RENAULT ET SANEF MAIN DANS LA MAIN POUR LA VOITURE AUTONOME

Renault va travailler en collaboration avec la compagnie autoroutière SANEF pour développer sa voiture autonome.

Si la plupart des constructeurs automobiles semblent avoir fait le pari d’une voiture autonome «indépendante» (qui évolue seule, avec pour uniques informations celles transmises par une armada de capteurs et de lasers), Renault, lui, veut connecter sa voiture autonome aux infrastructures autoroutières. Le constructeur français a effectivement communiqué, via une vidéo, son intention de collaborer avec la société autoroutière SANEF à l’heure de développer ses véhicules autonomes. Pour le moment, la collaboration n’en est qu’à ses balbutiements: seuls des prototypes testent la technologie de communication V2X, un dispositif permettant à la voiture de communiquer, par wi-fi, avec les infrastructures autoroutières. L’objectif est double: passer les télépéages sans s’arrêter et traverser des chantiers autoroutiers sans encombre. Dans le premier cas, des bornes SANEF envoient des informations à l’automobile connectée afin de la prévenir d’une éventuelle zone de travaux. Si elle reçoit une information lui disant que tel est la cas, la Renault a pour ordre de non seulement adapter sa vitesse mais aussi de suivre le marquage provisoire. Pas une sinécure donc. D’autant plus qu’elle doit également tenir compte des autres véhicules! Dans le second, SANEF informe l’ordinateur de bord de la voiture sur la présence d’un péage, et ce un kilomètre avant ce dernier. De quoi laisser à la Renault le temps de ralentir et de la prévenir de la disparition prochaine de marquage au sol. Pour pallier à l’absence de ces derniers, la voiture crée d’elle-même des voies virtuelles capables de les mener dans les couloirs de télépéage.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here