DALLARA STRADALE: RETENEZ BIEN SON NOM!

Dallara a levé le voile sur sa première voiture de tourisme, la Stradale.

Méconnu du grand public, Dallara est une véritable institution pour tout qui s’intéresse de près à la compétition automobile. Et pour cause, la société fondée en 1972 par le designer Gian Paolo Dallara à Varano de’ Melegari, près de Parme, en Italie, est réputée non seulement pour fournir en châssis la quasi intégralité des teams de Formule 3 depuis 1993, mais aussi pour avoir imaginé, développé, et produit les châssis de certaines monoplaces de Formule 1. Aujourd’hui, le constructeur continue de s’illustrer en brillant dans d’autres disciplines, comme en Formule E ou en IndyCar Series, catégories dans lesquelles il peut se targuer de remporter à coup sûr la première marche du podium, l’italien étant le fournisseur exclusif de ces deux championnats. Et ce n’est pas tout, à la liste déjà bien fournie des disciplines auxquelles il participe, il faut encore ajouter l’Indy Lights, le GP2 Series (fournisseur exclusif), le World Series by Renault (fournisseur exclusif), le GP3 Series, et enfin, la Super Formula. Rien que ça!

Le carbone sous la peinture

Cela dit, si elle brille de mille feux dans l’univers du sport automobile, la société spécialisée dans la conception de châssis en carbone est également connue pour épauler les plus grands constructeurs de voitures de tourisme à l’heure où ces derniers imaginent, conçoivent, et développent leurs créations. Il a par exemple participé à la mise au point du châssis de la KTM X-Bow, des Alfa Romeo 4C et 8C, ou encore des incroyables Bugatti Veyron et Chiron. Et ce palmarès ne serait que la partie visible de l’iceberg, puisque le constructeur avoue également faire de la consultance pour d’autres grands noms automobiles.

Barchetta ou coupé fermé

Visiblement, ce statut ne suffit pas à la firme d’Emilia-Romagna qui a profité du 81ème anniversaire de son fondateurs, Gian Paolo Dallara, pour dévoiler sa première voiture homologuée route, la Stradale. Siglée Dallara, elle sera ultra légère grâce à son châssis et sa carrosserie en carbone. Dotée en option d’un pare-brise aux montants en carbone (16 600 € HT), d’un toit de style Targa lui aussi en carbone (7700 € HT) et de portières amovibles toujours en carbone (7300 € HT), elle peut se transformer en deux temps trois mouvements en une barchetta minimaliste. De quoi ravir les adeptes de Track-days!

155 000 €

Dans un premier temps, au cours des cinq prochaines années, le constructeur qui a élu domicile au sein de la «Motor Valley» (véritable place to be automobile qui regroupe, entre Parme et San Marin, quelques-uns des blasons les plus prestigieux de la planète: Lamborghini, Pagani, Ferrari, et Maserati) n’a prévu de produire que 600 exemplaires de sa Stradale, toutes vendues au prix de base de 155 000 € (180 500 francs) hors taxes locales. Les ventes sont traitées directement par l’usine.

2.3 Ecoboost de 400 ch

Trop chère? Pas pour les 120 premiers acheteurs visiblement qui auraient déjà signé un bon de commande. Effectivement, selon le magazine anglais Autocar, le constructeur aurait déjà vendu sa première année de production. A ce propos, il faut savoir que les premières voitures seront déjà livrées dans le courant de cette semaine. Sous le capot, c’est un 2.3 Ecoboost de Ford Focus RS qui officie. Boosté à 400 ch, il permet à la Stradale de présenter un rapport poids/puissance de 2,14, cette dernière ne pesant que 855 kg. On doit grincer des dents du coté d’Hethel! Quant à la transmission, la seule offre proposée est une boîte manuelle à six rapports. Une boite robotisée à un seul embrayage devrait bientôt compléter l’offre. La direction, pour sa part, n’est pas assistée.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here