HYUNDAI SANTA FE : À TRAVERS L’ANTARCTIQUE

Patrick Bergel, l'arrière petit-fils du légendaire explorateur des pôles, Ernest Shackleton, a traversé l'Antarctique au volant d'un Hyundai Santa Fe 2.2 l diesel.

L’expédition Endurance

En 1914, l’expédition Endurance avait pour objectif de faire traverser l’Antarctique au bateau Endurance et son équipage. Bien qu’elle fut un échec, l’épopée est devenue célèbre à la suite de l’aventure qu’ont vécu les membres de l’expédition et leur chef, Ernest Shackleton, qui, malgré la perte de leur bateau, réussirent à survivre à l’extrême rigueur de l’Antarctique et à revenir à la civilisation par leurs propres moyens.

Santa Fe Artic truck

Pour commémorer le centenaire de cette héroïque expédition, Hyundai a transformé l’un de ses Santa Fe 2.2 l diesel en Artic truck — ou alors faut-il parler d’Antarctic truck? — avant de le faire traverser en décembre dernier l’Antarctique (de l’Union Camp à McMurdo et retour). C’est un exploit puisque selon le constructeur, le Santa Fe est le premier véhicule particulier de l’histoire à avoir traversé le continent.

Une voiture „tout proche de la série“…

Durant cette expédition de 30 jours, le Santa Fe a affronté près de 5 800 km de terrain glacé par des températures pouvant atteindre -28°C. Aussi, afin de lui éviter le même sort que l’Endurance, Hyundai avait fait passer son SUV entre les mains expertes de Gisli Jónsson, professionnel de la conduite en Antarctique: „Il s’agissait d’un Santa Fe tout proche de la série. Le moteur, le système de gestion, la transmission, le différentiel AV et l’arbre de transmission étaient de série. Ce que nous avons fait, c’était évidemment de monter d’immenses pneus basse-pression, particulièrement importants, car il s’agissait de rouler sur la neige et non de la traverser comme un chasse-neige. On roulait avec des pneumatiques gonflés à un dixième de la pression normale – une pression tellement basse qu’il était possible de rouler sur une main sans que cela la blesse! Le véhicule laissait derrière lui une trace tellement faible qu’à notre retour elle avait disparue.»

…mais tout de même modifiée

Hormis des roues hors-norme, la voiture était également dotée de suspensions spéciales et d’engrenages de moyeux de roues spécialement conçus pour obtenir des rotations plus lentes. Les dernières modifications majeures concernent la capacité du réservoir à essence et certaines pièces du moteur afin que ce dernier puisse carburer au „Jet A-1“, le seul carburant disponible sur le continent.

L’arrière petit-fils aux commandes

Et qui de mieux pour réaliser cette nouvelle expédition que l’arrière petit-fils d’Ernest Shackleton, Patrick Bergel. L’homme s’est montré enchanté par l’expérience: «Le parcours était incroyable et c’était un plaisir de conduire le véhicule. Parfois on n’avait plus l’impression de conduire, mais de faire de la voile sur la neige. Il s’agissait d’une expédition avec un challenge jamais réussi à ce jour, où il était question d’endurance et non de vitesse – notre vitesse moyenne n’était que de 27 km/h – et pour réussir, il s’agissait de voir comment nous et la voiture se comportaient. Je me garde de faire une comparaison directe entre ce que nous avons accompli récemment et ce que mon arrière grand-père avait jadis réussi. C’était pourtant quelque chose de grand d’avoir été les premiers à faire cela à bord d’un véhicule à roues.»

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here