PORSCHE RESTAURE L’UN DE SES TRACTEURS AVEC DES ÉTUDIANTS

Sans doute plus habitué à restaurer des bolides, le musée Porsche vient pourtant de communiquer son envie de retaper un monstre d'un tout autre genre: un tracteur. Et pour ce faire, la firme allemande a fait appel à des étudiants pour l'épauler dans son travail.

Peu onéreux, fiables et robustes

Si les fondations de la glorieuse histoire de Porsche reposent principalement sur la production de la 356 ou de la Cox, le constructeur doit également son excellente réputation à la production de tracteurs peu onéreux, fiables et robustes. Explications.

afa5aa86-5382-493e-b837-f516eda3b44c_teaser_original_720x1_5Motoriser l’agriculture allemande

A la fin des années 30, Ferdinand Porsche, alors qu’il s’apprête à entamer la production de la Type 1 (la Coccinelle), décline son idée de voiture du peuple au secteur agricole. L’objectif? Motoriser l’agriculture allemande et ce, à moindres coûts. Un impératif qui se retrouve d’ailleurs dans le cahier des charges établi par Porsche en 1937: «Le tracteur devra avoir un prix bas. Deuxièmement, il devra avoir un faible coût de maintenance. Troisièmement, il devra avoir une utilisation universelle. Ainsi qu’être puissant, fiable et robuste.»

Sympathique initiative

Porsche vient justement de communiquer sa volonté de restaurer l’un de ces tracteurs. Pour le coup, le constructeur de Zuffenhausen a indiqué qu’il souhaitait être épaulé par les étudiants d’un établissement à destination des personnes handicapées (la Gemeinnützige Werkstätten und Wohnstätten GmbH). Après avoir nettoyé l’engin en profondeur et avoir remplacé les pièces défectueuses, les jeunes gens procéderont à une vidange complète. Pour les étudiants, c’est une excellente opportunité pour en apprendre davantage sur la mécanique ou sur le travail en équipe. Et puis, une fois le travail terminé, tous recevront un certificat qui représente également une qualification pré-professionnelle.

cb94e0ab-5a34-41d3-b498-9707614b2669_teaser_original_720

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here