ALPINE A110 : RESURRECTION D’ALPINE, ACTE I

Présentée l'année passée à Monaco sous les traits d'un concept, teasée pendant des mois, dévoilée mardi au Salon, la nouvelle Alpine A110 livre aujourd'hui tous ses secrets sur notre site.

Fidèle à la philosophie de la marque

Comme l’a expliqué Michael van der Sande, directeur général d’Alpine, l’A110 Première Edition se veut fidèle à la philosophie du fondateur de la marque Jean Rédélé, qui repose sur trois piliers: compacité, légèreté et agilité. La chasse aux kilos a été le maître mot des équipes d’ingénieurs et de stylistes. Le châssis et la caisse, rivetés, collés et soudés pour assurer à la structure à la fois rigidité et légèreté, sont constitués d’aluminium, à l’instar du moteur, des suspensions à double triangulation, des étriers de frein et des bols de disque. A l’intérieur, Alpine a fait appel à Sabelt pour des sièges monocoques d’à peine 13 kilos. Ce régime minceur débouche sur un résultat flatteur: l’A110 affiche à peine 1103 kilos en ordre de marche.

En position centrale arrière

Le coupé sportif de Dieppe embarque un nouveau 1,8-l turbo à injection directe de 252 ch pour un couple maxi de 320 Nm. Développé par l’Alliance Renault-Nissan et adapté par les motoristes d’Alpine au niveau de l’admission d’air, du turbocompresseur, de la cartographie et de l’échappement, le quatre-cylindres transversal logé en position centrale arrière se joue du 0 à 100 km/h en 4,5 secondes, selon le constructeur. La vitesse de pointe, bridée électroniquement, est annoncée à 250 km/h. Ces prestations semblent crédibles dans la mesure où le rapport poids/puissance est de 4,3 kg/ch.

Fond plat

Autre particularité qui explique les prestations de l’A110, le véhicule dispose d’un fond plat intégral et d’un diffuseur doté d’ailettes qui lui offrent appui et stabilité, soutient Alpine. «Grâce à cette architecture, nous avons pu nous passer d’un béquet ou d’un spoiler, qui auraient d’ailleurs cassé la silhouette», souligne Michael van der Sande. Leurs concepteurs l’ont voulu ainsi, l’A110 se caractérise par une silhouette très compacte. Petit gabarit, elle mesure 4 m 17 de long, 1 m 79 de large pour une hauteur de 1 m 25. La répartition des masses est de 44% à l’avant et de 56% à l’arrière.

Une boîte DCT Getrag

Pour la boîte de vitesses, le choix d’Alpine s’est porté sur une DCT Getrag double embrayage à sept rapports avec palettes au volant. Paramétrables par le biais de touches placées sur le tunnel central, trois modes de conduite sont disponibles, Normal, Sport et Track. C’est une surprise pour une propulsion qui se réclame de la tradition et de la sportivité, la boîte mécanique ne fait pas partie de l’offre. «Le pourcentage des ventes pour ce type de transmission est bas. Les études le prouvent, l’immense majorité des clients optent pour des DCT. Mais il n’est pas exclu que nous proposions à l’avenir une boîte manuelle», confie le directeur général d’Alpine.

Usage quotidien

Le Néerlandais l’a martelé, l’A110 n’est pas une voiture radicale orientée circuit. Elle a certes une vocation sportive, mais elle demeure taillée pour un usage quotidien et se fixe pour objectif suprême le plaisir de conduite: «Nous avons conçu un véhicule pointu, agile, fait pour s’amuser qui n’exclut pas le confort.» Si elle innove en matière d’architecture et de motorisation, l’A110 version 2017, proposée en trois coloris (bleu Alpine, blanc solaire, noir profond), reste très proche de sa devancière sur le plan du design. On retrouve la pureté des lignes, l’élégance sobre du modèle d’origine. La signature lumineuse des quatre optiques avant full LED, la nervure centrale du capot-moteur et le dessin de la lunette arrière puisent dans l’héritage de la marque. Les rares concessions à la modernité s’incarnent dans les flancs sculptés et les optiques arrière en forme de X renversé.

Intérieur dépouillé

A l’intérieur, l’A110 donne dans un luxe dépouillé qui mêle aluminium, carbone et cuir. La casquette du bloc d’instrumentation à affichage digital en fibre de carbone, le tunnel central flottant en forme d’arche, les sièges Sabalt en cuir pleine fleur matelassé, les garnitures de porte revêtues de la même matière sont un régal pour les yeux. Pour les avoir testés à Genève, les baquets offrent un confort royal.

Six concessions en Suisse

Alpine prévoit d’ouvrir soixante concessions en Europe, dont six en Suisse. «Toutes les régions linguistiques du pays seront représentées», précise Michael van der Sande. Ces points de vente spécifiquement Alpine bénéficieront des infrastructures et de la logistique du groupe Renault.

Prix

Le prix de l’Alpine A110 Première Edition, limitée à 1955 véhicules en référence à l’année de fondation de la marque, est fixé à 64 000 francs toutes options (peinture métallisée, jantes Otto Fuchs en aluminium forgé avec finition exclusive noir mat notamment). La plupart des exemplaires de ce modèle de lancement, dont cent unités étaient réservées à la Suisse, ont trouvé preneur via l’application lancée par le constructeur français. La fabrication en série du coupé biplace démarrera en 2018 à Dieppe (Normandie), berceau historique d’Alpine. Trois niveaux de finition sont prévus, avec une version à moins de 64 000 francs. Certaines rumeurs évoquent un modèle équipé d’un moteur de 300 ch.

Notre journaliste, Eugenio D’Alessio en train d’interviewer David Twohig, l’ingénieur en chef d’Alpine.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here