LA RAISON A SES RAISONS QUE LE CŒUR NE CONNAÎT POINT

Pardonnez-moi de m’être approprié cette fameuse maxime tirée des Pensées de Pascal et de l’avoir estropiée. Alors que la rédaction apportait la dernière touche à la thématique italienne de cette édition, nous apprenions par voie d’agence que l’assemblée générale des actionnaires de Exor, la société holding de la famille Agnelli au travers de laquelle celle que l’on appelle la seconde famille royale d’Italie détient ses participations majoritaires dans FCA, Ferrari, CNH Industrial, le club de football de la Juventus de Turin et bien d’autres entités, a entériné la décision de déplacer son siège social à Amsterdam (Pays-Bas). Tollé dans la Botte! L’Italie et Turin disent adieu à des institutions, à des symboles de l’économie et de l’histoire du pays. Certes, les usines de Ferrari, Alfa Romeo et Fiat (pour les modèles fabriqués dans la Péninsule) ne vont pas s’expatrier, et la Stampa ne sera pas imprimée sur des rotatives à Amsterdam. Mais la valeur ajoutée et les produits réalisés par l’effort des ouvriers italiens seront désormais taxés par… l’Etat hollandais. Je vous l’accorde, ce n’est pas demain non plus que la mozzarella sera remplacée par du gouda sur les pizzas, même si les matches de foot qui opposeront la Juventus de Turin à l’Ajax d’Amsterdam auront tout de même un arrière-goût de derby batave à la manière des rencontres qui opposent Arsenal à Chelsea. Et tout ça pour quoi? Officiellement «pour améliorer les synergies entre nos entreprises déjà domiciliées aux Pays-Bas et avoir un meilleur accès aux marchés financiers». Oui Monsieur, compris Monsieur, terminé. Et les synergies avec le fisc aussi? Tiens, Amsterdam est devenue la première place financière d’Europe? Ma pensée est très libérale sur ces sujets, l’optimisation des charges, à quelque part, ne me choque pas plus que ça. Je serais aussi le premier à en profiter. Mais, lorsqu’en janvier 2014, John Elkann et Sergio Marchionne scandaient d’une même voix «Nous ne quitterons jamais l’Italie», la pilule du week-end a tout de même du mal à passer. Plus encore lorsqu’une rapide recherche sur Internet nous révèle que Fiat a bénéficié de près de 8 milliards d’euros de subventions de l’Etat italien ces 40 dernières années. Finalement, que ce soit à notre petit niveau ou celui des plus puissants, l’ingratitude est la seule porte de sortie pour ceux que la reconnaissance des efforts fournis embarrasse…

par Jérôme Marchon, rédacteur en chef


SOMMAIRE RA N°36/2016 (08/09/2016)

À LA UNE
L’Italie, l’art de vivre automobile
ACTU
Ventes Légère baisse en août
DANS LES CANTONS
Vaud Le covoiturage concurrence les transports publics
INTERVIEW
Lorenzo Landini
John Gretener
ESSAIS ET PREMIÈRES
Alfa Romeo 4C
Skoda Kodiaq
Ford Fiesta ST200
MAGAZINE
100e Targa Florio
SPORT
WEC Fässler 2e à Mexico
Formule 1 Rosberg s’impose à Monza
CS Rallyes Carron titré

14285186_855108261290734_380152567_o


Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here