L’été en musique

PLAYLIST Le visage au soleil, le coude à la portière, la route devant soi et la musique qui vous berce: la RA vous propose un éventail de ses coups de coeur.

RUSHIN’
Banny Price
Album: «Louisiana Blues: Early 50s and 60s R & B»
Excellent blues instrumental que l’on doit au guitariste américain Banny Price, une célébrité en Louisiane. On a immédiatement envie de prendre la route avec la Cadillac DeVille de 1962, que l’acteur Viggo Mortensen conduit dans la tragi-comédie maintes fois primée «Green Book – Sur les routes du Sud» (2018). Il s’agit de l’histoire d’une tournée de concerts du pianiste noir de jazz Don Shirley (joué par Mahershala Ali). Ce _ lm regorge de musiques magni_ ques des années 1950-1960, mais le morceau de Price, il va falloir se le procurer ailleurs.


SOME VELVET MORNING
Primal Scream & Kate Moss
Album: «Evil Heat»
Avec ses sons electro monotones, on pourrait presque attribuer ce morceau au groupe culte allemand Kraftwerk. A l’instar de son mythique titre «Autobahn», le son psychédélique du rocker écossais Primal Scream vous donne envie d’enfoncer l’accélérateur, et il n’y a pas que l’ex-supermodel britannique Kate Moss qui soupire à cette occasion. L’original de Some Velvet Morning est l’oeuvre de Lee Hazlewood (enregistré avec Sinatra) et faisait partie de la bandeson du _ lm éponyme de 1967. Depuis, les reprises se sont multipliées. Celle de Primal Scream remonte à 2002.


ROUTE 66 (BEATMASTERS MIX)
Depeche Mode
Album: «Remixes 81-04»
Certes, cette version électronique de 1956 du grand classique de Bobby Troup (compositeur) et Nat King Cole (artiste) a du mal à trouver son rythme. Mais la couche de vernis plus moderne du synthie-rocker britannique Depeche Mode s’incruste vite dans l’esprit. Tout comme auparavant les reprises de légendes de la musique tels que Chuck Berry, Ray Charles ou Natalie Cole. Et, dès lors, le morceau vous emmène comme toujours à un rythme d’enfer de St. Louis à Amarillo et, de là, à San Bernardino.


Playlist


BABIES
Pulp
Album: «His ’n‘ Hers»
Dans ce morceau de 1992, Jarvis Cocker, le frontman des britpoppers, raconte une amourette d’adolescence. Un récit qu’on n’écoute plus au volant, car on se dandine sur son siège et on attend cette bassline qui vous incite à chanter: «Dum dum di-dam». Ce sont de mauvais accords de guitare du drummer Nick Banks que Cocker a intégrés à ce morceau qui lui donne son charme, explique le chanteur. Les britpoppers ont aussi des morceaux populaires dans leur répertoire, dont «Common People» et «Disco 2000», excellents quand on avale des kilomètres.


FAR FROM ANY ROAD
The Handsome Family
Album: «Singing Bones»
Un morceau beaucoup trop court. Autant, dès lors, l’écouter en boucle. Un peu comme un long voyage en voiture quand, à la _ n d’une torride journée d’été, le soleil descend à l’horizon. La jolie famille, signi_ cation de Handsome Familiy, se réfère au duo de country alternative et le couple Brett et Rennie Sparks. Leurs voix ont une tonalité sereine et chaleureuse – une bonne raison, donc, de se laisser aller. Leur morceau «Far from any Road» est devenu célèbre avec le feuilleton de polars True Detective. Lequel propose aussi bien d’autres chansons moroses.


BANK ROBBERY
John Lee Hooker & Miles Davis
Album: «The Hot Spot – Soundtrack»
Le duo Hooker et Davis a peut-être atteint son apogée musicale dans avec la bande-son du _ lm Hot Spot, de 1990, signé par la légende d’Easy Rider, Dennis Hopper. Les musiciens sont encore plus légendaires: le morceau de John Lee Hooker et Miles Davis donne la chair de poule avec la guitare de blues et la trompette de jazz, aux accents déchirants. A écouter quand on se balade le coude à la portière: on croit déjà ressentir la chape de plomb étouffante de cette petite ville du Texas écrasée par la chaleur, où se déroule le thriller érotique Hot Spot.


HOPPÍPOLLA
Sigur Rós
Album: «Takk…»
La musique qu’il vous faut quand vous découvrez un paysage avec un horizon de prairies et de lacs. Pas étonnant quand on sait que le groupe est originaire d’Islande et que l’on classe sa musique dans «l’Ambient Rock». L’univers sonore de Sigur Ros est opulent. On ne comprend pas les textes chantés en islandais de Jón fiór «Jónsi» Birgisson et on ne peut donc pas chanter. «Takk» (2005) est le 3e album enregistré en studio par Sigur Ros et constitue une forme de remerciement adressé à ses fans, accros de sa musique conviviale et accrocheuse. TO LOVE


AND BE LOVED
Sting & Shaggy
Album: «44/876»
Le reggae en voiture est un must quand la chaleur vous liqué_ e et que, lunettes de soleil sous le nez, on se cramponne au volant. Avec leur album commun, intitulé «44/876», Sting et Shaggy ont créé la surprise en ra_ ant le Reggae Award lors des Grammy. De bons morceaux, l’album concocté par le Britannique et le Jamaïcain n’en manque pas. Mais le court passage d’orgue dans «To love and be loved» vous donnera assurément envie de chanter aussi et, avec le «Tu-lup» sur les lèvres, la main ne tarde pas à pianoter sur la console centrale.


EASY
The Dandy Warhols
Album: «Odditorium Or Warlords Of Mars» Au début, on n’a gi¨re envie d’écouter les bafouillements du frontman dandy Courtney Taylor-Taylor. Mais la batterie et la basse ne laissent pas de marbre et, quand la guitare intervient, dif_ cile de ne pas se laisser entraîner! Là, les bafouillements de Taylor-Taylor semblent se fondent agréablement avec le tempo. Ce morceau de sept minutes (!) compte ensuite un passage instrumental avec trompette et orgue. Le conducteur aura du mal à garder le regard sur la route, car le rythme du final le transforme en chien remue-tête.


LEAVE HOME
The Chemical Brothers
Album: «Exit Planet Dust»
Leave Home est le premier morceau sur le premier album enregistré en studio par les Chemical Brothers, un duo de musique électronique. En 1995, quand Tom Rowlands et Ed Simon, deux garçons de Manchester, quittent la ville, leur style était encore très funky. Dans ce titre, la basse assène ses coups de boutoir et la tirade de guitare est sexy au possible! Tout cela s’emballe, comme le bruit que fait la boîte de vitesses lorsqu’on monte les rapports. Et, comme on adore passer la deuxième vitesse juste pour le plaisir, on réécoute ce morceau, encore et encore.


WUNDERVOLL
Wolfsheim
Album: «Casting Shadows» Quand on pense aux synthie-poppers allemands Wolfsheim, c’est surtout en raison de «Kein zurück», sorti en 2003. Sur la dernière production en studio du duo _ gure le titre Wundervoll (merveilleux). Il s’agit du récit d’une longue nuit durant laquelle on a dansé jusqu’au matin. Mais Wundervoll est aussi une bande sonore qui vous accompagne à merveille en voiture quand on se précipite vers une ville noyée dans les néons, peut-être à la recherche de cette merveilleuse nuit d’été chantée par le Wolfsheim. Et qu’importe si elle doit rester à l’état de rêve.


IL TUO MONDO
Claudio Villa
Album: «Canzoni Popolari»
Jamais ce type de musique ne sonne mieux qu’en voiture, durant l’été. On se surprend à pousser la chansonnette au volant, pour accompagner les envolées de Claudio Villa. Le chanteur romain se distinguait par une voix de ténor très haute; dans les années 1950, il passait même pour le roi de la chanson populaire mélodieuse. Mais Claudio Villa, c’est bien plus que «Il tuo mondo»: avec Domenico Modugno, il détient le record de victoires remportées au Festival de musique de Sanremo, qu’il a enlevé en 1955, 1957, 1962 et 1967. Allora, cantiamo!

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.