DUCATI VICTIME DU DIESELGATE?

Des rumeurs font état de l’intention de VW de vendre la marque de motos italienne, afin de ramener des liquidités, mises à mal par le scandale des moteurs truqués.

Premier arrivé premier parti…

Le dernier joyau à rejoindre la riche couronne VW risque d’être le premier à la quitter.
Ducati, acquise en 2012 pour 860 millions d’euros, pourrait – d’après des sources citées par Reuters – être vendue afin de renflouer des caisses sévèrement affectées par le scandale des moteurs diesel truqués. Le conseil d’administration du groupe étudierait cette possibilité, en mesure de ramener environ 1,5 milliard d’euros. Le colosse germanique n’a pour l’heure pas émis de démenti.

25 millions de bénéfice en 2016

Cette somme hypothétique serait en relation avec les bons résultats financiers de la firme de Borgo Panigale. Selon le rapport annuel 2016 d’Audi (dans lequel figurent les chiffres de Ducati), la «Ferrari à deux roues» a produit 56 978 motos et en aurait livré 55 451 aux clients. De quoi engendrer un chiffre d’affaires de 593 millions d’euros de recettes (643 millions de francs) et des bénéfices à la hauteur de 25 millions d’euros (26 millions de francs). Pour le moment, aucun nom d’acheteur sérieux n’a été avancé.

Environ 23 milliards d’euros provisionnés

La manne résultant de la vente pourrait combler très partiellement les immenses pertes subies par le groupe allemand à cause du scandale du diesel. En 2015, année où a éclaté l’affaire, Volkswagen avait provisionné 16 milliards en vue des frais de justice, de réadaptation et de rachat des véhicules concernés; en 2016, le groupe mettra de côté  7 autres milliards d’euros. Rien qu’aux Etats-Unis, «le sujet du diesel» – l’euphémisme avec lequel VW nomme la manipulation des moteurs diesel – a déjà coûté 17,5 milliards de dollars (17,3 milliards de francs) à la galaxie dirigée par Matthias Müller. Cette somme, qui visait surtout à réparer le problème, dédommager les clients et à financer la recherche contre la pollution, ne comprenait pas encore l’amende pour le volet pénal de l’affaire. VW, reconnu en janvier coupable de «conspiration», «fraude» et «obstruction à la justice» (pour avoir détruit les documents liés à l’affaire), devra en outre s’acquitter d’une peine pécuniaire de 4,3 milliards de dollars. Le groupe aux douze marques – bientôt onze? –, qui avait plaidé coupable, a ainsi échappé à une amende pouvant s’échelonner entre 17 et 34 milliards de dollars.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here