RENAULT SE LANCE SUR LE MARCHÉ DU PICK-UP AVEC L’ALASKAN

Alors qu'elle présentait il y a un an le Duster Oroch, la marque au losange continue à étancher sa soif d'aventure en dévoilant le nouvel Alaskan, un pick-up qui reprend la quasi-intégralité de la plateforme technique du Nissan Navara NP300. Étant donnée la robustesse de ce dernier, c'est une bonne nouvelle. Le véhicule sera dévoilé à Medellin, en Colombie. Logique, il conquerra en priorité le marché latino-américain avant de s’attaquer au marché européen.

Un design imposant

Inspiré du mot inuit « Alaska», le nom Alaskan évoque les grandes étendues sauvages nord-américaines. Son design statutaire est en corrélation avec sa dénomination et répond aux codes esthétiques traditionnels du segment, tout en exprimant l’identité de la marque au losange. A l’avant, le pick-up reprend la signature visuelle des nouveaux véhicules du groupe français avec une calandre partiellement chromée qui relie des blocs optiques à signature lumineuse full-LED en forme de C.

Intérieur léché

A l’intérieur, l’habitacle de l’Alaskan se veut spacieux et confortable. Il propose par exemple des sièges avant chauffants et réglables électriquement, ou encore une climatisation bi-zone. De plus, des espaces de rangement sont disséminés un peu partout dans l’habitacle.

Un châssis de poids

Le châssis, s’il est important qu’il soit d’une bonne conception sur une voiture de tourisme doit l’être encore davantage dans le cas d’un véhicule utilitaire. Renault n’a d’ailleurs pas négligé ce point en reprenant le châssis du Navara qui autorise une charge utile de plus d’une tonne. Et ce n’est pas tout, il permet également une capacité de remorquage de 3,5 tonnes.

Pas de ressorts à lames

L’Alaskan se veut résolument moderne. Aussi, sur la version double cabine, le châssis délaisse les ressorts à lames pour une suspension arrière à cinq bras. Le dispositif autoriserait, selon Renault, un meilleur comportement routier sans faire de compromis sur les capacités tout-terrain ou sur la robustesse du véhicule.

Une benne solide

Hydrofuge, résistante aux UV et antidérapante, la benne a également été conçue pour résister à un usage intensif. Elle est dotée d’un système d’attaches avec des rails intégrés aux ridelles et quatre crochets nécessaires à fixer tous types de chargement en toute sécurité.

Mécaniques diversifiées

Si l’Alaskan sera aussi proposé avec un 2,5 litres essence de 160 chevaux et un 2,5 litres diesel de 160 ou 190 chevaux, c’est théoriquement le 4-cylindres twin-turbo 2.3 dCi qui devrait s’imposer chez nous. Un moteur que l’on retrouve déjà sur le Renault Master et qui sera proposé avec une boîte de vitesses manuelles à six rapports ou une boîte automatique à sept rapports, ainsi que des transmissions à deux ou quatre roues motrices.

3 modes de conduite

Avec ses 3 modes de conduite, le nouveau pick-up Renault promet d’allier faible consommation sur les longues distances et excellentes capacité de franchissement. Explications. Le 2WD, le mode propulsion, est réservé à la conduite de tous les jours. Il permettra à l’Alaskan d’économiser du carburant. Le 4H (déclenchable à moins de 60 km/h) sera utilisé en cas d’adhérence précaire (routes humides, cailloux, …) et jusqu’à une vitesse maximale de 100 km/h. Le 4LO enfin (activable à l’arrêt) ne sera utilisé qu’en cas de franchissement ou de perte totale de traction (sable, neige, boue,…).

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here