Le grand défi pour Bally

RALLYE DU VALAIS En bonne position pour remporter son premier titre de champion suisse, Ivan Balli­nari rencontrera la crème des pilotes helvètes et euro­péens ce week-end.

©Ludovic Carnal

De retour à Sion, la 59e édition du Rallye International du Valais se prépare à clore la saison des sports mécaniques suisses en beauté. Après avoir établi son parc d’assistance à Martigny l’an dernier, l’emblématique épreuve valaisanne sera entièrement basée dans la région sédunoise du 18 au 20 octobre, avec un programme des plus alléchants entre Anzère, Nendaz, Chalais, le Val des Dix et le Pays du St-Bernard. Parmi les 18 spéciales du rallye, la redoutable étape des Cols sera empruntée en sens inverse pour la première fois depuis 2011. Au programme jusqu’en 1993, puis abandonnée, la spéciale entre Chamoson et Ovronnaz fera en outre son grand retour.

Têtes de série
Pour se disputer la timballe, les ténors ne manqueront pas parmi les 93 équipages inscrits, dont 15 voitures de classe R5 et cinq R-GT. Vainqueur en 2017 sur Hyundai i20 R5, l’Italien Giandomenico Basso défendra son bien au volant d’une Škoda Fabia R5, la voiture à battre cette saison. C’est d’ailleurs sur une monture identique que participera le Hollandais Kevin Abbring aux côtés du Belge Pieter Tsjoen, favori pour la victoire après avoir disputé plus de 40 rallyes en championnat du monde, dont neuf avec l’équipe officielle Hyundai. En bagarre pour le championnat européen TER – qui compte le Rallye du Valais parmi ses manches de choix depuis 2016 –, Basso devra en outre compter sur l’opposition du Belge Joachim Wagemans, sur Peugeot 208 R5.

Débats nationaux
Le tableau des candidats à la victoire serait bien incomplet sans évoquer l’armada helvétique, qui n’entend pas se laisser faire. Au sommet du championnat suisse avec 124 points, Ivan Ballinari et Paolo Pianca (Škoda Fabia R5) comptent actuellement 20 unités d’avance sur Steeves et Isabelle Scheeberger (Ford Fiesta R5) et 31 sur Cédric Althaus et Jessica Bayard (Ford Fiesta R5), alors qu’il reste 42 points à distribuer. Tout reste donc possible pour ces derniers, sans oublier que la troisième position provisoire est occupée par les remarquables Jonathan Scheidegger/Luc Santonocito (95 points) sur leur Citroën DS3 R3T. Les débats seront encore plus pimentés par la présence de la famille Burri père et fils, avec les deux Škoda Fabia R5 d’Olivier et Michael. Lorsqu’on connaît les performances de l’un et de l’autre au Valais (huit victoires pour le premier et une troisième place en 2017 pour le second en tant que meilleur Suisse), toutes les conditions sont réunies pour qu’ils figurent en haut du panier.

©Ludovic Carnal

Jeunes et vieux
Au soir du samedi 20 octobre, les trophées Junior et Clio R3T Alps trouveront également leur dénouement après une saison 2018 mouvementée. Avec 40 points contre 37, Thomas Schmid et Quentin Marchand ne comptent qu’une maigre avance sur Jonathan Michellod et Stéphane Fellay en tête des Juniors sur leurs Peugeot 208 R2. Du côté du championnat mis sur pied par Renault Suisse, Olivier Courtois et Hubert Risser (736 points) devront faire face aux assauts d’Ismaël Vuistiner et Florine Kummer (582 points), vainqueurs l’an dernier sur leurs terres. En ouverture des voitures modernes, les équipages du trophée historique achèveront de faire le spectacle. Entre les BMW M3 de Julien Camandona et Eddy Bérard, la Ford Escort Mk1 de Florian Gonon, l’Opel Ascona 400 de Stéphane Poudrel et la Ford Sierra Cosworth et Hervé Taverney, les connaisseurs seront servis!

©Ludovic Carnal

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here