«La sécurité routière est une priorité»

SENIORS AU VOLANT Le Bureau de prévention des accidents (BPA) propose un test d'autoévaluation à l'attention des seniors. Les explications du porte-parole Marc Kipfer

Revue Automobile: Le BPA n’ap­précie manifestement guère le fait que, dès cette année, les automo­bilistes ne doivent passer un examen médical d’aptitude à la conduite qu’à partir de 75 ans, et non plus dès 70 ans. Cette impres­sion est-elle trompeuse et pour­quoi le test d’aptitude à la conduite pour personnes âgées est-il lancé maintenant?
Marc Kipfer: Quand le Conseil fédé­ral a annoncé le relèvement de 70 à 75 ans de l’âge du premier bilan de santé, il a souhaité que ce change­ment soit accompagné de mesures d’information et de sensibilisation. Ainsi, les seniors devront-ils se sou­cier de leur aptitude personnelle à la conduite au plus tard à 70 ans. Le contrôle d’aptitude du BPA répond à ce voeu. Il fait partie d’un ensemble de mesures coordonnées par l’ACS. La responsabilité globale en incombe au Fonds de sécurité routière.

Qu’attend le BPA du contrôle à la conduite qu’il propose?
Diverses études scientifiques ont prouvé l’effet positif de ce type de dé­ marche sur la sécurité routière. Il est important que les aînés puissent éva­luer correctement leur propre apti­tude à se fondre en toute sécurité dans la circulation. Pour cela, il est important d’en savoir le plus possible sur toute diminution des capacités et ses effets sur la condition physique au volant, ainsi que sur les contre-me­sures qui s’imposent. Les questions et recommandations les plus impor­tantes sont posées et émises dans le contexte de notre contrôle d’aptitude à la conduite.

Le contrôle d’aptitude à la conduite demeure théorique. Cela suffit-il pour améliorer sensiblement la capacité de conduite des seniors dans la pratique? Le BPA ne devrait-il pas non seulement recommander des tests sur route avec un moniteur d’auto-école, mais également les exiger dans l’intérêt de la sécurité routière?
En plus des tests d’autoévaluation, nous recommandons d’autres me­sures, dont la participation à un cours de remise à niveau. Dans le processus d’autoévaluation, nous ju­geons la responsabilité personnelle très importante. Dès lors, il ne nous semble pas nécessaire, à l’heure ac­tuelle, d’obliger tous les aînés à suivre une telle voie. La loi prévoit déjà qu’en cas de doute, on peut ordonner des tests d’aptitude à la conduite à certaines personnes, quel que soit leur âge.

Comment le BPA parvient-il à conclure que le contrôle d’aptitude à la conduite est un succès? A quelle fréquence doit-il être cliqué ou commandé sur Internet pour juger de sa pertinence?
La sécurité routière est une priorité pour le BPA. Nous sommes convain­cus que le contrôle de l’aptitude à la conduite contribuera à améliorer la sécurité des usagers de la route. Di­verses demandes de renseignements émanant des médias prouvent que le sujet suscite un gros intérêt. Nous re­cevons également des requêtes de renseignements et des commandes de personnes âgées. Nous sommes per­suadés que le nombre de personnes intéressées augmentera à mesure que l’ACS lancera la campagne de sensi­bilisation évoquée.

Si, comme l’explique le BPA, les jeunes conducteurs présentent, sur la route, un risque comparable à celui des conducteurs plus âgés, pourquoi n’existe-t-il pas de tests en ligne qui leur sont destinés?
Seul le risque d’accident par kilo­mètre parcouru est comparable. Les seniors roulent beaucoup moins que les jeunes. Il ne faut donc pas sures­timer le danger qu’ils représentent au coeur de la circulation. Pour réduire les risques d’accident dans une cer­taine tranche d’âge, il faut appliquer des moyens appropriés. Des mesures ont déjà été prises avec succès pour les jeunes conducteurs. Je pense à la formation en deux étapes et à l’inter­diction de conduire sous l’emprise de l’alcool pendant la période d’essai.

Est-il prévu d’évaluer périodi­quement les effets de l’examen d’aptitude à la conduite?
Le BPA fonde ses travaux sur des mé­thodes scientifiques. L’évaluation des instruments que nous proposons va de soi. Nos spécialistes contrôlent et soupèsent régulièrement l’efficacité de l’autoévaluation.

Interview: Raoul Studer

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here