20 ANS POUR LE KARTING VUITEBŒUF

Fruit d’un travail acharné, le Karting Vuitebœuf ouvrait ses portes le 27 mars 1997 grâce aux efforts conjugués d’un quatuor de passionnés. Vingt ans après, le succès est retentissant avec pas moins de 135 karts à disposition sur un tracé de 1,6 km, bien loin des 12 véhicules sur la piste de 300 mètres des débuts.

Une ouverture couronnée de succès

«Nous allions souvent rouler à Pontarlier avec le pilote de rallye Olivier Gillet, mon ex-femme Nicole et mon pote Christian Duc», se souvient Philippe Ossola, patron du karting depuis le départ de ses trois associés. «Pourquoi dès lors ne faisions-nous pas notre propre piste en Suisse romande?» Grâce à la caution morale et administrative du syndic de l’époque, M. Martinet, le circuit voit le jour quasiment sans aucune opposition. «Nous avons ouvert le soir à 18 heures, poursuit Philippe Ossola. C’était noir de monde. A 22 heures, il n’y avait plus un kart. Ils avaient tout démoli! Les gens se croyaient sur des autos tamponneuses…»

Visites de renom

Loin de se décourager, les gérants du Karting Vuitebœuf ont rapidement fait de leur circuit un lieu incontournable pour les mordus de sport automobile, y compris – et surtout – des pilotes professionnels. Michael Schumacher, Alain Prost et bien d’autres résidents célèbres dans la région sont régulièrement venus brûler la gomme chez Philippe Ossola, qui ne s’explique pas – modestie oblige? – la raison de cet engouement. «C’est vrai qu’il y a beaucoup de pistes de karting en Suisse aujourd’hui, mais la plupart des pilotes viennent chez nous. Pourquoi, je ne sais pas. L’ambiance est peut-être différente.»

Une clientèle de choix

Outre l’amusement, les prestigieux clients du karting y trouvent une occasion idéale pour parfaire leur condition physique. Après Casey Stoner, «qui venait s’entraîner deux fois par semaine avant chaque Grand Prix», ce sont Nicolas Prost et Mathias Beche, deux pilotes de l’écurie suisse Rebellion, qui passent se «faire la nuque» en attachant des poids sur leur casque pendant qu’ils pilotent. Le Karting Vuitebœuf sait aussi agir pour la bonne cause: Loïc Duval, champion du monde d’endurance et vainqueur des 24 Heures du Mans en 2013, ne manque aucun Mucokart, la traditionnelle journée organisée chaque printemps en faveur de la lutte contre la mucoviscidose (le 28 mai cette année).  Quant aux jeunes espoirs de demain, nombreux y ont fait leurs premières armes, à l’image de Mathéo Tuscher, David Droux et Lucas Légeret.

Montres de compétition

Dernier fruit d’une telle proximité avec la course automobile, les montres créées par Rebellion ont rejoint le Karting il y a un peu plus d’un mois pour y être officiellement représentées. «Je connais peu d’endroits avec un tel accueil, commente Philippe Dubois, CEO de Rebellion Timepieces. Cela fait plaisir d’avoir un tel soutien.» Et Philippe Ossola de renchérir: «Je suis fier de notre équipe suisse sur les circuits. Dans l’horlogerie, c’est pareil, ils ont un produit au top. Je voulais organiser ce partenariat depuis des années…»

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here