BRABUS G550 ADVENTURE 4×4² : SAFARI POUR MILLIARDAIRES

Brabus, le préparateur plus ou moins officiel de Mercedes, est repassé sur l'un des monstres de Stuttgart: le 4x4².

Baroudeur radical

Réputé pour la bestialité de ses créations, Brabus a présenté à Genève quelques-unes de ses dernières œuvres. Parmi elles, une citadine survitaminée, la Smart 130 Ultimate, mais aussi un monstre taillé pour l’aventure, le G550 Adventure 4×4². Tout terrain de tous les superlatifs, assemblé sur le déjà-monstrueux G500 4×4² (au carré ou exposant 2), ce dernier installe sous son capot un V8 de 550 ch (contre 422 ch pour le Mercedes) capable de le propulser de 0 à 100 km/h en 6,7 S. Électroniquement limité à 210 km/h, il se démarque surtout de la version standard par sa plastique de baroudeur radical.

Offroad à son paroxysme

A l’avant, le pare-chocs supporte un pare-buffle ainsi qu’un treuil. A l’instar des clignotants, les phares xénon Brabus sont recouverts d’un treillis métalliques. Pour empêcher les branches de venir taper sur le pare-brise, Brabus a également tendu deux câbles des extrémités du capot jusqu’au dessus des montants A. A cet endroit, le préparateur a également installé un module en carbone censé transformer la nuit en jour lorsque le conducteur actionne les feux de route. A l’arrière, les deux coins du pavillon de toit sont équipés de projecteurs LED dont la puissance et la direction d’éclairage sont télécommandés. Un gadget? Sans aucun doute, mais ça n’en reste pas moins sympa!

Brabus Touch Control

Facilement accessible grâce à ses marchepieds rétractables, l’habitacle n’est pas en reste. Il se pare de cuir et d’alcantara et accueille surtout la commande de la suspension spéciale Brabus. Réglable électroniquement via un pavé tactile de commande Brabus Touch Control situé sous le coude du conducteur, il permet d’ajuster individuellement la hauteur de l’essieu avant et arrière. Une technologie qui aura tôt fait de transformer ce palace dubaïote en véritable franchisseur taillé pour les safaris africains.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here