi, révolutionner l’industrie auto. Ainsi, l’hypercar s’équipe-t-elle d’un châssis assemblé entièrement en fibre de carbone. Moulé d’une seule pièce afin d’être tout à la fois rigide et résistant, ses dessous comprennent un diffuseur d’air intégré qui s’étend des montants B jusqu’à la face arrière. Mais ce n’est sans doute pas là l’atout le plus impressionnant étrenné par l’Evija. Non, ce que le public retiendra sans aucun doute de l’Evija, c’est sa puissance phénoménale.

2000 ch
Au cœur de l’hypercar se trouve un groupe motopropulseur tout électrique dernier-cri. Composé de quatre machines électriques pour le moins puissantes (chacune d’entre elles développe la bagatelle de 500 ch), il développe une puissance et un couple combinés de pas moins de 2000 ch et 1700 Nm selon les informations communiquées par Lotus. Cette ingénierie de pointe est le fruit d’une joint venture avec le partenaire technique Williams Advanced Engineering, une entreprise connue pour ses succès dans le sport automobile, que cela soit en formule 1 ou même en formule E.

Les quatre machines (moteurs et générateurs) sont alimentés par une batterie de 70 kWh, laquelle est positionnée au centre, soit juste derrière les deux sièges. Autrement dit, en lieu et place du moteur thermique. Inhabituel, ce positionnement offre de nombreux avantages selon les dires de Lotus. En matière de style notamment, mais aussi d’aérodynamique, de répartition du poids, ou même de comportement dynamique. En outre, cette configuration a été retenue car elle permettait également de changer les batteries lorsque ces dernières seront obsolètes. Mais, pour l’heure, lesdits accus sont le fruit de l’entreprise coréenne Samsung. Pourtant «plus légère et plus dense en énergie» qu’aucune autre batterie installée sur une voiture de production, elle leste tout de même l’Evija d’un poids non négligeable: 1680 kg contre 1080 kg sans les batteries. Oui, elle est bien loin l’époque du «Light is right», autre précepte — pourtant très cher! — de ce brave Chapman.

Des performances interstellaires
Coté autonomie, Lotus parle de 400 km en conduite coulée, et 80 sur circuit. Mais cela a finalement peu d’importance, car l’Evija sera capable de supporter des charges ultra rapides qui ne dureront pas plus de 10 min. De quoi profiter au mieux des performances stellaires de l’engin: moins de 3 s pour le 0 à 100 et, surtout, moins de 9 s pour le 0 à 300 km/h. Autant dire qu’avec pareille accélération, même le Faucon Millenium est largué!

A performances extraordinaires, tarif extraordinaire: la Lotus Evija ne se négocie pas à moins de 1,7 million de livres sterling (hors taxes). En francs suisse, cela fait plus de 2  millions. Pour ce tarif-là, Lotus vous offre un programme complet d’activités comme des sorties circuit en VIP. Une coquetterie réservée à quelques nantis, qui devront d’ailleurs se battre pour avoir le privilège de signer un bon de commande, seuls 130 exemplaires d’Evija étant appelés à voir le jour. A noter que l’assemblage de la Lotus Evija commencera dès 2020 sur le site historique d’Hethel, au Royaume-Uni. A cette occasion, une nouvelle ligne d’assemblage sera mise sur pied.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.