LA ROUTE DES NATIONS DEVRAIT BIENTÔT DÉMARRER

Le projet, approuvé en 2005 par le Conseil d’Etat, permettra une meilleure desserte des organisations internationales.

Depuis 2003, la route des Nations est un important projet. Adopté en mars 2005 par le Conseil d’Etat genevois, il a fait l’objet de multiples mises à l’enquête et l’on attend impatiemment le début des travaux. Ce que l’on sait cependant, c’est que ces derniers dureront quatre ans et demi environ.

Il s’agit en fait d’un chantier particulier qui doit être conduit conjointement à celui du nouvel échangeur autoroutier du Grand-Saconnex sur lequel la nouvelle artère débouchera. La route des Nations reliera en tunnel le quartier des institutions internationales à l’autoroute A1. Elle bénéficiera d’un passage dénivelé pour que le trafic vers Ferney-Voltaire (F) évite les bretelles autoroutières. Il faut préciser que si la construction des deux projets est liée, l’un est de compétence cantonale (route des Nations), l’autre du ressort de la Confédération (échangeur).

PhotoNo, 1Le nouvel échangeur permettra, d’une part, une sortie plus directe en direction de Genève sans que la localité du Grand-Saconnex subisse les inconvénients du trafic routier et, d’autre part, une sortie vers la France et le Pays de Gex, région dont l’urbanisation s’est beaucoup développée ces dernières années, en tenant compte de la résidence de nombreux fonctionnaires internationaux qui bénéficieront de la nouvelle route des Nations pour se rendre à leur travail.

La nouvelle artère permettra avant tout de décharger la route de Ferney, qui accueillera la prolongation du tram 15 vers le Grand-Saconnex, dont les travaux commenceront dès l’ouverture de la route des Nations. Par la suite, il est prévu de prolonger la ligne de tram jusqu’à Ferney-Voltaire. Il s’agira d’une route à deux voies, une dans chaque sens, en majeure partie souterraine qui passera 25 mètres en dessous de l’agglomération du Grand-Saconnex. La vitesse des véhicules y sera limitée à 60 km/h. Son financement de 171 millions de francs a été voté en 2011 déjà.

Dans le cadre de ce projet, la sécurité de la mobilité douce et des piétons a été prise en compte. Le tracé de la route empruntera une partie des territoires des communes du Grand-Saconnex, de Pregny-Chambésy, de Bellevue et de la Ville de Genève. La route des Nations permettra une meilleure desserte des institutions internationales, une importante baisse de trafic sur les communes du Grand-Saconnex et de Pregny-Chambésy, un réaménagement des accès à l’OMS (Organisation mondiale de la santé), une meilleure organisation du réseau routier et un développement des parcelles voisines. Les principaux aménagements prévus sont le percement du tunnel, la réalisation de tranchées couvertes de part et d’autre de l’ouvrage, la restructuration des carrefours d’accès, ainsi que de nombreuses mesures d’accompagnement (avenue Appia, route de Colovrex, chemin du Bois-Brûlé et avenue de la Paix). En automne 2015, on estimait que le chantier avait pris deux ans de retard. Les démarches administratives sont lentes, on le sait. Néanmoins, on peut espérer que la situation se clarifie rapidement, car la réalisation de la jonction autoroutière ne pourra se concrétiser qu’après le lancement des travaux de la route des Nations. Quant au prolongement du tram par la route de Ferney, comme le précise une disposition légale inscrite dans la loi sur le réseau des transports publics, il ne se fera qu’après la mise en service de la route des Nations. Pendant ce temps, plusieurs organisations et ONG se développent et attendent du personnel supplémentaire, ce qui nécessite rapidement des aménagements tant sur le plan routier que sur celui des transports publics… Affaire à suivre!

Photo by Christof Sonderegger

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here