CURIEUX TRAIT D’UNION

Voilà, c’est – enfin – fini. Les 85 kilomètres de l’autoroute A16, ou Transjurane, qui relie Bienne à Boncourt sont ouverts à la circulation depuis lundi. Si le chantier en lui-même a duré une trentaine d’années, le projet global, lui, aura duré beaucoup plus longtemps. Il est d’ailleurs intimement lié à la fameuse question jurassienne et l’ensemble des débats qui ont précédé et succédé à la création du canton du Jura.
La Transjurane est un symbole fort qui relie le canton du Jura à celui de Berne, deux cantons longtemps meilleurs ennemis. Seulement voilà: cette réalisation titanesque, qui aura coûté près de 6,5 milliards de francs, a jusqu’au bout buté sur les querelles ancestrales entre Berne et Delémont. L’inauguration de lundi, historique, fait écho à l’autre inauguration, qualifiée elle aussi d’historique, et qui a eu lieu en décembre dernier. Car, fait unique dans l’histoire du génie civil, la même autoroute aura été inaugurée deux fois, la première du côté jurassien, la seconde du côté bernois. La sémillante
Doris s’est donc déplacée deux fois, a fait deux discours et coupé deux rubans pour la même route… Chacune des deux parties impliquées n’a pas voulu soit attendre sur la plus lente – les vieux clichés ont la vie dure! – ou, pour l’autre, accélérer son agenda afin qu’une date commune d’inauguration soit trouvée. Pire, à chacune des cérémonies, seules les autorités cantonales et communales du canton concerné étaient présentes. C’est à se demander s’il y a un poste frontière à Roches et s’il faut se munir d’un visa pour passer d’un canton à l’autre.
D’ailleurs, le clivage ne repose pas seulement sur les faits historiques entre les deux cantons, mais aussi sur la perception de l’ouvrage, selon que l’on habite du côté nord ou sud de la Roche Saint-Jean. Véritable nouvelle voie de communication pour les Jurassiens, la Transjurane permettra de désenclaver toute une région pour qui il sera désormais possible de jouer ses atouts sur l’échiquier national voire international. A l’inverse, côté bernois, les 37 kilomètres de l’ouvrage sur son territoire sont tout au plus considérés comme un outil de délestage du trafic dans les villages et un moyen de rejoindre plus vite la ville de Bienne et le plateau.
Rares sont les voies de communication de cette importance qui ne parviennent pas à fédérer deux entités habituellement – ou jusqu’ici – dos à dos.


SOMMAIRE RA N°14/2017 (06/04/2017)

À la une
Musée des transports
Actu
Ventes suisses Mars 2017
Dans les cantons
Jura La Transjurane achevée
Technique
VW 4Motion
Essais et premières
Kia Niro Hybrid
Opel Insignia
Smart Forfour E-Drive
Sport
Endurance Le WEC et l’ELMS à pied d’œuvre pour 2017
CS Rallyes Le CritériumJurassien fête ses 40 ans
TCR et formule E Courses en demi-teinte pour Stefano
Comini et Sébastien Buemi



Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here