Pleins feux sur le numérique

SALON DE GENÈVE La 89e édition de la manifestation se penchera sur la révolution des nouvelles technologies au sein de l’industrie automobile.

Nouvelles technologies Un forum sur l’influence du monde numérique sur l’automobile sera organisé cette année à Genève.

Le 89e Salon international de l’automobile de Ge­nève se tiendra à Palex­po du 7 au 17 mars 2019. Près de 180 exposants se partageront une surface de près de 70 795 mètres carrés. Cette 89e édi­tion du GIMS (Geneva International Motor Show), comme on le nomme de nos jours, réunira plus de 100 pre­mières mondiales et européennes.

Programme de tables rondes
Une nouveauté est prévue cette an­née: le Forum Shift Automotive, qui aura lieu dans la halle 6 la veille de l’ouverture du Salon. Il s’agit d’un programme de tables rondes qui pré­sentera les mutations fulgurantes que traverse le monde du transport indi­viduel. Ce sera l’occasion, pour les experts en nouvelles technologies et les constructeurs automobiles, d’aborder l’impact du numérique sur l’industrie des quatre-roues. Ce fo­rum est organisé en collaboration avec l’IFA de Berlin (foire internatio­nale d’électronique grand public) et en partenariat avec l’Union interna­tionale des télécommunications (UIT).On avait annoncé cette année un nouveau directeur du GIMS en la

personne du Biennois Olivier Rihs. En fait, celui-ci n’a pris ses fonctions que le 1er février dernier et l’édition 2019 lui permet de préparer celle de 2020 et d’entrevoir les adaptations possibles pour la 90e édition. Cette année, l’actualité fait ressortir l’ab­sence d’un certain nombre de constructeurs, à l’instar de Hyundai, Ford, Opel, Volvo, Infiniti et DS.

34 nouveaux exposants
André Hefti, qui est encore directeur du GIMS cette année, relativise: «Nous traversons, comme les autres salons automobiles, une période de mutations. Nous accueillons cepen­dant cette année 34 nouveaux expo­sants et nous sommes cités par le groupe Autovista comme la plus im­portante manifestation du genre dans le monde en 2019! Il faut également souligner que les marques spécialisées en voitures de sport privilégient notre rendez-vous.» Les défections ont-elles mis à mal l’organisation de la grand-messe ge­nevoise? «Les marques qui ont annu­lé au dernier moment leur participa­tion nous ont posés quelques pro­blèmes. Pour Ford et Volvo, nous le savions déjà à l’avance. En revanche, Hyundai et Jaguar Land Rover nous l’ont signalé en novembre/décembre 2018. Cela n’a pas été évident de rem­placer 2000 mètres carrés», explique André Hefti.

GIMS 2018 Geneva International Motor Show PALEXPO – President’s Cocktail

Solution de remplacement
S’agissant du désistement de Jaguar Land Rover, André Hefti explique avoir été surpris au début, «mais nous avons appris, par la suite, que le constructeur avait perdu 3,8 millards d’euros (4,3 milliards de francs) lors du dernier trimestre de l’année et que les ventes étaient en chute libre». Hyundai, pour sa part, a informé les organisateurs du GIMS qu’il n’avait rien de nouveau à présenter. «Nous avons pu faire en sorte que toutes les marques de l’Alliance aient de la place dans la halle 6 en remplacement de Volvo. Sur l’emplacement qui avait été prévu pour Jaguar Land Rover, nous prévoyons une exposition spé­ciale Abarth, qui fêtera cette année ses 70 ans. Ce sera, dans la halle 6, la présentation d’une partie de la prestigieuse collection d’Engelbert Moll. A part ça, nous avons 34 nou­veaux exposants, dont Michelin qui n’était plus venu depuis 10 ans. No­tons aussi le centième anniversaire de Bentley, qui présentera un modèle vi­sant à marquer les esprits», confie André Hefti.Signalons encore que douze par­kings et aires de stationnement à proximité de Palexpo sont à la dis­position des visiteurs, ce qui repré­sente quelque 5600 places de station­nement, voire 10 000 le week-end. Des navettes assureront la liaison entre les parkings et l’entrée princi­pale du GIMS.

 

Text: René Hug

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here