RUF CTR 2017 : LA „YELLOW BIRD“ DU 21E SIÈCLE

Au Salon, Ruf a fait revivre la mythique CTR de 1987. Le résultat? Un bolide de 710 ch et de 1200 kg.

Héritière de la mythique „Yellow Bird“

Au Salon, il y a le stand Porsche, sur lequel on peut admirer la dernière GT3. Et puis, un peu plus loin, il y le stand Ruf, sur lequel trônent fièrement des Porsche transformées avec très bon gout. Parmi elles, une voiture mythique: la „Yellow Bird“, la CTR de 1987. Mythique car la voiture est réputée pour avoir été la première à atteindre 342 km/h. Et cet oldtimer côtoie un véhicule qui lui rend hommage: la CTR 2017, un monstre de 30 ans de moins mais qui a pourtant beaucoup en commun avec le modèle original. Explications.

710 ch

Sous le capot arrière, Ruf a installé un moteur maison, en l’occurrence un flat 6 3.6-litre twin-turbo qui s’inspire de la conception du moteur de la Yellow Bird. Cela dit, là où la voiture d’origine développait 469 ch (énorme pour l’époque puisque, la 911 Turbo de l’époque, la 930, ne développe „que“ 300 ch), la CTR 2017, elle, en lâche 710. Monstrueux! A l’image du couple: 880 Nm dès 2750 tr/mn.

Manomètres verts

Esthétiquement, à l’extérieur, la CTR reprend les lignes du modèle de 1987. A l’intérieur, Ruf décrit le design de son habitacle comme un équilibre entre le design moderne et rétro. Ainsi, si les sièges sont en alcantara, cuir et fibre de carbone, tandis que les compteurs, eux, sont analogiques et se parent de caractères verts. Ça vous rappelle quelque chose?

1200 kg

Assemblé en carbone, le châssis monocoque fait tout de même appel à de l’acier léger afin de maximiser la sécurité des occupants. Au total, l’utilisation de matériaux modernes permet à la CTR 2017 d’afficher un poids à sec extrêmement léger: 1200 kg. Aussi, avec un rapport poids puissance de 1,69, la voiture ne met pas longtemps à atteindre 100 km/h (3,5 s), ni même 200 km/h (sous les 9 s). Cerise sur le gâteau, seule la boite manuelle à six vitesses sera proposée. C’est dire si cette Yellow Bird du 21e siècle s’adresse aux puristes.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here