POTENTIELLE VICTOIRE SUISSE…

Winner podium

Depuis 2010 à ce jour, entre les débuts de Marcel Fässler chez Audi, l’arrivée de Neel Jani chez Porsche et celle de Sébastien Buemi chez Toyota, on aime à se répéter qu’un de nos compatriotes peut décrocher la victoire au Mans. Pour cette édition encore, chacun des trois Suisses dispose des armes requises mais, ainsi qu’on l’a constaté aux 6 Heures de Spa et Silverstone, aucun n’est à l’abri d’une défaillance technique.
Menant le championnat, après une 2e place à Spa et une victoire à Silverstone, Neel Jani a l’avantage de piloter une Porsche 919 Hybrid. Largement éprouvée, l’allemande – qui s’est imposée l’an passé – dispute sa troisième saison et fait figure de favorite. Plus vulnérables en fiabilité depuis le début de saison, les Audi R18 et Toyota TS05 version 2016 jouent dans la même cour que Porsche pour ce qui est des performances. La victoire peut-elle leur échapper, et est-ce que ce sera celle d’un Suisse? Les intéressés ont répondu.

1-Trois-Suisses
Sébastien Buemi, Marcel Fässler et Neel Jani veulent chacun gagner… Normal!

Revue Automobile: Quel est votre point fort et votre faiblesse?

Marcel Fässler: Nous avons beaucoup travaillé durant tout l’hiver sur notre nouvelle voiture, et nous avons la performance pour gagner. Mais Toyota et Porsche ont également une très bonne voiture. Cette année, je pense que ce sera plus serré que jamais. La bataille sera énorme. Comme toujours au Mans, celui qui s’arrêtera le moins gagnera.

Neel Jani: Nous sommes dans la troisième année du retour de Porsche, avec le même équipage et le même concept de voiture. Nous sommes vraiment bien préparés. La fiabilité est là, et nous avons prouvé sur les deux premières courses que la voiture marche bien. Ceci dit, le doute reste le même au Mans. C’est une course plus indécise que les autres, et on ne peut rien planifier.

Sébastien Buemi: Nous formons un équipage homogène, avec trois bons pilotes. On se sent au top, et la voiture a beaucoup de potentiel. Nous profitons de l’expérience accumulée depuis 2012, nous sommes compétitifs, et si tout se passe bien, ce pourrait être notre année. Pour le reste, nous avons quelques craintes avec la fiabilité. Nous avions course gagnée à Spa jusqu’à notre problème de moteur…

Revue Automobile: A part toi, qui vois-tu gagner les 24 Heures du Mans?

Marcel Fässler: C’est toujours mieux si c’est une Audi qui gagne, mais ce serait pas mal non plus qu’un Suisse gagne encore cette course! Je suis très copain avec Neel et Sébastien. Ils ont les deux la possibilité de s’imposer. On verra, mais à la fin ce serait pas mal que mes équipiers et moi soyons vainqueurs, non?

Neel Jani: Cette année sera très ouverte. Mes compatriotes sont forts. Nous sommes tous trois en mesure de gagner.

Sébastien Buemi: La Porsche est très compétitive. Elle en est à sa troisième saison, contrairement à Audi et notre Toyota qui sont nouvelles. Mais dans ce genre de pronostic, il ne faut jamais oublier Audi. Depuis 15 ans qu’ils viennent au Mans, ils ont accumulé les victoires. Pourtant, cette année, Porsche conserve un petit avantage. G.V.


Les Suisses au départ


LMP1 Hybrid:
Marcel Fässler (Audi R18 N°7) – Neel Jani (Porsche 919 N°2) – Sébastien Buemi
(Toyota TS050 N°5)

LMP1 privées:
Alexandre Imperatori, Matheo Tuscher (Rebellion R-One N°13) – Nicolas Prost (Rebellion R-One N°12) – Simon Trummer (CLM-AER N°4)

LMP2:
Niki Leutwiler (Oreca 03 N°34) – Mathias Beche (Oreca 05 N°46)

LMGTE ProAm:
Gary Hirsch (Aston Martin Vantage N°99) – Joël Camathias (Porsche 911RSR N°78)

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here