CITROËN E-BERLINGO : ZEN EN FAMILLE

Dans le E-Berlingo, Citroën a déposé le moteur thermique et l'a remplacé par un bloc électrique.

Trois électriques Citroën

Désormais, les clients Citroën auront le choix entre trois motorisations à l’heure d’opter pour telle ou telle version du Berlingo. Effectivement, en plus des 3-cylindres PureTech et Diesel BlueHDi, Citroën étoffe son offre en greffant à l’utilitaire un moteur électrique. Le E-Berlingo vient donc compléter l’offre des voitures électriques Citroën qui comptabilisait déjà la C-Zero et de l’E-Mehari.

Seulement 170 km en théorie

Équipé d’un moteur électrique de type synchrone à aimants permanents de 49 kW (67ch), le Berlingo emmagasine son énergie dans deux Packs de batteries Lithium-Ion (situés dans le soubassement, de part et d’autre du train arrière) qui affichent une capacité de 22,5 kWh. C’est peu. Cela ne lui permet d’ailleurs pas de couvrir une distance supérieure à 170 km… en théorie, puisqu’en réalité, le Berlingo risque bien de ne pas dépasser les 100 km. Pour mémoire, le Renault Kangoo ZE peut se targuer d’une autonomie supérieure de 100 km puisque homologué à 270 km au cycle NEDC. Reste que le Citroën E-Berlingo conserve la même habitabilité à bord: volume de coffre de 675 avec 5 personnes à bord et 3000 litres lorsque les deux rangées sont abaissées.

Différents modes de recharge

Différents modes de recharge sont au programme. Une charge standard sur prise domestique classique (de 8 à 10 Ampères suivant les pays) ou sécurisée Green Up (à 14 A) permet une recharge complète (batterie vide) en 8h30, 12h ou 15h en fonction de l’ampérage. En option, le E-Berlingo Multispace propose un mode rapide qui permet de retrouver une autonomie de 50% en 15 min et de 80% en 30 min. La trappe de charge normale est située sur l’aile avant droite du véhicule, tandis que la prise de charge rapide prend la place de la trappe à carburant, sur l’aile arrière gauche. Assemblé sur le site de production de Vigo, le E-Berlingo sera commercialisé à partir du mois de mai.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here