REVANCHE SUR LES ÉLÉMENTS

Après sa victoire de Bure, Philip Egli a remis le couvert au slalom de Romont face à Marcel Maurer et Martin Bürki, excellent troisième au classement général.

C’est désormais une habitude, la pluie aime les places d’armes de Suisse romande, a fortiori lorsqu’un slalom y est organisé. L’édition 2016 du slalom de Romont n’a pas dérogé à la règle, ce qui n’a pas empêché une lutte de toute beauté entre les protagonistes du championnat malgré l’organisation de la course de côte de Hemberg le même week-end.
Si certaines «têtes de série» ont préféré la montagne, comme Danny Krieg, la plupart des ténors avaient fait le déplacement à Drognens pour défendre leur honneur au milieu des cônes. A commencer par Philip Egli et Marcel Maurer, qui se livrent un duel effréné depuis le début de la saison sous toutes les conditions météorologiques possibles. Une fois de plus, les essais de la matinée se sont déroulés par temps froid mais sec, alors que les manches courses ont été arrosées par des cieux facétieux, les formules ayant dû s’élancer par deux fois sur le mouillé.

DSC_6030Même choix pour tous

Par prudence, les trois pilotes du groupe E2-SS (Philip Egli, Marcel Maurer et Augustin Sanjuan) avaient fait le choix des pneus pluie, même si ce n’était pas la meilleure idée aux dires de Philip Egli. «La moitié de la piste était tout juste humide. Les slicks auraient été la meilleure option. J’ai détruit mon train de pneus pluie car ils chauffaient beaucoup trop…»
A conditions égales, le Zurichois prenait pourtant le meilleur sur Marcel Maurer dans des conditions qui avaient souri à ce dernier à Bière et à Saanen, avec un chrono de 2’04’’853 contre 2’06’’151. La deuxième manche course allait se répéter: après une accalmie suivie d’un vent venu assécher la trajectoire, l’asphalte de la place d’armes fribourgeoise a été copieusement arrosée une seconde fois. La messe était dite, et Philip Egli pouvait savourer une nouvelle victoire après celle de Bure. «J’aurais peut-être pu faire mieux en première manche si je n’avais pas dû la recommencer à la suite d’une interruption, confiait le pilote de la Dallara F394 Opel. C’était un poker avec les pneus, mais tout le monde a fait le même choix, donc tout va bien.»

DSC_5680Le triomphe de «MB»

Régulièrement gêné par des soucis mécaniques sur sa VW Polo verte et jaune, Martin Bürki est arrivé sur la place d’armes de Romont avec une monture en aussi bonne forme que lui. Après un quatrième chrono impérial lors des essais (2’04’’914), le garagiste thounois a dû faire face à la pluie de l’après-midi avec des pneus slicks, d’où un chrono en net retrait (2’24’’253). Il ne se laissait pas démonter et profitait d’un sol un peu plus sec pour son deuxième passage, juste avant une sortie de route de Heinz Gfeller (Ford Fiesta) qui interrompait la course pendant une quinzaine de minutes alors que la pluie faisait son retour sur le tracé. «Je suis quelqu’un de positif, souriait Martin Bürki. Je n’ai pas de pneus pluie parce qu’avec moi, il y a toujours du soleil!»

DSC_6502«MB» n’était pas le seul pilote des voitures fermées à réaliser un bel exploit. Quatrième au classement général sur sa fidèle VW Golf I (InterSwiss 1600 cm3) avec un chrono de 2’10’’902, Sylvain Chariatte était content: «La voiture était au poil, mais cette fois, j’ai vraiment pris des risques.» En embuscade, Michaël Béring terminait 5e au scratch à 0’’153 sur sa Honda Civic (InterSwiss 2000 cm3) devant Augustin Sanjuan (Dallara F3 – E2-SS), Daniel Aschlimann (Opel Kadett – InterSwiss 2500 cm3), Jean-François Chariatte (TracKing RC01 – E2-SC) et Pierre Murisier, très bon 9e et 2e de classe derrière Martin Bürki (Peugeot 106 – E1 1600 cm3).

DSC_5562Wittwer dans la douleur

Pénalisé par une piste détrempée, Daniel Wittwer a profité de l’absence de Danny Krieg pour s’emparer du classement E1 2000 cm3 sur sa VW Golf I «DWT», même s’il a payé le prix fort pour s’imposer: sorti lors des essais, le pilote de Forst a redressé la tôle tant bien que mal pour maintenir sa première place devant un menaçant Mike Günthart en première manche course (Renault 5 Turbo) et Patrick Flammer (Suzuki Swift). Malgré de bonnes performances lors des essais sur sa BMW M3, Jürg Beiner a dû s’incliner en E1 3500 cm3 derrière Christian Sonnenschein, qui a su faire parler les quatre roues motrices de sa Lancia Delta HF Integrale, tandis qu’Aristide Rebord a remporté la classe des «grosses cylindrées» E1 sur sa BMW M3 GT4.


Résultats


46e slalom de Romont, championnat suisse des slaloms; parcours 2,91 km, 40 portes.


SuperSérie:

1601-2000 cm3: 1. Kuhn Oski, 2’30’’746. +3500 cm3: 1. Eisenbart Peter, 2’21’’703.


N/ISN:

0-1600 cm3: 1. Schopfer Julien, 2’23’’524; 2. Thöni Hanspeter, 2’24’’120; 3. Schmidt Henri, 2’27’’032; etc.

3000-3500 cm3: 1. Werren Res, 2’21’’647; 2. Werren Rino, 2’21’’915. A/ISA: 0-1600 cm3: 1. Thievent Denis, 2’19’’359; 2. Bracelli Yves, 2’21’’670; 3. Gailland Steve, 2’26’’460; etc.


Historic:

1601-2000 cm3: 1. Baeriswyl Heribert, 2’19’’528. 2001-3000 cm3: 1. Camandona Julien, 2’18’’359; 2. Lovey Gratien, 2’20’’389.

+3000 cm3: 1. Bührer Nicolas, 2’16’’337. InterSwiss: 0-1600 cm3: 1. Chariatte Sylvain, 2’10’’902; 2. Oberhofer Rudi, 2’12’’753; 3. Oulevay Roger, 2’21’’944; etc.

1601-2000 cm3: 1. Béring Michaël, 2’11’’057; 2. Donzé Arnaud, 2’15’’138; 3. Ruesch Thomas, 2’15’’368; etc.

2001-3000 cm3: 1. Aeschlimann Daniel, 2’11’’306; 2. Zbinden Michael, 2’13’’731; 3. Knaus Christian, 2’18’’258.

3001-3500 cm3: 1. Comby David, 2’32’’783. +3500 cm3: 1. Büetiger Paul, 2’14’’678; 2. Comby Alexandre, 2’17’’357.


E1:

0-1400 cm3: 1. Buchser Marc, 2’12’’254; 2. Rohr Christoph, 2’16’’252; Musch Daniel, 2’36’’222; etc.

1401-1600 cm3: 1. Bürki Martin, 2’06’’462; 2. Murisier Pierre, 2’11’’625; 3. Savoy Roger, 2’16’’599; etc.

1601-2000 cm3: 1. Wittwer Daniel, 2’17’’558; 2. Günthart Mike, 2’18’’403; 3. Flammer Patrick, 2’19’’088; etc.

2001-3000 cm3: 1. Beyeler Etienne, 2’27’’262; 2. Cattin Nicolas, 2’32’’326; 3. Kempf Edy, 2’40’’197; etc.

3001-3500 cm3: 1. Sonnenschein Christian, 2’21’’698; 2. Beiner Jürg, 2’21’’853; 3. Mattioni Sébastien, 2’22’’241; etc.

+3500 cm3: 1. Rebord Aristide, 2’19’’013; 2. Chiquita Jean-Paul, 2’19’596; 3. Winiger Richard, 2’22’’644; etc.


E2-SC:

0-1600 cm3: 1. Chariatte Jean-François, 2’11’’510; 2. De Siebenthal Yannick, 2’16’’099; 3. Stettler Jérôme, 2’23’’725; etc. E2-SS:

0-1600 cm3: 1. Zimmermann Denis, 2’37’’292. 1601-2000 cm3: 1. Egli Philip, 2’04’’853; 2. Maurer Marcel, 2’06’’151; 3. Sanjuan Augustin, 2’11’’223.

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here